A côté de Limoges, une commune revitalise le commerce de proximité (87)

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Haute-Vienne

La commune de Vicq-sur-Breuilh s’est retrouvée sans aucun commerce au début des années 2000. L’action volontariste de la municipalité a permis de relancer la dynamique commerciale. Il a fallu franchir plusieurs étapes.

Située dans la troisième couronne de Limoges, la commune rurbaine de Vicq-sur-Breuilh compte 1.400 habitants répartis dans 73 hameaux sur une superficie de 51 km2. Quand, une nouvelle équipe municipale est élue en 2001, l’état des lieux des commerces de proximité est vite fait : le seul encore en activité, un bistrot, s’apprête à fermer. Pour faire leurs courses, les habitants de Vicq se rendent à Limoges (25 minutes en voiture) ou dans l’un des deux bourgs ruraux plus proches qui concentrent plusieurs commerces et services (pharmacie, banque, supermarché, restaurant, services de santé…).

Les commerces vétustes ne trouvent pas de repreneurs

"En étudiant le sujet, nous avons compris qu’une grande partie du problème venait de la vétusté des locaux des équipements commerciaux, indique la maire de Vicq-sur-Breuilh, Christine de Neuville. Les repreneurs étaient dissuadés par l’ampleur de l’investissement à engager. Outre le rachat du fonds, ils devaient remettre aux normes l’outil de travail et cela représentait des sommes trop importantes compte tenu des marges que pouvaient faire ces commerces."

2001 : la commune installe un boulanger dans des locaux remis à neuf

Le conseil municipal ne se satisfait pas de cette situation et prend rapidement l’initiative. La commune commence par racheter le fonds de la boulangerie qui avaient fermé peu avant les municipales et procède à des travaux de remise à niveau de ses équipements. Une fois le local et l’outil rénové, un jeune couple de boulangers accepte de s’y installer en contrepartie d’un loyer versé à la commune.

2008 : ouverture d’un restaurant

En 2008, la commune acquiert un fonds de commerce dans un immeuble qu’elle détenait, avec l’intention d’y ouvrir un café-restaurant. L’idée est de générer du flux grâce à cette activité commerciale attractive. La municipalité agrandit le local, effectue les travaux de mise aux normes, et trouve un couple prêt à s’y installer, moyennant un loyer mensuel de 350 euros. Très vite le point d’équilibre, fixé à 25 couverts jour, est dépassé.

Opportunité d’installer un musée

Parallèlement une nouvelle opportunité se présente : le presbytère du XVIIIe siècle était en très mauvais état et menaçait ruine. "Je cherchais désespérément des aides financières ou une idée pour le sauver et le rendre 'public', explique l’élue. En en parlant avec la direction régionale des affaires culturelles (Drac), nous avons eu l’idée d’y accueillir une donation d’un mécène limousin, dont la collection devait partir au musée international d'Art naïf de Nice, faute de lieu disponible dans la région." Ce projet de musée m'a permis de trouver des fonds inattendus : les travaux de rénovation pour en faire un espace capable d’accueillir la collection sont financés par des fonds publics, avec une participation de la commune, et des mécènes (voir en fin d’article).

2014 : avec le musée et son flux de visiteurs, un troisième commerce

Dès la première année d’ouverture en 2014, le musée Cécile-Sabourdy de Vicq-sur-Breuilh reçoit 8.000 visiteurs et l’année suivante 10.000. Ce flux de visiteurs a permis d’ouvrir un troisième commerce qui fait fonction d’épicerie, de salon de thé, de bar et de boutique du musée. Là encore la commune a acquis le fonds et les murs, puis a procédé aux travaux nécessaires avant de confier l’activité à un commerçant, qui lui verse un loyer de 300 euros par mois.

"Investir et choisir les bons professionnels"

Pour réussir des projets de revitalisation de petites communes comparables à la sienne, la maire de Vicq est convaincue que "la collectivité doit prendre à sa charge les investissements lourds qu’un acteur privé n’aurait pas les moyens de réaliser. Je crois aussi qu’il faut avoir la main heureuse pour choisir les bons professionnels comme nous l’avons eu avec le boulanger et le restaurateur. Quand on demande à un client de parcourir 5 km de plus pour aller au restaurant, il faut lui donner une bonne raison de le faire".

La commune de Vicq-sur-Breuilh ne compte pas s’arrêter là. Le prochain défi est celui du développement du numérique avec le déploiement de la fibre optique sur le territoire à l’initiative de la communauté de communes. "C’est indispensable pour attirer des habitants et faire vivre les communes éloignées des métropoles", constate l’élue.

Eléments financiers pour la revitalisation de Vicq-sur-Breuilh : 
• Réhabilitation de la boulangerie : la commune a investi environ 30.000 euros et bénéficié de l’aide du Fisac.
• Réaménagement du café-restaurant : coût pour la commune 100.000 euros auxquels s’ajoutent une aide du département, du Fisac et un petit emprunt couvert par le loyer.
• Restructuration du presbytère en musée : la commune investit 380.000 euros sur un total de plus d’un million d’euros cofinancé par l’État, la région, le département, des mécènes et l’Union européenne.
• Restaurant : 100.000 euros auxquels s’ajoutent des aides de la région, du département, du Fisac et un petit emprunt couvert par le loyer.
• Ouverture de l’épicerie : achat de l'immeuble et du fonds 10 ans auparavant pour 80.000 euros. Travaux financés par la commune 137.000 euros auxquels s’ajoutent des aides de la région, l'Etat et le département.
Le montant des différents loyers perçus par la commune a été déterminé par des analyses économiques effectuées par la chambre de commerce.

Victor Rainaldi, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info 

Commune de Vicq-sur-Breuilh

Nombre d'habitants :

1350

Le Bourg
87260 Vicq-sur-Breuilh
mairie.vicq@wanadoo.fr

Christine de Neuville

Maire
Haut de page