Délocalisation des finances publiques : 50 villes sélectionnées

Le ministère des Comptes publics a dévoilé ce mercredi 29 janvier la liste des cinquante premières communes sélectionnées pour accueillir des services des finances publiques actuellement situés dans les grandes villes. Plus de 400 communes avaient déposé leur candidature.

Bercy avait lancé en octobre un appel à candidatures en vue de sélectionner les communes intéressées par ces délocalisations, que le gouvernement présente comme l'un des moyens de répondre à "la crise de confiance envers l'État de populations éloignées des grandes agglomérations", mais aussi une source d'économies pour l'administration, selon le communiqué du ministère. Plus de 400 communes avaient déposé leur candidature auprès du gouvernement.

Parmi les cinquante villes sélectionnées figurent notamment Dieppe (Seine-Maritime), Troyes (Aube), Angoulême (Charente), Tarbes (Hautes-Pyrénées) ou encore Morlaix (Finistère). Elles sont presque toutes situées dans des départements différents. Le Pas-de-Calais et l'Aisne font exception avec deux villes choisies, Béthune et Lens d'une part, et Laon et Château-Thierry d'autre part. Parmi les départements qui n'ont pas de communes sélectionnées figurent notamment ceux de la région Île-de-France, de la côte méditerranéenne, ou encore ceux situés dans les Alpes.

Le ministère explique que le comité de sélection a fait son choix sur des critères de situation sociale et économique et d'attractivité des territoires concernés ainsi que de qualité des solutions immobilières et d'accueil qui seront proposées aux agents des finances publiques. In fine, 3.000 agents devraient être affectés dans les villes sélectionnées, selon le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin. "Les opérations de localisation en région commenceront dès 2021. Les services administratifs concernés seront en charge de missions de gestion", indique le ministère, qui ne détaille pas encore précisément les services concernés.

Relevant que "sur les 50 collectivités sélectionnées, près d’une vingtaine sont des petites villes", l’Association des Petites Villes de France (APVF) considère que "ce geste de l’Etat va dans le bon sens" et "appelle le gouvernement à amplifier ce mouvement dans les mois qui viennent", sachant que de nombreuses petites villes "sont en situation de proposer des solutions immobilières satisfaisantes et de bonnes conditions d’accueil aux agents des finances publiques". Elle en profite toutefois pour redire "sa vigilance sur la poursuite du mouvement de fermetures dans certaines zones du territoire" et rappeler "la promesse gouvernementale de ne pas procéder à de nouvelles fermetures sans l’accord des élus locaux".

Liste des 50 communes

Dieppe (76)
Troyes (10)
Dax (40)
Roanne (42)
Valence (26)
Mâcon (71)
Alençon (61)
Agen (47)
Béthune (62)
Saint-Dié-des-Vosges (88)
Belfort (90)
Charleville-Mézières (08)
Pau (64)
Le Puy-en-Velay (43)
Nevers (58)
Châteaudun (28)
Carpentras (84)
Fontenay-le-Comte (85)
Noyon (60)
Angoulême (16)
Tarbes (65)
Vesoul (70)
Guéret (23)
Châteauroux (36)
Laval (53)
Guingamp (22)
Forbach (57)
Bergerac (24)
Tournon-sur-Rhône (07)
Château-Thierry (02)
Vierzon (18)
Denain (59)
Châteaubriant (44)
Châlons-en-Champagne (51)
Lons-le-Saunier (39)
Redon (35)
Joigny (89)
Cahors (46)
Lisieux (14)
Morlaix (29)
Perpignan (66)
Limoges (87)
Lens (62)
Decazeville (12)
Besançon (25)
Mende (48)
Pont-Audemer (27)
Verdun (55)
Chaumont (52)
Laon (02)

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle