Lucas Boncourt / EVS pour Localtis

Diminuer la dépendance à Google, un défi de longue haleine pour les collectivités

Infrastructures numériques, données

Si la réponse à l’omniprésence de Microsoft a été l’emploi de logiciels libres dans les collectivités, la résistance à Google se révèle plus compliquée. Car au-delà de décisions symboliques comme l’installation du moteur de recherche Qwant sur tous les outils informatiques comme vient de le faire Paris, le véritable enjeu est celui de la donnée. Avec la donnée géographique en première ligne.

La ville de Paris a décidé de remplacer Google par le moteur de recherche de conception française Qwant sur l’ensemble de ses outils informatiques. Une décision qui fait écho à celles de Rennes, de l’Île-de-France, du ministère de la Défense ou encore de l’Assemblée nationale et qui suit les recommandations du gouvernement en matière de souveraineté numérique. Pour les élus à l’origine de ce vœu, "il s’agit d’une question de valorisation des entreprises françaises mais aussi de souveraineté et de sécurité numériques face aux géants de l’Internet que sont les Gafa, qui collectent les données personnelles de leurs utilisateurs à des fins commerciales et publicitaires”. Cette décision, adoptée à l’unanimité le 16 novembre par le Conseil de Paris, a cependant avant tout une portée symbolique car l’emprise de Google s’opère désormais essentiellement via le système d’exploitation Android.  Celui-ci, qui équipe 86% des smartphones du marché, est suspecté de collecter à l’insu des utilisateurs de nombreuses données personnelles, même lorsque le mobile est éteint . Mais pour le moment, les alternatives européennes aux systèmes d’exploitation mobile conçus par les Gafa sont quasi inexistantes, du fait notamment des contrats liant les constructeurs de mobiles à Google. 

Rivaliser avec Google Maps est difficile

La dépendance des collectivités à Google se manifeste également dans l’usage des applications "gratuites" proposées par le géant de Mountain View. La plus emblématique est Google Maps, application cartographique qui peut être facilement intégrée à une page internet. La décision de Google, en juin dernier (notre article), d’augmenter les tarifs et les seuils de requêtes à partir duquel l’usage du webservice (API) est payant a fait réfléchir bien des administrations. De nombreuses préfectures, Sdis, ont ainsi basculé vers l’API de l’IGN ou d’OpenStreetMap (OSM). Si les alternatives existent, la migration n’est pas si évidente car Google Maps est beaucoup plus qu’une carte : calculateur d’itinéraire multimodal nourri à l’open data, c’est aussi un guide pratique qui renseigne aussi bien sur les commerces, les sites touristiques que sur les horaires et la fréquentation des services publics. Avec un nombre de fonctionnalités qui ne cesse de s’élargir (récemment Google a annoncé référencer les bornes de recharges électriques) les applications concurrentes, basées sur OSM ou les jeux de données de l’IGN ont du mal à suivre.

Derrière l’interface, la maîtrise des données

Le fond du problème est du reste bien celui de la donnée. En juin dernier, le rapport de la député Valéria Faure-Muntian (notre article) invitait à prendre le taureau par les cornes car "la France ne peut être dépendante de sociétés américaines pour des données géographiques, essentielles à la plupart des politiques et services publics". Parmi les propositions de ce rapport sur les données géographiques souveraines, améliorer la gouvernance de l’écosystème avec un CNIG aux pouvoirs renforcés, faire de l’IGN l’expert et le garant de la qualité des données ou encore créer une géoplateforme centralisant l’ensemble des données géographiques, qu’elles émanent de l’Etat ou des infrastructures de données géographiques régionales. Les données produites par l’IGN seront en outre diffusées en open data à compter de 2022 - la gratuité du référentiel (RGE) ne concerne aujourd’hui que les administrations publiques - les recettes tirées par l’institut étant remplacées par une subvention de l’Etat.

IGN : géoplateforme et partenariats

Invité le 27 novembre à un débat par le pôle de compétitivité francilien Cap Digital, le directeur général de l’IGN, Daniel Bursaux, a expliqué que "la feuille de route de l’établissement public allait dans le sens des recommandations du rapport". L’IGN planche ainsi sur le projet de géoplateforme qui promet d’intégrer le géoportail de l’urbanisme (GPU) et d’être construite en synergie avec le portail géodata d’Etatlab. L’institut s’ouvre également davantage aux partenariats, que ce soient des établissements de l’État (Cerema, BRGM), des collectivités (partenariat avec la Charente-Maritime sur la base orthophoto) ou des startups via son IGNLab. Sollicité également pour son expertise sur le registre parcellaire unique (cadastre), la base adresse nationale (BAN) ou encore le plan corps de rue simplifié (PCRS), le directeur de l’IGN a souligné que ces missions ne pouvaient s’exercer sans moyens : "L’open data va s’accompagner d’une réduction de nos recettes, or la subvention versée par l’État cette année ne couvre même pas notre masse salariale."  Une équation financière que l’institut entend résoudre en développant ses missions d’expertise, en mutualisant les collectes de données et en développant l’automatisation des tâches grâce à l’intelligence artificielle. 
Restera un élément clef à la réussite du projet : une migration massive des utilisateurs de données géographiques vers des produits "souverains". L’avenir le dira mais l’expérience du Géoportail, qui reste peu connu du grand public, montre que ce n’est pas gagné.

Haut de page