Du sport-santé-bien-être sur prescription pour les habitants de Corbeil-Essonnes (91)

Depuis 2019, la municipalité de Corbeil-Essonnes, des professionnels de la santé, le Comité départemental de UFOLEP Essonne ainsi que des associations sportives proposent aux habitants en situation de fragilités, de reprendre une activité physique régulière. Prescrit par des médecins, suivi par des enseignants en activité physique adaptée, le dispositif a accompagné 35 personnes, malgré le contexte sanitaire.

Tout débute par un travail d’étude, mené en 2018 par une ancienne interne aujourd’hui médecin du sport, le docteur Mélanie Le Ho, sur la cité des Tarterêts, quartier d’habitat social de Corbeil-Essonnes. Sa thèse, qui portait sur l’évaluation des besoins et des attentes en activités physiques chez les patients en situation de précarité, révèle de grandes lacunes dans ce domaine. Cette population est fragilisée par l’isolement social, un manque de confiance en elle et une sédentarité, facteur de risques. Les professionnels de la Maison de santé pluriprofessionnelle (MSP) à laquelle l’interne était rattachée durant ses études, la municipalité, à travers son centre de santé, ainsi que plusieurs associations décident de proposer ensemble un parcours incitant les habitants à pratiquer davantage d’activité physique. « Chaque quartier dispose d’un gymnase, mais les adultes éloignés de la pratique en raison de leur état de santé ne s’y rendaient pas forcément, sans le recours à des animateurs sportifs formés », constate Cécile Tshilenge-Birba, responsable du Centre municipal de santé.

Douze séances d’activités durant trois mois

Pendant une année, ces acteurs définissent les modalités de ce parcours. « Il fallait en effet définir qui faisait quoi, à commencer par les associations et surtout les médecins partenaires, qui allaient repérer les habitants pour lesquels une activité sportive serait utile, identifier d’éventuelles contre-indications et décerner un certificat d’aptitude et une ordonnance pour pratiquer telle ou telle activité  », témoigne Camille Bourdon, agent de développement à l’Union française des œuvres laïques d'éducation physique de l’Essonne (Ufolep 91), une des principales associations partenaires de l’action. La municipalité recrute et forme également un à deux jeunes en service civique comme médiateurs, pour informer, sensibiliser et accompagner les habitants dans la démarche. Les patients volontaires sont ensuite joints par l’Ufolep qui réalise un bilan de leur condition physique, afin de suivre durant trois mois douze séances d’activité physique convenant à leurs capacités et à leurs besoins. Encadrées par une personne formée à l’Activité physique adaptée (Apa), les séances se déroulent au sein de l’Ufolep et dans les quelques associations sportives partenaires du dispositif : tennis de table, marche nordique, danse, voile…

Une aide de 100 euros pour continuer

Les séances sont prises en charge par la municipalité, grâce à des fonds en provenance d’un appel à projets de l’Agence régionale de santé (ARS), auquel elle répond en 2019 et qui est renouvelé tous les ans. « Il faut savoir que, même prescrites par un médecin, les séances Apa ne sont pas remboursées par l’assurance maladie », précise l’agent de développement de l’Ufolep. Une fois les douze séances d’APA et les séances découvertes passées, si elles le souhaitent, les personnes bénéficiaires peuvent poursuivre une activité physique et s’inscrire dans l’une ou plusieurs des associations partenaires. Elles peuvent solliciter pour cela une aide unique d’un montant maximum de 100 euros, versée par la municipalité.

35 bénéficiaires du dispositif

L’appel d’offres de l’ARS a permis de financer le lancement de l’action (temps d’animation, séances, inscriptions des bénéficiaires dans les associations…) à hauteur de 35.000 euros en 2019. L’enveloppe a été renouvelée, en tenant compte du bilan de l’année passée et des perspectives. 20.000 euros ont ainsi été attribués pour 2021-2022. Malgré la crise sanitaire, une vingtaine de personnes, âgées de 22 à 75 ans, a suivi les séances en 2019 et 2020 et une autre quinzaine va en bénéficier en 2021-2022. « Ces rendez-vous sont généralement appréciés pour leur dimension intergénérationnelle, collective, ludique et conviviale, se félicite Camille Bourdon. Les participants reprennent confiance. Pour l’instant, une petite dizaine d’entre eux s’est inscrite dans une association sportive ou a prévu de le faire. Nous savons aussi que certains se sont remis à marcher quotidiennement. »

Coordinatrice du dispositif aux côtés du centre municipal de santé, l’Ufolep prévoit la création d’outils de suivi (livret de santé, avec des conseils et la possibilité d’inscrire sa progression…) et projette l’organisation d’ateliers par exemple sur la nutrition. Le souhait de la municipalité est d’impliquer davantage de professionnels de santé et associations sportives qui disposent de l’encadrement suffisant. Avec l’Ufolep, elle a aussi déposé une demande de labellisation Maison sport santé.

Commune de Corbeil-Essonnes

Nombre d'habitants :

51245
2 place Galignani
91100 Corbeil-Essonnes

Martine Soavi

2e maire-adjointe, en charge de l’urbanisme de la santé

Reynal Jourdin

5e maire-adjoint, en charge des activités physiques et sportives

Cécile Tshilenge-Birba

Responsable du centre de santé, chirurgien-dentiste

Union française des œuvres laïques d'éducation physique 91

1 rue Pasteur
91000 Evry-Courcouronnes

Camille Bourdon

Agent de développement sport-Santé, vieillissement et handicap