Coronavirus : les nouvelles mobilités presque à l'arrêt

La grève des transports publics avait dopé leur usage, mais le confinement y a donné un coup d'arrêt : presque tous les vélos, trottinettes et scooters en free floating sont rentrés au garage cette semaine. "Jusqu'à nouvel ordre", disent-ils en choeur. Le service public des vélos en libre service, comme V3 à Bordeaux, Bicloo à Nantes, Vélov' à Lyon et Vélib' à Paris a été généralement maintenu, mais avec un service minimum.

Sillonnant les rues des villes lors de la grève des transports publics contre la réforme des retraites, vélos, trottinettes et scooters en free floating ont été mis quasi à l'arrêt du fait des mesures de restriction des déplacements prises cette semaine pour limiter la propagation du coronavirus.
"Comme vous, nous nous inquiétons pour les villes que nous aimons (...). Aimer les villes signifie aussi les protéger. Pour l'instant, nous suspendons le service Lime pour aider les gens à ne pas bouger et rester en sécurité", a ainsi écrit la start-up américaine qui, la première, avait lancé ses trottinettes électriques dans les rues parisiennes en juin 2018. Lime a rangé ses engins dans 24 pays, dont la France et ses voisins. Il reste paradoxalement actif en Corée du Sud, important foyer du coronavirus.

Véhicules vecteurs du virus

Son compatriote Bird, qui venait de présenter un nouveau modèle, évoque de même une "pause" en Europe. Et la plateforme de VTC Uber a remisé ses vélos et ses trottinettes("Jump") "afin d'aider à aplatir la courbe de propagation à Paris", selon Laureline Serieys, la directrice générale pour la France et le Benelux de ce service. Il s'agit selon Uber de "réduire les risques de propagation du virus liés à une mise en contact entre (les) véhicules en libre service et des utilisateurs", puisque "l'OMS indique que les coronavirus peuvent persister sur les surfaces quelques heures à plusieurs jours".
Les engins peuvent être vecteurs du virus, mais il y a aussi la question du fastidieux entretien des machines, dans un contexte de chute de leur utilisation. Le suédois VOI fait également une pause, tout comme l'allemand Tier Mobility qui interrompt ses activités en France. Du moins pour le grand public : "Nous avons déjà proposé aux villes d'étudier la manière dont Tier Mobility pourrait mettre à disposition ses ressources au profit des déplacements des personnels soignants et ainsi aider à faire face à cette crise sanitaire sans précédent", indique son directeur général pour la France, Alex Souter.
Parmi les opérateurs qui restent, le franco-néerlandais Dott, qui a réduit la voilure de moitié avec 1.500 trottinettes à Paris et 1.000 à Lyon. "On continue avec un service minimum, en accord avec les autorités, pour les personnes qui ont vraiment besoin de se déplacer", explique le directeur marketing Matthieu Faure. "Pour l'instant, on nous encourage plutôt à maintenir un service minimum. Après, on verra !" A Angers et Bordeaux, la start-up Pony a maintenu des vélos et trottinettes, encourageant leur "privatisation" - c'est-à-dire leur location à la semaine ou au mois - et distribuant des codes d'accès gratuits aux hôpitaux.
Du côté des scooters, "on essaie de ne pas quitter le navire" malgré une baisse de la demande "de l'ordre de 90%", dit Vincent Bustarret, le directeur marketing de Cityscoot. "On calibre nos équipes. Tant qu'on a la possibilité d'opérer et la capacité de le faire, on se dit qu'on peut rendre service", ajoute-t-il.

Service public des vélos en libre-service au ralenti

ll reste enfin le service public des vélos en libre service, comme V3 à Bordeaux, Bicloo à Nantes, Vélov' à Lyon et Vélib' à Paris. Il fonctionne encore généralement, fût-ce "à régime minime". "Le service est toujours en activité avec des forces réduites parce qu'on a de l'absentéisme dans nos rangs", dit un porte-parole de Smovengo, la société qui exploite le Vélib' parisien. Le personnel, notamment, nettoie les vélos dans les stations et à l'atelier, remarque-t-il. "Limitez au maximum vos déplacements", conjure néanmoins le site internet du service. Et "lavez-vous les mains avant et après avoir utilisé un Vélib'".
Quant aux conséquences économiques de cet arrêt quasi-total de l'activité de ces nouvelles mobilités, personne n'ose encore en parler.
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle