Au Favril, téléconsultation rime avec satisfaction des usagers (28)

Depuis l’automne 2019, la commune du Favril expérimente une cabine de télémédecine où les patients, guidés par un médecin, peuvent réaliser à distance des examens. Une étude a montré que le service était plébiscité par les usagers. Le service doit maintenant trouver sa place dans le système de soin territorial.

Petite commune d’Eure-et-Loir, le Favril (369 habitants) souffre d’un manque structurel de médecins. « Beaucoup de médecins généralistes partant à la retraite ne sont pas remplacés et ceux qui sont en place sont surchargés. Ils ne peuvent plus prendre de nouveaux patients. Résultat : le taux de personnes sans médecin traitant est de 18 % quand il est de 11 % au niveau national », explique John Billard, maire du Favril. Cette situation oblige les habitants du bassin de vie du Favril à faire 30 kilomètres pour se rendre aux urgences à Chartres, même quand il s’agit de renouveler une simple ordonnance.

Un diagnostic médical à distance

Cette situation a conduit l’élu à vouloir tester une solution de télémédecine. Une étude de faisabilité, menée avec l’appui de la Caisse des dépôts, a permis de valider le dispositif, conçu en collaboration avec l’agence régionale de Santé (ARS) et la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM). Un budget de 100.000 euros a été dégagé, dont un quart à la charge de la commune. L’objectif était de mesurer l’appétence de la population pour la télémédecine et d’évaluer son impact sur le système de soin, les médecins généralistes et le recours aux urgences.

C’est ainsi qu’une cabine de télémédecine, conçue par la société tricolore H4D, a été installée dans une salle attenante à la mairie du Favril en octobre 2019. Accompagné par la secrétaire de mairie, le patient peut utiliser la cabine en toute autonomie, après de brèves explications de l’agent. Il est alors mis en relation par visioconférence avec l’un des médecins de garde partenaires de la solution, situés aux quatre coins de la France. Guidé par le praticien, le patient peut prendre sa température, relever sa tension ou encore effectuer des tests auditifs grâce aux instruments connectés mis à sa disposition.

Un taux de satisfaction voisin de 100 %

Lancée juste avant la crise sanitaire, l’expérience n’a pas eu l’ampleur escomptée avec 141 téléconsultations entre octobre 2019 et mai 2021 (confinement du printemps 2020 exclu). Néanmoins, l’étude de satisfaction montre des résultats auxquels les promoteurs de l’expérimentation ne s’attendaient pas forcément. Ainsi, les trois quarts des patients sont des femmes. Les jeunes ont globalement boudé le dispositif avec moins de 10 % de patients de moins de 30 ans. La majorité des usagers venaient d’un rayon de 10 km et un quart venaient du Favril. 71 % des personnes ont expliqué leur recours à la téléconsultation par l’indisponibilité de leur médecin traitant. Les taux de satisfaction (9,8/10) et de recommandation (9,64/10) sont très élevés et la facilité d’usage a été unanimement appréciée, même si cette dernière valeur est un peu moins élevée chez les patients de plus de 50 ans.

Un système de soin à repenser

« La télémédecine répond à un besoin et la crise sanitaire a contribué à la banaliser. Est-ce maintenant aux communes de porter le sujet ? Ce n’est pas certain, même si elles ont leur rôle dans l’organisation de la médecine territoriale préventive » estime l’élu, qui est aussi Vice-président en charge du numérique à l’association des maires ruraux de France (AMRF). Et d’imaginer que les télécabines, en complément d’autres systèmes de télémédecine comme les smartphones déployés dans certains établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), puissent s’appuyer sur les maisons médicales ou encore les antennes sanitaires et sociales des conseils départementaux. En attendant, la cabine a montré qu’elle apportait un réel service, aidant la société conceptrice à affiner son modèle économique. Enfin, les partenaires de l’expérimentation auront accès d’ici la fin 2021 un bilan détaillé, à même de nourrir le nécessaire débat sur la santé de proximité.

Les avantages de la téléconsultation perçus par les usagers

Interrogés à l’issue de la téléconsultation, les patients ont donné leur avis sur le dispositif. À l’unanimité, quel que soit leur âge, ils ont hiérarchisé les avantages de la cabine dans l’ordre suivant :

1. Une consultation plus rapidement

2. Une prise en charge de la santé plus rapide

3. Une meilleure gestion de l’emploi du temps

4. Une réduction du temps de trajet

Commune du Favril

Nombre d'habitants :

369
37 route de la Mairie
28 190 Le Favril

John Billard

Maire