Quand la mise aux normes PMR embellit le parvis de l'école publique de Corpeau (21)

Plutôt que d'installer une simple rampe d'accès afin de mettre en accessibilité son groupe scolaire, la mairie de Corpeau a choisi de réaliser un véritable parvis devant celle-ci. L'ancienne route de desserte de l'école a été aménagée en un espace public totalement piéton, que les habitants se sont rapidement approprié.

Un espace en gradins où l'on peut s’asseoir, une pente douce accessible, un verger le long d'un ancien mur de pierre, une promenade piétonne en béton taloché... Depuis l'été 2018, l'accès au groupe scolaire des Perrières est métamorphosé. Pour le village de Corpeau, situé à 15 kilomètres de Beaune (Côte-d'Or) et qui compte moins de 1.000 habitants, cet aménagement d'espace public a aussi permis de rendre accessible l'école publique de la commune.

Créer un espace public plutôt qu'une rampe d'accès

Située en contrebas d'une ancienne rue fermée à la circulation en 2001 dans le cadre du plan Vigipirate, le groupe scolaire public des Perrières, construit dans les années 1980, n'était pas accessible au public handicapé. Dans le cadre de son agenda d'accessibilité programmée (Ad'AP), la mairie de Corpeau décide en 2014 de se mettre en conformité. "Plutôt que de créer une simple rampe, nous avons préféré opter pour la réalisation d'un véritable espace public alliant accessibilité, sécurité et amélioration du cadre de vie," souligne la maire, Sandrine Arrault. Pour financer ce projet d'envergure, la petite commune sollicite le soutien de la région Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre du dispositif Eco-Village Avenir. Sous-tendu par la volonté de dynamiser les plus petites communes en remettant sur le marché locatif des logements rénovés, le dispositif permet également de financer en complément des aménagements d'espaces publics. En 2016, la mairie de Corpeau s'engage alors à transformer son ancien presbytère en 3 logements locatifs (un projet de 400.000 € qui doit être livré en 2020) et obtient l'autorisation de réaliser d'abord la transformation du parvis de son école publique.

Parvis à la fois paysagé et accessible

Transformer une route en rue jardinée, aménager les pentes existantes, déminéraliser l'espace et le végétaliser tout en répondant aux normes d'accessibilité, tels étaient les enjeux du projet, confié à un paysagiste concepteur, maître d’œuvre de la réalisation. Le projet proposé par ce dernier a été d'abord discuté en commission dédiée puis soumis au conseil d'école. "Le maître d’œuvre a été très à l'écoute de nos attentes et a bien compris ce que l'on voulait faire. Sa proposition a globalement satisfait les enseignants et parents d'élèves, nous avons juste prévu un peu plus d'accroches vélos sur le parking à proximité", souligne la maire. Parmi les innovations, l'idée d'implanter un verger conservatoire de pommiers et poiriers, à disposition des enfants de l'école maternelle, qui font régulièrement des ateliers pâtisserie. Les travaux d'aménagement ont été engagés en septembre 2017, initialement pour une durée de trois mois. "Compte tenu d'une météo pluvieuse, le béton brossé ne pouvait être réalisé et nous a obligé à ne livrer l'aménagement qu'au printemps suivant ; c'est la seule vraie difficulté rencontrée", sourit l'élue. Durant cette période, les écoliers ont dû entrer par la cour de l'école.

Espace qui crée du lien et demande peu d'entretien

Inauguré en juin 2018, l'aménagement semble satisfaire ses usagers. Les enfants peuvent y jouer à la sortie en toute sécurité, les adultes y restent plus longtemps. En dehors des horaires d'école, l'espace est aussi utilisé par les jeunes de la commune et les personnes âgées y profitent des bancs au cours de leur promenade journalière. Le nouvel espace public crée ainsi du lien dans la petite commune rurale. L'aménagement paysager a aussi été conçu pour renforcer la biodiversité et nécessiter peu d'entretien, dès lors que la mairie dispose d'un personnel communal limité. L'ensemble du site est ainsi planté d'arbres à fleurs qui favorisent les insectes pollinisateurs et de vivaces qui se seront en mesure de se développer seules, une fois bien ancrées dans le sol. Pour l'heure, un agent municipal se déplace chaque mercredi, jour de fermeture de l'école, pour réaliser l'arrosage encore nécessaire.

Finances

La transformation des 1.770 m2 a eu un coût global de 154.000 € HT maîtrise d’œuvre incluse, financé à 80% par l’État (fonds de soutien d’investissement public local), le conseil départemental de Côte-d’Or (dispositif Village Côte-d’Or), et le conseil régional Bourgogne-Franche-Comté (dispositif Eco-Village Avenir).

Haut de page