À Clichy, la Seine-Saint-Denis agrandit un parc sur une friche industrielle (93)

Le Parc de la Fosse Maussoin a été agrandi, en lieu et place d’anciennes carrières de gypse, dans un secteur en renouvellement urbain. Une vaste aire de jeux et un belvédère ont transformé le paysage et offrent de nouveaux horizons aux habitants.

« Ce site était une carrière de gypse, fermée en 1936 et longtemps laissée en déshérence, explique Belaïde Bedreddine, 3e vice-président chargé de l’Écologie urbaine (environnement/assainissement) au conseil départemental de la Seine-Saint-Denis. Il est longtemps resté à l’abandon du fait de fondrières qui menaçaient, à terme, les pavillons des environs. Le département de la Seine-Saint-Denis a donc pris la décision d’en faire l’acquisition afin d’y aménager un parc accessible aux habitants de ce secteur très urbanisé. »

Situé sur l’ancienne forêt de Bondy, qui couvrait par le passé une large partie de la Seine-Saint-Denis, le parc de la Fosse Maussoin abrite les arbres les plus âgés du département. Alors qu’une partie du parc avait toujours été ouverte au public, l’autre partie, couvrant 15 hectares, et située sur ces carrières de gypse, était jusque-là restée fermée pour des raisons de sécurité.

Atténuer les cicatrices de l’histoire

Dans ce secteur en renouvellement urbain, les habitants ont souffert de l’enclavement et de l’isolement ces dernières décennies. Mais la transformation est en cours : le tramway T4 a récemment été inauguré, et une gare du futur réseau Grand Paris Express est prévue pour 2024, station Clichy-Montfermeil sur la Ligne 16.

L’enjeu était de réaffecter des zones délaissées en espaces de nature et de loisirs, d’atténuer les cicatrices de l’histoire et de donner de la fierté aux populations. Une vaste aire de jeux et un belvédère ont transformé le paysage, permettant ainsi aux habitants de renouveler le regard sur leur territoire, via un panorama époustouflant !

7 hectares ont été livrés en janvier 2021 ; le parc comptera 22 hectares fin 2021. Il dispose de chemins accessibles à tous, d’une prairie de jeux et de deux nouvelles entrées, situées boulevard du Temple et allée de la Chapelle. 9.000 jeunes pousses et arbres adultes y ont été plantés et les services de la direction départementale de la nature, des paysages et de la biodiversité prévoient d’installer prochainement un arboretum de type « Promenade des senteurs », représentatif des différentes essences du monde.

Acquérir les terrains, combler les vides, rencontrer les habitants

Le département a d’abord dû faire l’acquisition du foncier auprès de différents propriétaires. Puis trouver des remblais inertes pour combler près de 650.000 m3 de vide. L’opération a été menée entre 2011 et 2019. Une fois le sol recréé sous les pieds des futurs promeneurs, la collectivité a mené une large concertation avec les habitants, notamment par le biais de la Maison de la jeunesse de Clichy-sous-Bois. Sur cinq ans, 50 classes de collégiens ont visité le site, tandis qu’une exposition photo et des ateliers ont été mis en place pour que les habitants s’approprient cet espace et son histoire. Une paysagiste a travaillé sur le projet et les terrains ont été remodelés avant leur verdissement. « Il fallait sélectionner des boisements qui résistent à la canicule et à la sécheresse, précise l’élu, des chênes à feuilles pointues, des tilleuls, des charmes, jamais plus de 10 % d’une essence. »

« En 1964, lorsqu’a été opérée la scission entre les anciens départements de la Seine et de l’Oise, la population de ces territoires disposait de 0,70 m2 d’espace vert par habitant, poursuit le vice-président. Aujourd’hui, ce chiffre est passé à 12 m2. Mais ces espaces verts ne sont pas également répartis sur le département, d’où l’importance d’aménager des secteurs où le futur réseau de transports du Grand Paris Express va provoquer une nouvelle vague d’urbanisation. Ce type d’opération demande beaucoup de concertation auprès des populations. En effet, la perspective de la création de nouveaux transports et de nouveaux quartiers peut provoquer de l’amertume dans l’esprit des habitants déjà-là, qui pensent parfois que ces nouveaux aménagements sont pour les nouveaux. Il était important pour nous de ne pas attendre les programmes neufs, afin que les Séquano-Dyonisiens profitent dès aujourd’hui du parc du quart d’heure », conclut l’élu.

Financement

Au total, les travaux menés sur un peu plus de 10 ans auront coûté 11,4 millions d’euros, financés par le département, avec l’aide du Fonds de solidarité et d’investissement interdépartemental d’Île-de-France (1,2 million d’euros) et de la région Île-de-France (791.000 euros).

Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Nombre d'habitants :

1670000

Nombre de communes :

40
Hôtel du Département - Esplanade Jean Moulin
93000 Bobigny

Bélaïde Bedreddine

Vice-président, en charge de l’écologie urbaine

Commune de Clichy-sous-Bois

Nombre d'habitants :

29835
Place du 11-Novembre-1918
93390 Clichy-sous-Bois

Olivier Klein

Maire

Djamila Bekkaye

Maire adjointe, déléguée à la santé et au cadre de vie