Des primes incitatrices pour les villages solaires de la Réunion

Publié le
dans

Environnement

Energie

La Réunion

Développer les énergies renouvelables à la Réunion, c’est répondre à de multiples besoins : environnementaux, sociaux et économiques. Le concept de "villages solaires" les prend tous en compte et au fil des expérimentations, le dispositif s’en nourrit.

Pour les villages de la Réunion qui sont en bout de réseau électrique, l’autonomie énergétique est un rêve et le recours à l’énergie solaire une évidence. Pour alléger le réseau, il faut produire localement une partie de l’énergie consommée. Les chauffe-eau solaires répondent parfaitement à ce besoin, ils sont au cœur du dispositif mis en place par plusieurs communes de l’île.

Le Plate, site expérimental

L’Agence régionale de l’énergie Réunion (Arer) a choisi le village du Plate, sur la commune de Saint-Leu, pour lancer les premières actions. Depuis le premier avril 2009, les habitants désireux de s’équiper d’un chauffe-eau solaire se voient accorder une prime de 500 euros et bénéficient gratuitement d’ampoules à basse consommation. Sachant qu’un chauffe-eau solaire de 300 litres coûte 2.500 euros, la prime représente un cinquième de l’investissement à la charge du foyer. Le versement de cette aide permet un retour sur investissement en six ans au lieu de huit.

Jérémie Contandriopoulos, qui coordonne l’action pour l’Arer, estime que "200 chauffe-eau solaires correspondent à un effacement de puissance de 300 Mwh, soit 246,6 tonnes de Co2 évitées. A terme, ces villages solaires devraient s’étendre à la totalité des communes de l’île et l’ambition de vivre sur une île indépendante énergétiquement en alliant technologie, économie et écologie prendra forme". Si le responsable de l’Arer voit loin, c’est parce que le projet  "villages solaires" concerne déjà toute la communauté d'agglomération le Territoire de la côte ouest (TCO). Après le Plate, la ville du Port lance "cité Ravine à Marquet quartier solaire" et dans le courant de l’hiver austral la commune de Saint-Paul inaugurera "l’Eperon village solaire".

Saint-Paul intègre un volet social

A Saint-Paul de La Réunion, contrairement aux autres villes, la prime "village solaire" sera calculée en fonction des revenus du foyer et de la taille du chauffe-eau à installer. Christophe Pomez, conseiller communautaire au TCO, s’en explique : "Le volet social est le troisième pilier du développement durable. Il importe d’accompagner au mieux les plus vulnérables d’entre nous. A Saint-Paul, les primes villages solaires tiendront compte de cette dimension sociale. Nous souhaitons inciter les plus modestes à s’équiper car se sont eux qui, les premiers, souffrent de l’augmentation du prix de l’énergie." Afin de réussir l’opération, une vaste enquête a été menée dans une partie du village de l’Eperon (habitations individuelles non concernées par les opérations de réhabilitation, qui représentent 342 foyers). Un questionnaire a été distribué à toutes les familles afin de cerner au plus près les modes de consommation. Hugues Mori, chargé de mission Agenda 21 à Saint-Paul, détaille le dispositif :  "60.000 euros ont été provisionnés par la commune de Saint-Paul ainsi que par la communauté d’agglomération (la TCO) afin de distribuer les primes sur la base du quotient familial. Les particuliers peuvent faire appel au solariste de leur choix et, une fois l’installation réalisée, l’Arer, qui gère le budget, les rembourse. Le système a déjà fait ses preuves. Parallèlement, nous menons d’autres projets avec la mission locale afin de lier réinsertion et production d’énergie solaire. Les élus de Saint-Paul tiennent à valoriser les emplois verts, et les villages solaires sont des territoires de prédilection pour toutes sortes d’initiatives."

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils  

Mairie de Saint-Paul

Nombre d'habitants :

103498

Place du Général de Gaulle, CS 51015
97864 Saint-Paul cedex

Christophe Pomez

Conseiller communautaire au Territoire de la côte ouest

Jérémie Contandriopoulos

Agence régionale de l'énergie Réunion (Arer)

Hugues Mori

chargé de mission Agenda 21
Haut de page