Maine-et-Loire

Cholet économise 30% d'eau grâce à la gestion centralisée de l'arrosage des espaces verts

Environnement

Energie

Comment optimiser la quantité d'eau nécessaire à l’arrosage afin de limiter la consommation ? La ville de Cholet a trouvé la solution, grâce à l’acquisition en 2007 d’un système entièrement piloté à distance, qui prend en compte les besoins réels de la plante et du sol.

En 2007, la ville de Cholet (Maine-et-Loire, 54.000 habitants) se dote d'un système de gestion automatisé de l'arrosage de ses espaces paysagers. "Après la canicule de 2003 et l'épisode de sécheresse en 2005, les services techniques de la ville ont cherché à optimiser l'arrosage des espaces verts. Un enjeu important puisque cette consommation représente à elle seule la moitié des dépenses en eau des services municipaux", explique Jean-Noël Rotureau, chef du service gestion des espaces paysagers.

Quatre ans d’installation progressive


À l'issue d'une étude approfondie, la ville lance un appel d'offres pour l'achat d'un système de gestion centralisée de l'arrosage via Internet. Coût de l'équipement et de son installation : 200.000 euros, amortissables en huit ans grâce aux économies réalisées sur la consommation d'eau. "La ville a choisi d'équiper en premier lieu les terrains de sports, c'est-à-dire les plus gros consommateurs d'eau, avant d'étendre l’utilisation aux 547 hectares d'espaces verts et de points de fleurissement municipaux. En 2010, après quatre années d’installation progressive, dix-sept stades et vingt sites sont concernés", précise le chef de service.

Pilotage à distance


Le système d'arrosage repose sur un principe simple : évaluer précisément les besoins en eau de chaque terrain afin de restituer à la plante et au sol les quantités exactes transpirées et évaporées entre deux arrosages. Pour cela, une station météo installée sur le site concerné recueille une série de données (hygrométrie, pluviosité, évapotranspiration et teneur en eau du sol…) ; ces informations sont ensuite transmises et intégrées dans un logiciel qui détermine la quantité d'eau à restituer. Le logiciel commande alors – via le réseau GPRS utilisé pour la téléphonie mobile – la programmation de l'arrosage (fréquence, durée, quantité d'eau…) et la mise à jour des cycles ; il pilote l'ouverture et la fermeture des électrovannes des réseaux enterrés, et arrête automatiquement l’arrosage en cas de pluie. Le pilotage est centralisé, et tous les postes informatiques des agents responsables peuvent accéder aux données. Résultat, les déplacements sur site pour mettre l’arrosage en marche ont été supprimés, et les fuites ou anomalies sont rapidement détectées.

Le véritable atout de cette solution intégrée réside dans la maîtrise de la consommation. "En contrôlant l'apport d'eau en fonction des besoins réels du sol et des plantes, la ville réalise des économies importantes. En 2009, nous avons consommé 30% d'eau en moins par rapport à un arrosage classique, soit 15.000 m3 économisés", conclut Jean-Noël Rotureau.

Pascal Clouet/ PCA pour la rubrique Expériences du site www.mairieconseils.net
 

Contact(s)

Mairie de Cholet

Hôtel de Ville- BP 32135
49321 Cholet Cedex
02 72 77 20 00
02 72 77 23 08
info@ville-cholet.fr

Roselyne Durand

Adjointe au maire, déléguée à l'aménagement du territoire
rdurand@ville-cholet.fr

Jean-Noël Rotureau

Chef du service gestion des espaces paysagers
jnrotureau@ville-cholet.fr
Haut de page