Localtis, un média Banque des territoires

Compte personnel de formation : derrière le succès de l'application, un impact encore mal cerné

Depuis le lancement de la nouvelle application en 2019, le recours au compte personnel de formation a explosé. Un succès qui ne doit pas occulter les inconnues autour de l'impact de ce dispositif, qui génère de fortes attentes.

Son succès ne fait pas de doute : depuis le lancement de la "nouvelle version", entre novembre 2019 et fin décembre 2020, plus de 1,1 million de dossiers de formation ont été "acceptés" selon la Caisse des Dépôts. Avec désormais 7.000 demandes par jour en moyenne, "nous répondons à deux fois plus de demandes de formation", déclare son directeur des retraites et de la solidarité, Michel Yahiel. Un constat dressé à l'occasion d'une table ronde de l'Ajis (association des journalistes de l'information sociale) sur le bilan du compte personnel de formation (CPF), mardi 19 janvier, et que partagent certains partenaires sociaux. Secrétaire national de la CFDT en charge de la formation professionnelle, Yvan Ricordeau reconnaît lui aussi un "bilan a priori satisfaisant" avec plus de "lisibilité" et de "simplicité" pour les actifs. 

Un bilan à approfondir

Un autre élément positif concerne l'évolution du profil des utilisateurs, l'un des objectifs de la réforme : le CPF est utilisé par deux tiers de non-cadres et autant de femmes que d'hommes, souligne Michel Yahiel. Il ajoute que dans le même temps, "les niveaux des certifications augmentent". La palette des formations consommées commence à se diversifier, ce dont témoigne le recul en proportion des formations linguistiques, majoritaires dans un premier temps. 
Mais au-delà de ce progrès quantitatif, le compte personnel de formation répond-il aux attentes ? L'absence de données et d'analyse plus collective empêche toutefois de tirer des conclusions plus détaillées. Que penser de l'utilisation du CPF pour les formations en langue ou destinées à obtenir le permis de conduire ? "Il faut absolument qu'on progresse dans l'évaluation partagée de ce que produit le CPF", déclare Yvan Ricordeau. En mars, les partenaires sociaux et le gouvernement ont prévu une discussion sur le suivi de l'application de la loi Avenir professionnel. "On pourra dans un avenir assez proche retracer les trajectoires professionnelles et les impacts des formations (…) On gagnera en transparence collective et en capacité de pilotage", ajoute Michel Yahiel. 

Plus de 26.000 abondements par Pôle emploi depuis juillet

Le manque de recul tient aussi au timing : les possibilités d'abondement direct sur le CPF ne sont en place que depuis l'an dernier. Côté recours au CPF par les salariés, les partenaires sociaux restent encore dubitatifs. "Les entreprises ne se saisissent pas de cet objet par le dialogue social", estime Yvan Ricordeau de la CFDT. Depuis le 3 septembre, plus de 1.600 entreprises ont abondé le CPF de leurs salariés, profitant à près de 4.000 bénéficiaires et pour un montant d'environ 10 millions d'euros. "Certaines personnes ont besoin d'un intermédiaire pour être guidé, pour choisir le bon prestataire. Il va falloir faire preuve de pédagogie dans les mois à venir", relève Marie Dupuis, vice-présidente en charge de la formation à la CPME (Confédération des PME). 
Dans le même temps, les abondements aux comptes des demandeurs d'emploi ont été plus nombreux. Depuis qu'a été ouverte la possibilité d'abondement par Pôle emploi en juillet 2020, plus de 26.000 dossiers d'abondement ont été acceptés sur un total d'environ 56.000 demandes, et pour un montant de 43 millions d'euros, détaille Michel Yahiel. Quelques régions commencent aussi à se saisir du dispositif. Depuis fin décembre, elles ont, comme les autres financeurs, la possibilité de définir des critères liés au bénéficiaire, à la formation ou aux crédits sur les comptes pour verser des abondements de manière automatique. 
Au global (tous statuts d'actifs confondus), pour l'année 2021, la Caisse des Dépôts anticipe une dépense de formation en hausse, à 1,2 milliard d'euros. Au 31 décembre 2020, on comptait 38 millions de titulaires d'un compte CPF. 
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle