Depuis Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les boîtes à dons essaiment sur le littoral vendéen (85)

Publié le
par
Luc Blanchard
dans

Economie sociale et innovation

Vendée

Après une expérience concluante en 2016, les collectivités membres des "territoires zéro déchet, zéro gaspillage" sur le littoral vendéen ont développé les boîtes à dons dans les campings. Une porte d'entrée pour la promotion de l'économie circulaire.

Le concept de la boîte à dons est très simple : plutôt que de jeter les livres, les vêtements, les jouets dont on ne se sert plus, pourquoi ne pas les donner ? Des petites cabanes de bois accueillent les objets et permettent à chacun de laisser ou de prendre les objets proposés.

Réduire les déchets issus de l'industrie du tourisme

Dans le cadre du programme "Territoire zéro déchet, zéro gaspillage" lancé par l'Agence pour la maîtrise de l'énergie (Ademe), en 2014, des appels à projets ont été lancés. Le syndicat de traitement des ordures ménagères de Vendée, Trivalis, lauréat en 2016, a été financé pour mettre en place, durant trois ans, des opérations de promotion de l'économie circulaire sur le territoire littoral vendéen. Six salariés ont pu être embauchés, chacun d'eux ayant un territoire clairement délimité et des thématiques différentes.
Le groupement Tourisme, composé des communautés de communes de l’Île de Noirmoutier, Challans-Gois Communauté, Océan-Marais de Monts, le Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et la communauté d’agglomération des Sables-d’Olonne accueille un animateur prévention des déchets salarié de Trivalis, Romaric Lesaint. Sa mission consiste à trouver les moyens de réduire les déchets issus de l'industrie du tourisme. Exemple avec le Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie : en tant que membre du programme de prévention des déchets du groupement Tourisme, la communauté de communes a bénéficié de financements, au même titre que les quatre autres EPCI du groupement.

Premier test dans une rue piétonne

"Nous avons installé une première boîte à dons dans une rue piétonne de Saint-Gilles-Croix-de-Vie afin de mener une expérimentation, explique animateur prévention des déchets, mais le cœur du projet est de développer ce dispositif dans les campings du territoire."

L'expérience menée en août 2016 à Saint-Gilles fut riche d'enseignements. D'abord quant aux types d'objets donnés : des livres et des magazines, des vêtements, des jouets pour enfants, mais également des cassettes VHS ! Tout trouve preneur et la rotation des objets est rapide. Sur l’espace public de Saint-Gilles, la boîte à dons était quotidiennement renouvelée !

Précautions à prendre

Même s'il est clairement indiqué sur la boîte à dons que seuls les objets dont le volume correspond à celui de la boîte sont acceptés, les initiateurs du projet ont pris soin d'installer leur cabane loin des espaces de stationnement. Pas question d'attirer les dépôts sauvages, les vélos, frigidaires et autres "monstres" qui peuvent être déposés à la recyclerie. De la même manière, les espaces piétons très fréquentés sont privilégiés de façon à placer les boîtes à dons sous la surveillance de tous.
Devant le succès remporté par la boîte à dons de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, la municipalité a décidé de la pérenniser en l'installant près du centre social et en la plaçant sous la responsabilité d'une association locale. L’animateur Prévention des déchets a proposé à la fédération vendéenne de l'hôtellerie de plein air d'installer des boîtes à dons dans 28 campings du littoral vendéen, soit un dixième du parc du groupement Tourisme.

Avec une entreprise d’insertion

Toujours grâce aux financements de l'Ademe, les cabanes ont été réalisées par une entreprise d'insertion, à partir de palettes de récupération, et installées dans les campings volontaires. Les gérants ont accueilli avec plaisir ces cabanes qui leur permettent d'offrir un service original aux vacanciers et de réduire la quantité de déchets. Avec la généralisation de la redevance incitative, qui conduit les usagers à payer en fonction de la quantité de déchets produits, il s'agit d'un avantage économique non négligeable.
En décidant d'équiper un camping sur dix, les élus ont lancé une dynamique. En 2018, cinq campings supplémentaires se sont déjà équipés, par eux-mêmes, d'une boîte à dons. Trivalis veut aller plus loin et va proposer à l'Ademe de financer un nouveau programme de trois ans.

Susciter de nouvelles pratiques

Sensibilisés par les boîtes à dons, les gérants de camping sont prêts à discuter de la prévention des déchets en général. Le moment est bien choisi pour susciter de nouvelles pratiques telles que le compostage ou les gobelets consignés. En Vendée, quelque chose est en train de changer dans l'industrie du tourisme.

Trivalis, syndicat mixte départemental d'études et de traitement des déchets ménagers et assimilés de Vendée

Nombre d'habitants :

233000

Nombre de communes :

39
31, rue de l’Atlantique
85800 La Roche-sur-Yon

Philippe Bernard

Maire de Givrand, conseiller communautaire

Romaric Lesaint

Animateur prévention déchets
Haut de page