Crise sanitaire : les chercheurs sollicités pour évaluer l’impact sur les compétences et la formation professionnelle

Redoutant un rebond massif du chômage et des faillites d’entreprises, le ministère du Travail prend les devants en lançant un appel à projets de recherche sur le thème : "L’impact de la crise sanitaire sur les compétences et la formation professionnelle". Ouvert jusqu’au 15 juin, ce travail prospectif vise à comprendre les pratiques en matière de formation et les évolutions des besoins de compétences pour adapter les réponses en connaissance de cause.

Éclairer la décision publique, faire progresser la compréhension des conséquences de la crise sur le développement des compétences, le système et le marché de la formation professionnelle, ainsi que sur le modèle pédagogique et les pratiques des organismes de formation. Tels sont les objectifs de l’appel à projets de recherche express (APR) que vient de lancer le ministère du Travail afin d’anticiper les conséquences de la crise sanitaire sur le niveau de qualification des actifs et sur l’activité des organismes de formation professionnelle. La date de clôture est fixée au 15 juin.

Prévoyant d’ores et déjà une deuxième session le 16 juin, la Dares, qui mobilise 100.000 euros (subvention maximum de 15.000 euros par projet) pour financer ces travaux d'études et de recherche, préconise quelques problématiques générales et propose quatre axes de recherche à explorer. Il s’agirait notamment de redéfinir la frontière entre les politiques de formation dédiées aux demandeurs d’emploi et celles s’adressant aux actifs en emploi, les premières étant prises en charge par des politiques publiques de type PIC (plan d'investissement dans les compétences) et les secondes par l’entreprise. Parmi les questions posées figurent celles de savoir s’il existe des dispositifs de formations dédiés aux salariés en activité partielle ou encore si les acteurs publics (nationaux, régionaux ou locaux) se mobilisent pour renforcer les compétences de ces actifs.

Usages et limites de la formation à distance

Ainsi, la Dares invite à regarder comment l’État, les régions, les opérateurs de compétences ont cherché dans les régions à réactiver le couple chômage partiel/formation en mutualisant éventuellement leurs ressources financières pour éviter des plans de licenciements et le passage par le statut de demandeurs d’emploi.

Le deuxième axe porte sur l’évolution de l’offre et de la demande des compétences sur le marché du travail, dans un contexte de risque d’accroissement du chômage et de probable disparités entre secteurs d’activités et territoires, certains en grandes difficultés et d’autres en reprises rapide.

Il conviendrait également, selon la Dares, de pouvoir disposer de travaux relatifs à l’impact de la crise sanitaire sur la transformation des pratiques et de l’offre de formation des prestataires. Les sujets d’analyses pourront porter sur les usages et les limites de la formation à distance, l’impact économique de la crise sur les organismes de formation ou bien les enseignements à tirer sur la place du digital dans les modèles de formation.

État des lieux de la situation du système de formation professionnelle

Enfin, redoutant que les formations en entreprise souffrent de l'impact du choc économique sur les trésoreries des entreprises après la fin du confinement, il serait intéressant de dresser un état des lieux de la situation du système de formation professionnelle afin de savoir comment les acteurs adaptent leurs pratiques à la crise et à ses conséquences et quel est le rôle des régions et du PIC pour venir en soutien aux organismes de formation menacés de fermeture. Par ailleurs, il faudrait déterminer le rôle du compte personnel de formation (CPF), à la main des actifs, dans la recomposition du marché de la formation professionnelle.

Tout en pouvant choisir les thèmes sur lesquels elles souhaitent travailler, les équipes qui seront "de préférence constituées d’une association de chercheurs" pourront avoir recours à diverses méthodologies : analyse de pratiques d'organismes de formation impliqués dans les programmes du PIC et, plus généralement, de l’ensemble des acteurs constitutifs de l’écosystème de la formation professionnelle (régions, départements, associations, service public de l’emploi, partenaires sociaux, entreprises, etc.) et de récits biographiques de personnes en recherche d’emploi ; évaluations d’impact expérimentales ou quasi-expérimentales ; études originales ; projets statistiques ; comparaisons internationales. 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle