Cantines : 50 millions d’euros pour que les petites communes puissent acheter sain, durable, local et bio  

Afin d’accélérer l'approvisionnement des cantines scolaires des écoles élémentaires et maternelles des petites communes en produits sains, durables et locaux, voulu par la loi Egalim, le ministère de l'Agriculture a annoncé que l'enveloppe d’un montant de 50 millions d’euros, prévue par le plan de relance, bénéficierait aux communes éligibles à la fraction cible de la dotation de solidarité rurale. 

Le ministère de l'Agriculture estime que 1.500 communes devraient être concernées par la mesure "Cantines scolaires rurales" inscrite dans le plan de relance. Elle prévoit une enveloppe de 50 millions d’euros pour soutenir les cantines des petites communes souhaitant accélérer leur approvisionnement en produits locaux, de qualité et durables, notamment ceux issus de l’agriculture biologique. La mesure a été détaillée fin janvier 2021 par le ministère de l’Agriculture. L’objectif est d’accompagner et d’accélérer l’application de la loi Egalim - "50% de produits sous signes officiels de la qualité et de l’origine (Siqo), bio et HVE" d’ici 2022 - dans les cantines des écoles primaires des petites communes, par le soutien aux projets d’investissement. Les communes bénéficiaires sont les collectivités éligibles à la fraction cible de la dotation de solidarité rurale (DSR). Des conditions relatives à la mise en place, en avance de phase, des obligations de la loi Egalim sur la restauration collective sont par ailleurs exigées.
Pour valoriser les produits frais et locaux, les cantines scolaires ont généralement besoin de "s’équiper en matériel permettant de cuisiner ces produits frais, de réduire le gaspillage ou de supprimer les contenants en plastique : espaces de stockage de fruits et légumes frais, légumeries pour transformer une grande quantité de légumes, équipements performants pour l’épluchage, composteurs, récipients en inox... ", illustre le ministère de l’Agriculture, soulignant que l’investissement initial peut s’avérer important, en particulier pour les petites communes.

Achat d’équipement et de matériel, formation de personnel...

C'est donc en cohérence avec les propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) que l’État accordera un financement en faveur des cantines scolaires des écoles publiques primaires, de la petite section de maternelle au CM2, des petites collectivités. La contrepartie étant, rappelle le ministère, de "s’engager dans une transition durable et être en mesure de proposer plus de produits locaux, bio ou de qualité dans les repas qu’elles servent". Concrètement, cette aide permettra de financer au choix des collectivités concernées l’achat d’équipements et de matériel nécessaires à la cuisine et la transformation de produits frais, de former du personnel de cuisine et d’investir notamment dans des alternatives aux contenants plastiques comme ceux en inox. Enfin, si la commune satisfait aux conditions d’éligibilité, elle devra pour bénéficier de cette aide, adresser un dossier de demande à la préfecture de département qui le fera suivre à l’Agence de service et de paiement (ASP), chargée de l’instruction des dossiers et du financement des dossiers retenus.