Une réalisation Banque des Territoires

Booster l’économie locale par les métiers d’art sur le territoire de Pézenas (34)

Engagé il y a plusieurs décennies, le développement des métiers d’art à Pézenas s’est accéléré grâce à une politique volontariste de la ville et de la communauté d’agglomération. Destinée à redynamiser le centre ancien, la démarche se déploie jusqu’à Agde.

Pour lutter contre la désertification de son centre-ville, la commune de Pézenas joue la carte du patrimoine associée à celle des métiers d’art. « La démarche est payante, juge aujourd’hui le maire, récemment élu, Armand Rivière. Il suffit d’observer les rues pour s’en rendre compte. Rares sont les rideaux de fer baissés (hors période Covid). »

C’est aussi ce que constatent les commerçants qui ont choisi de s’installer dans cette petite commune héraultaise de près de 8.600 habitants et voient les flux de visiteurs tout au long de l’année. Forte d’un riche patrimoine historique et architectural, la ville de naissance de Molière a su tirer profit de cette particularité pour attirer l’attention de toute une filière, celle des métiers d’art.

Classé en grande partie “secteur sauvegardé” dès 1965, le centre de Pézenas est devenu "site patrimonial remarquable" en 2016 et compte désormais 56 hectares protégés. Aujourd'hui, une quarantaine d’artistes-peintres et artisans d’art (céramiste, ferronnier, etc.) sont installés dans le centre. Et un bâtiment historique, la Maison consulaire, abrite la Maison des métiers d'art.

Achat et location d’échoppes

« Je reçois de nombreux appels de communes qui souhaitent comprendre comment nous avons fait », confie Cathy Bot, la manager de centre-ville. Pour cette dernière, il n’y a pas de mystère mais une opération relativement longue à mettre en place : un patrimoine historique valorisé et une politique volontariste en matière de promotion commerciale et d’animation. La principale action menée en ce sens a débuté durant les années 1990 : « La ville a commencé à acheter des échoppes en rez-de-chaussée du centre ancien et les a louées, pour des tarifs très modérés, à des artisans d’art », explique l’actuel maire qui compte bien poursuivre l’action.

Compétente en matière de développement économique, la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée (CAHM) s’est, très logiquement, associée à la démarche en louant à des artisans des « ateliers relais » dédiés aux métiers d’art, pour un loyer modéré sur une période limitée, permettant aux bénéficiaires de tester la viabilité de leur activité. « Dans le bail que nous faisons signer à l’artisan d’art, nous demandons un certain nombre de contreparties, précise Christophe Bourdel, directeur général des services de la CAHM : une ouverture à l’année, une ouverture journalière, une contribution à la vie culturelle et une adhésion au réseau local. »

À ce jour, Pézenas dispose de 18 échoppes transformées en ateliers d’arts (15 appartenant à la ville et 3 à la CAHM). « Il n’y a pas de clé de répartition programmée, observe Armand Rivière. Cela s’est fait au gré des opportunités. » La ville a ainsi dépensé 66.000 euros en 2019 et 113.000 euros en 2020 pour ce type d’achat. À noter cependant : victime de son succès, la ville voit les offres de vente se faire plus rares.

La CAHM, en revanche, maintient un budget d’investissement annuel pour ce type d'acquisition à hauteur de 300.000 euros (frais de travaux d’aménagement et de mise aux normes inclus). Désormais, ces achats dépassent le seul secteur de Pézenas. À cela, la CAHM ajoute une stratégie de sous-location (pour les locaux bien situés que les propriétaires ne mettent pas en vente). « Nous espérons reproduire l’expérience à Agde, la ville centre, note Christophe Bourdel. La CAHM dispose dans cette commune d’une trentaine d’ateliers. Mais l’environnement est différent. Nous menons, en parallèle, d’autres opérations pour revitaliser le centre-ville : Action Cœur de ville (à laquelle la Banque des Territoires est associée) et le Nouveau Programme national de renouvellement urbain (NPNRU). De plus, notre budget de fonctionnement pour les métiers d’art représente une équipe de cinq personnes. »

Allier patrimoine et économie

Pour la ville de Pézenas comme pour la CAHM, l’alliance entre patrimoine et économie est facteur de réussite. En témoigne l’autre élément phare de cette politique, à savoir l’animation d’une Maison des métiers d’art à Pézenas. Confiée en gestion en 2012 à Ateliers d’Art de France, syndicat professionnel de la filière (qui ne dispose que de deux boutiques de ce genre en France), cet édifice offre une renommée supplémentaire à la commune. Là encore, les deux collectivités coopèrent : la ville fournit gracieusement le lieu et la communauté d’agglomération met à disposition trois équivalents temps plein, dont une guide conférencière.

« Nous sommes un espace de vente, pas une galerie, insiste Kévin Ducos, directeur de la Maison des métiers d’art. Nous présentons en permanence les œuvres de 80 à 110 créateurs. Elles sont accessibles à toutes les bourses : les prix vont de 10 à 60.000 euros ! » Pour les quelques 46.000 visiteurs annuels (dont la moitié durant l’été), qui viennent de France mais aussi de l’étranger (l’Europe essentiellement), l'ancienne Maison consulaire constitue une étape emblématique avant de découvrir le centre ancien et ses boutiques. Comme le rappelle le directeur, « les visites guidées passent obligatoirement par deux ateliers d’art. »

L’atout de l’animation culturelle

« La "mayonnaise" a pris aussi grâce à une animation culturelle forte, notamment le festival Molière, ajoute la manager de centre-ville. Il y aussi la foire des antiquaires qui représente un événement important qui draine de nombreux visiteurs intéressés par l’art. » Même ambition à la communauté d’agglomération : « Nous comptons aussi sur toutes les animations autour de la "Mirondela del arts", renchérit Christophe Bourdel. Et, bien entendu, toute une stratégie de communication est mise en place autour des métiers d’art. »

Il reste difficile de mesurer l’impact en termes d’emplois de cette politique menée à Pézenas et à Agde. « Mais nous constatons un dynamisme économique sans nul doute, juge le maire. Nous comptons 40 bars et restaurants, un fromager, un traiteur, un épicier… C’est un challenge d’ouvrir des petits commerces dans un centre-ville. Il faut créer des flux. » Pari réussi. Du côté d’Agde, la CAHM observe, quant à elle, l’implantation de 13 commerces.

Chiffres clés

Nombre d’ateliers proposés :

40 ateliers à Pézenas (dont 18 échoppes achetées par la ville ou la CAHM)

26 ateliers à Agde (dont 23 en ateliers relais CAHM et 3 en ateliers privés)

50€ : loyer mensuel par échoppe à Agde

10€/m2 : loyer pour une échoppe à Pézenas

 

Nombre de locaux achetés ou loués ces 5 dernières années par la CAHM :

23 locations : 22 à Agde et 1 à Pézenas pour un budget de 357.000 euros

10 acquisitions : 8 à Agde et 2 à Pézenas pour un budget 766.500 euros

 

Commune de Pézenas

Nombre d'habitants :

8614
6 Rue Massillon
34120 Pézenas
accueil.mairie@ville-pezenas.fr

Armand Rivière

Maire de Pézenas

Communauté d'agglomération Hérault-Méditerranée

Nombre d'habitants :

20593

Nombre de communes :

20
ZI Le Causse – BP 26
34630 Saint-Thibéry