A Blainville-sur-Orne, le cinéma tisse des liens (14)

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Organisation territoriale, élus et institutions

Calvados

Les habitants de Blainville-sur-Orne ont appris à se connaître en réalisant ensemble un film de fiction. Pilote de l’opération, l’office municipal d’action culturelle a impliqué, de décembre 2012 à juin 2013, le plus largement possible les associations, les habitants et les services de la commune.

Située à 7 km de Caen, Blainville-sur-Orne a vu sa démographie passer de 2.500 habitants à 5.813 en trois décennies. "Ces nouveaux habitants issus de la classe moyenne se sont installés dans des quartiers récents. Nous nous sommes rendu compte que, travaillant souvent en dehors de la commune, ils côtoyaient peu les Blainvillais d’origine", explique le directeur de l’office municipal d’action culturelle (Omac). Bien que la commune aie créé de nouveaux services, comme la médiathèque, et que la vie associative soit riche, les deux groupes de population se croisent sans pour autant échanger. D’où l’idée émise par les administrateurs de l’Omac -composé d’élus et d’acteurs locaux - de lancer une action fédératrice qui crée du lien entre les habitants, mais entre aussi entre les acteurs locaux (associations, structures d’insertion, écoles et collèges, et services de la commune).

600 habitants impliqués sur plusieurs mois

En 2011, le projet appelé "Blainville fait son cinéma" prend forme : une équipe de professionnels -un réalisateur de la région, assisté d’un chef-opérateur et d’un ingénieur du son - est partante. Un devis est présenté aux administrateurs de l’Omac, qui valident ensuite le scénario. Le budget total d’environ 24.000 euros est financé par la municipalité au titre de la saison culturelle. Le film intitulé "Puzzle" est une fiction de 30 minutes. Une réunion avec le conseil municipal et les chefs de services de la commune est organisée pour qu’ils puisent jouer un rôle de facilitateur. Enfin, restait à trouver des habitants qui veuillent bien être acteurs et figurants, ou encore étoffer l’équipe technique : costumiers, coiffeurs, photographes, assistants réalisateur, cuisiniers… L’équipe de l’Omac lance un appel aux associations locales afin qu’elles relaient la campagne d’information auprès des habitants.

En octobre 2012, les 430 personnes de tous âges et quartiers - chiffre supérieur aux espérances de l’Omac - qui se sont présentées à la séance de casting, sont sélectionnées pour remplir une de ces fonctions. Avant le lancement du tournage, plusieurs réunions d’informations techniques se tiennent en présence des professionnels à l’intention de ces 430 habitants.

De nombreuses animations mobilisatrices

Les séances de tournage ont lieu durant six week-ends pendant dix mois, sur l’ensemble de la ville, dans des espaces publics mais aussi dans des lieux prêtés par des habitants (maison, jardin, garage). L’Omac a en outre organisé différentes animations dans la ville pour accompagner la réalisation du projet, en présence le plus souvent d’élus municipaux : concert de musique de films, journées thématiques autour du cinéma, réalisation d’un making off, rendez-vous festif pour distribuer le DVD du film, etc. Enfin, plus de 600 personnes se sont rendues au tournage de la scène finale pour présenter un morceau de puzzle en carton, (fourni gratuitement par une entreprise locale), décoré par leurs soins afin de créer une vaste fresque colorée. Neuf projections du film ont été organisées pour les habitants en juin 2013.

Beaucoup de temps et d’énergie pour un bilan positif

Au fil des mois, les liens entre habitants se sont tissés répondant ainsi aux objectifs visés. "Nous sentions les participants - enfants, actifs, retraités - heureux de participer et de se retrouver régulièrement. Certains ont parlé à leur voisin pour la première fois", témoigne le directeur de l’Omac. Le projet a également permis d’amplifier les collaborations entre associations. La commune s’est impliquée financièrement, par l’aide logistique de certains services municipaux et avec les autorisations diverses de filmer sur le territoire ou dans des lieux publics. Davantage de moyens, humains notamment, devront être mis en place pour renouveler cette opération.

Lucile Vilboux Village / L’Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

L’Omac, une association municipale qui implique les habitants
Le rôle de l’Omac est de promouvoir la vie culturelle à Blainville et d’accompagner la vie associative. Le conseil d’administration (CA) est composé de membres de droits (huit élus municipaux et les quatre directeurs de deux écoles, d’un collège et de la médiathèque), de six représentants des associations, quatre des utilisateurs adhérents de l’Omac et quatre représentants des habitants. Le CA prend toutes les décisions. Le directeur et le personnel administratif (quatre personnes pour 2,6 équivalent temps plein) sont mis à disposition par la mairie (via une convention). L’association recrute neuf intervenants musicaux. La municipalité finance à hauteur de 40% les activités de l’Omac. Le reste provient des adhésions, du paiement des activités par les usagers et des entrées aux différentes animations. Pour l’opération "Blainville fait son cinéma", les trois professionnels (réalisateur, chef-opérateur, ingénieur du son) ont été recrutés par une association locale connaissant bien le domaine du cinéma qui a passé une convention avec l’Omac.


 

Commune de Blainville-sur-Orne

Nombre d'habitants :

5813

4 rue du Général Leclerc
14550 Blainville-sur-Orne

Pierre Couespel

Adjoint délégué à l'action culturelle et associative et président de l'Omac

Omac

Espace culturel Paul Eluard, rue du Stade
14550 Blainville-sur-Orne

Stéphane Deslandes

Directeur
Haut de page