Coopérative de développement territorial à Langogne : faire rayonner les commerces (48)

Première du genre en France, la société coopérative d’intérêt collectif créée à Langogne (48) en 2017 vise à dépasser les frontières administratives. Son objectif : développer le tissu commercial d’un bassin de vie situé à cheval sur deux régions : l'Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes.

Conçue sur le modèle québécois des sociétés de développement commercial, la Scic Lac48.Coop rassemble une multiplicité d’acteurs de Langogne et de ses environs. Le bassin de vie est situé à la jonction de trois départements, Lozère, Haute-Loire et Ardèche, où circulent près de 15.000 habitants et consommateurs. Entreprises, associations, particuliers, chambres consulaires et collectivités (ville de Langogne et communauté de communes du Haut-Allier) se sont réunis pour créer cette société coopérative d’intérêt collectif (Scic), pionnière du genre en France. L’enjeu principal : maintenir les activités présentes et attirer de nouvelles entreprises pour développer le dynamisme et la notoriété de ce territoire.

Implication des acteurs locaux

« À l’origine, Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France, un amoureux du territoire de Langogne, nous a fait part, il y a quelques années, de sa volonté de créer une structure comme au Québec », se souvient Pome Castanier, ancienne adjointe au maire de Langogne, et aujourd’hui conseillère municipale, déléguée à l’attractivité de la ville et du commerce de proximité et présidente de la Scic. L’élue adhère au projet, si bien qu’elle suit une formation menée par la confédération générale des Scop et trouve alors le moyen technique de le mener à bien : la Scic offre une structure juridique pérenne et relativement souple, permettant l’implication de différents acteurs locaux.

Après plusieurs réunions publiques, puis un travail conduit par une quinzaine de bénévoles durant près d’un an et demi, les fondements sont posés et les statuts rédigés. « Cela est assez long, mais c’est la clef du succès à mon sens », juge Pome Castanier. En 2019, la Scic est ainsi officiellement créée. À ce jour, elle compte 40 coopérateurs : 4 associations, 29 entreprises, 4 particuliers, 2 collectivités et 1 chambre de commerce. L’implication des associés coopérateurs se fait de façon graduée, à travers l’achat de six parts au minimum (à hauteur de 100 € la part) et une libération du capital sous cinq années. Les très petites entreprises (TPE) disposent de conditions plus légères encore pour intégrer la Scic.

Un site web, vitrine multifonction du territoire

Première action phare portée par la Scic, le site Internet langogneetvous.com fournit de la visibilité au territoire. Il dispose tout d’abord d’un annuaire des commerces et collectivités répartis sur cette zone. « Sur le site, nous avons 200 articles en vente, 23 boutiques et 225 référencements de professionnels, associations et collectivités », précise Jules Dutron, manager de centre-ville mis à disposition de la Scic une partie de la semaine par la communauté de communes du Haut-Allier (CCHA). Pour figurer sur le site, plusieurs offres sont possibles. Une simple fiche dans l’annuaire est gratuite. S’ajoutent à cela des offres payantes, ouvrant droit à d’autres services spécifiques, selon qu’il s’agit de professionnels, d’associations ou de collectivités. Ces dernières peuvent notamment bénéficier d’un espace dédié sur le site, pour assurer des services en ligne destinés à leurs administrés ou leur diffuser des informations. Si bien que les deux collectivités coopératrices de la Scic sont en train de basculer leur site sur langogneetvous.com. 

Durant le premier confinement, en mars 2020, pour répondre à la crise, le site s’est transformé en boutique en ligne en un temps record. Il a permis de mettre en place du « click-and-collect » pour les commerçants. Certains d'entre eux n’en auraient pas eu les moyens autrement. « Cela a été possible, en grande partie, grâce au bénévolat de coopérateurs, qui ont fait la tournée pour récupérer les marchandises et pour assurer la permanence », souligne Pome Castanier.

Espace de coworking et attractivité

En parallèle, la Scic crée un espace de coworking pour attirer des porteurs de projets. Elle a ainsi acheté un bâtiment à Langogne, où deux bénéficiaires devraient s’installer sous peu. « Le lieu est configuré de telle sorte que nous pouvons accueillir des activités artisanales avec une partie réfrigérée », note Jules Dutron. Satisfaite des premiers résultats, Pome Castanier se félicite : « Tout cela donne de la visibilité à notre territoire. On voit que c’est dynamique. Nous avons l’exemple d’un entrepreneur qui était là en vacances et qui, en voyant tout cela, a décidé de s’installer ici ! »

Forte de ses objectifs clairement identifiés, la Scic s’est inscrite dans les différents programmes favorisant l’attractivité du territoire. Le local a ainsi pu être financé à 70 % dans le cadre du contrat Bourg Centre auquel la ville de Langogne adhère. La Scic a également bénéficié des soutiens financiers du département de la Lozère, de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) et de fonds européens (Leader notamment).

Deux éléments freinent toutefois le développement de la Scic. Le site ne dégage pas encore suffisamment de chiffre d’affaires pour offrir des services optimaux. Le bénévolat des coopérateurs demeure essentiel pour permettre sa longévité. De plus, les professionnels locaux peinent à passer au numérique. « Mais, durant la période de confinement, nous avions proposé tous les services du site de façon gratuite, nuance Pome Castanier. Résultat : un certain nombre de commerçants ont pu se faire connaître grâce à cela. »

Chiffres clés

1 site web qui recense 200 articles en vente, 23 boutiques et 225 référencements de professionnels, associations et collectivité

Achat d’un local de coworking financé à 70% par le dispositif Bourg-Centre.

Communauté de communes du Haut-Allier

Nombre d'habitants :

5200

Nombre de communes :

10
1 quai du Langouyrou
48300 Langogne
ccha@ccha-langogne.com

Pome Castanier

Conseillère déléguée en charge de l’attractivité de la ville et du commerce de proximité

Jules Dutron

Manager de centre-ville