Emploi - Cinéma en Ile-de-France : de bonnes perspectives en 2017, après une année 2016 exceptionnelle

Les perspectives pour 2017 sont bonnes pour l'industrie du cinéma en Ile-de-France. D'après l'étude de l'Observatoire de la production audiovisuelle et cinématographique, publiée le 25 avril 2017, la relocalisation des tournages de films français, l'évolution de la fiscalité et l'arrivée de productions hollywoodiennes en sont à l'origine.

L'année 2016 devrait être exceptionnelle pour l'activité du secteur cinématographique en Ile-de-France et la croissance devrait se poursuivre en 2017. C'est l'une des principales conclusions de la douzième étude de l'Observatoire de la production audiovisuelle et cinématographique, menée par la Commission du film d'Ile-de-France et Audiens et publiée le 25 avril 2017. "Après une année 2014 stable au niveau de la masse salariale, 2015 marque le retour de la croissance en région Ile-de-France", signale ainsi l'étude. L'emploi permanent a ainsi progressé de 9% en masse salariale et en effectifs et le nombre d'entreprises a crû de 3%, surtout les plus petites : le nombre d'entreprises qui déclarent moins de 25.000 euros ont augmenté de 44% entre 2006 et 2015. D'après l'observatoire, la reprise des investissements dans le cinéma français (+28%) explique cette croissance, avec la relocalisation en Ile-de-France de films au budget supérieur à 10 millions d'euros comme "Chocolat" de Roschdy Zem. Dans les tournages étrangers, en 2015, l'activité "marque le pas", signale l'étude, car certaines productions ont été repoussées à début 2016 pour des contraintes d'organisation ou pour bénéficier du relèvement de 20 à 30% du taux du crédit d'impôt international.
L'animation française participe aussi à ces résultats poursuivant son développement, grâce notamment à l'accueil de productions internationales entièrement fabriquées en Ile-de-France. Des sociétés, telles que Illumination Mac Guff, Mikros Image, Cube Creative, ou TeamTO, fabriquent régulièrement des productions d'animations pour des donneurs d'ordre étrangers. Enfin, la production de séries télévisées a augmenté, grâce à l'arrivée de nouveaux acteurs, Federation Entertainment et The Oligarchs Production et le tournage sur le territoire francilien de séries ambitieuses, comme "Le Bureau des légendes" et "Versailles".

Une baisse de 46% du taux de délocalisation

Les perspectives dressées pour 2016 sont encore meilleures avec une activité encore plus importante qu'en 2015. Une croissance qui vient de la relocalisation des tournages de films français (avec une baisse de 46% du taux de délocalisation et une augmentation de 7% de tournage en France) et de la production audiovisuelle, notamment pour les productions à gros budget. Luc Besson, avec sa production hors nome pour "Valerian et la Cité des Milles Planètes" (75 millions d'euros de dépenses en France, 100 jours de tournage, 450 emplois) pèse aussi beaucoup dans la balance. Enfin, les dépenses de productions étrangères sont multipliées par trois avec le relèvement du crédit d'impôt international, et les tournages étrangers reviennent en Ile-de-France : "Befikre" (6 millions d'euros de dépenses, 55 jours de tournage), "50 Shades Freed" (quelques jours au mois de juillet), "Jackie", tourné en grande partie dans les Studios de Paris de la Cité du Cinéma et dont les effets visuels ont été fabriqués par la société française Digital District, installée à Paris.

"Mission Impossible 6" à Paris

"Malgré un niveau d'activité déjà élevé, la croissance devrait se poursuivre en 2017", assure l'étude avec la dynamique de relocalisation des tournages de films français à gros budgets qui se confirme, et l'activité internationale qui devrait se renforcer grâce à plusieurs longs métrages d'animation en cours de fabrication et l'arrivée de productions hollywoodiennes attirées par les décors et une fiscalité avantageuse. L'évolution du crédit d'impôt international et les nouveaux dispositifs mis en place par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) devrait aussi favoriser cette croissance. Exemple à Paris : la ville prévoit une augmentation de 15% des tournages au premier trimestre 2017. Le tournage de "Mission Impossible 6" doit ainsi engendrer plus de 25 millions d'euros de dépenses sur le territoire avec 35 journées de tournage et plus de 300 techniciens français embauchés.
Au total, la région concentre 71% des établissements du secteur en 2015 (6 points de plus qu'en 2004), et 84% de la masse salariale totale 2015 (5 points de moins). "On observe cependant un développement en régions entre 2004 et 2015", insiste l'observatoire : en Charente, où le nombre d'établissements a doublé et la masse salariale a plus que triplé, en Nord-Pas-de-Calais, dans la Drôme, la Gironde et l'Hérault.

 

Téléchargements

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle