Formation professionnelle - De nouveaux campus des métiers et des qualifications labellisés d'ici l'été 2014

Le gouvernement a lancé en février 2014 un deuxième appel à projets pour labelliser une nouvelle génération de campus des métiers et des qualifications. Objectif : créer un campus par région pour élever les niveaux de qualification et aider les jeunes à s'insérer sur le marché du travail.

Un second appel à projets a été lancé auprès des régions et des académies en février 2014 pour labelliser une nouvelle génération de campus des métiers et des qualifications dès le début de l'été.
Dans une communication présentée le 5 mars 2014 en Conseil des ministres, le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, ont précisé leur objectif : réaliser au moins un campus des métiers et des qualifications par région. Ce dispositif est prévu par la loi du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République, pour valoriser l'enseignement professionnel.
Les campus des métiers et des qualifications doivent soutenir, par la formation, les politiques territoriales de développement économique et social, en élevant les niveaux de qualification et en facilitant l'insertion professionnelle des jeunes dans l'emploi.
Ces pôles d'excellence réunissent sur le même site ou en réseau des établissements d'enseignement du secondaire, du supérieur, des laboratoires de recherche, des centres de formation des apprentis (CFA), des organismes de formation et des entreprises. Centrés sur des filières spécifiques et sur des secteurs d'activités d'excellence correspondant à un enjeu économique national ou régional, ils doivent favoriser les synergies entre le tissu économique local et les laboratoires de recherche. "Ils forment le deuxième étage des pôles de compétitivité en offrant aux entreprises en croissance et aux filières économiques d'un territoire des formations professionnelles initiales d'excellence et des jeunes formés à des métiers d'avenir", précise la communication des ministres.
Le but de ces campus est en effet d'offrir aux élèves et étudiants des parcours de formation (formations technologiques, générales, professionnelles) en lien avec les stratégies nationales et régionales de développement de filières industrielles et de services sur les territoires. Une adéquation entre qualifications et métiers qui apparaît d'autant plus nécessaire que, selon une étude du ministère de l'Education nationale (voir encadré ci-dessous), les inégalités entre les régions sont criantes en matière d'accès à l'emploi, en particulier chez les moins diplômés.
"Les régions sont très favorables à la création de ces nouveaux dispositifs, qui se font en partenariat avec elles, et qui répondent à leur volonté de favoriser la continuité entre les voies de formation et de valoriser l'enseignement professionnel", fait on savoir à l'Association des régions de France. Certaines régions ont d'ailleurs été précurseurs, comme l'Aquitaine, qui a créé l'Aérocampus en 2011. Ce campus a été labellisé en 2013 lors du premier appel à projets.

14 projets de campus déjà labellisés

Cette première sélection a permis au gouvernement de labelliser quatorze projets de campus des métiers et des qualifications. Outre l'Aérocampus, on peut citer le Plasti Campus d'Oyonnax-Bellignat, dans l'Ain, inauguré le 14 octobre 2013, le campus des métiers et des qualifications de l'aéronautique en Pays de Loire, celui sur la métallurgie et la plasturgie en Picardie, le campus sur les métiers des travaux publics en région Nord-Pas-de-Calais... D'autres projets sont en cours de développement comme le campus des métiers de la création numérique en Ile-de-France.
La labellisation est reçue pour quatre ans. Elle est attribuée par une commission composée de représentants des collectivités régionales, des recteurs, de l'Association des régions de France (ARF), des inspections générales de l'Education nationale, des directions des ministères de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et du Redressement productif. Un bilan d'étape et un suivi de chaque campus sont prévus, à l'issue de deux ans d'attribution du label. Et une évaluation des activités au cours de la quatrième année sera réalisée, en vue du renouvellement du label.
Les projets proposés dans le cadre du deuxième appel à projets doivent être transmis au plus tard le 15 juin 2014.

Emilie Zapalski


Un accès inégal à l'emploi dans les régions pour les moins diplômés

"Moins la population a été scolarisée, plus ses opportunités d'emploi sont incertaines et variables d'une région à l'autre." C'est la conclusion d'une étude de la Direction de l'évaluation, de la prospective, et de la performance (DEPP) du ministère de l'Education nationale intitulée "Face à l'emploi, les inégalités entre régions sont plus fortes pour les moins diplômés". Ainsi, à la Réunion, 15% à peine de la population qui n'a pas été scolarisée, est en emploi, contre près de 50% en Ile-de-France. "Moins de la moitié des personnes ayant eu, au mieux, une scolarité à l'école primaire ou au collège, occupe un emploi dans toutes les régions, hormis l'Ile-de-France, précise l'étude, les Franciliens (56%) ont deux fois plus accès à un emploi que les Guyanais (29%)."
A l'inverse, le taux d'emploi des personnes diplômées (au moins un CAP) est relativement homogène en France. Il varie entre 62% à la Réunion et 76% dans les Pays de la Loire.
E.Z.

 

 

Téléchargements

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle