Anzin vend ses équipements amortis par enchères électroniques (59)

Publié le
par
Olivier Devillers
dans

Commande publique

Nord

Depuis 2012 la ville d’Anzin vend aux enchères, via une plateforme internet, ses biens amortis et inutilisés. Au-delà de "recettes bonus" pour le budget communal, ces ventes contribuent à rationaliser la gestion des actifs communaux et permet de leur donner une seconde vie.

Ancienne ville industrielle et minière, Anzin (13.587 habitants) possède un théâtre datant des années vingt, marqueur de son passé prospère. Souhaitant le rénover, la municipalité a décidé en 2016 de changer les fauteuils qui dataient de la construction du bâtiment. "Il y a quelques années, la ville les aurait déposés à la déchetterie. Nous avons choisi de les mettre aux enchères sur internet pour donner la possibilité à tous ceux qui le souhaitaient de conserver une partie de ce patrimoine local", raconte le directeur général de la ville d’Anzin, Ivan Thumerel.

Site spécialiste pour la vente aux enchères de biens de collectivités

Vendre des biens communaux sur internet ? Anzin le pratique depuis 2012 via le site Webenchères, spécialiste de la vente aux enchères de biens de collectivités. Cette pratique vient bien entendu en complément d’autres moyens de gérer les actifs communaux en fin de vie (don, recyclage…), elle a plusieurs avantages. "Elle permet de libérer de l’espace dans les bâtiments communaux et donne une seconde vie à des véhicules, machines ou mobiliers dont la commune n’a plus l’utilité, observe le directeur général de la ville (DGS). En outre, ces biens ayant été amortis comptablement, la recette générée est tout bénéfice pour la commune, ce qui est appréciable en cette période marquée par les restrictions budgétaires !"

Fixer un prix plancher

La plateforme fonctionne via une procédure d’enchérissement automatisée. Dans la fiche descriptive du bien, la commune fixe un prix plancher et définit les pas d’enchérissement. Une fois l’enchère lancée, elle garde la possibilité de se rétracter si le montant atteint ne lui convient pas. "Ce qui n’est jamais arrivé dans les faits", précise le DGS. La plateforme ne se rémunère que si le bien est vendu via une commission fixée à 10% du montant de la vente. Une fois celle-ci conclue, les acquéreurs établissent un chèque à l’ordre du Trésor public.

Bien préparer la vente

Une mise aux enchères nécessite pour les services un vrai travail de préparation : nettoyage et éventuelle remise en état de l’objet, rédaction d’un descriptif, photos… Ces éléments, décisifs pour rendre le bien attractif, sont transmis au webmestre de la ville qui publie l’annonce sur la plateforme.

Toucher un vaste public grâce à la plateforme

L’information est ensuite relayée par la plateforme sur les réseaux sociaux, auprès d’éventuels acquéreurs et de la presse locale. L’avantage d’internet est de permettre de toucher un vaste public : il n’est pas rare que les acheteurs - artisans, PME, brocanteurs, particuliers… - fassent 300 ou 400 km pour prendre possession du bien. Les services doivent donc être disponibles pour les visites des acquéreurs potentiels.

Recettes parfois conséquentes

Les recettes générées par la vente aux enchères sont très variables. Les fauteuils du théâtre sont partis pour quelques dizaines d’euros, l’objet de la vente étant avant tout symbolique. Les sommes peuvent être beaucoup plus conséquentes pour un véhicule ou du matériel. "Auparavant, nous allions chez le concessionnaire qui reprenait le véhicule avant de nous en vendre un neuf. La vente aux enchères est beaucoup plus intéressante" constate le DGS. Un minibus a ainsi généré 5.000 euros de recette et une nacelle, dont le prix plancher avait été fixé à 500 euros, est partie à 11.000 euros ! Régulièrement le DGS rappelle aux différents services l’intérêt de passer par ce système pour donner une seconde vie au matériel municipal qui n’a plus son utilité.

30.000 euros de recettes en 2016, avec la vente de plusieurs véhicules

En 2016, année où plusieurs véhicules municipaux ont été vendus, la ville a totalisé 30 000 euros. Une recette imprévue qui a permis à la ville d’acheter un véhicule neuf pour les services techniques sans que la dépense ait été formellement budgétée.

Comune d'Anzin

Nombre d'habitants :

13600
26 Place Roger Salengro
59410 Anzin

Pierre-Michel Bernard

Maire

Ivan Thumerel

Directeur général des services
Haut de page