Localtis

Edouard Philippe prévoit la création de 500 nouvelles maisons France Services en six mois

Publié le
par
C.M., avec AFP
dans

Cohésion des territoires

Citoyenneté et services au public

France

Charente

Édouard Philippe a annoncé ce vendredi 3 mai l'intention de l'exécutif de créer 500 maisons "France Services" en milieu rural, suivant la promesse d'Emmanuel Macron. La Caisse des Dépôts apportera "30 millions d'euros d'investissement" au déploiement de ces maisons de services au public.

"Le Président de la République est extrêmement déterminé à ce que dans les six mois nous puissions créer 500 nouvelles maisons France Services avec des bouquets de services bien plus larges, des agents mieux formés", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une visite à Montmoreau (Charente) dans l'une des 1.340 maisons de services au public (MSAP) existant actuellement. Une visite qui ponctuait un déplacement de deux jours en Charente, accompagné de la ministre Jacqueline Gourault.

Le chef de l'Etat avait indiqué la semaine dernière lors de sa conférence de presse que chaque canton disposerait avant la fin du quinquennat d'une maison "France Services", afin de répondre au besoin de services de proximité exprimé lors du Grand Débat, soit un total de 2.000 maisons. "La question de l'accessibilité et de la qualité des services publics en milieu rural", de "l'accès dans de bonnes conditions" à ces services, représente un enjeu central, a souligné Edouard Philippe vendredi.

La moitié des 500 nouvelles maisons sera portée par les collectivités territoriales et l'autre moitié par La Poste, a précisé Matignon. "Il faut qu'on soit exigeant sur le service et assez souple sur les modalités d'organisation", a souligné Edouard Philippe en notant également qu'"il y a des cantons où l'on aura pas besoin de maisons" car les services publics y sont bien implantés.

S'il a jugé la MSAP de Montmoreau "remarquable", d'autres MSAP "fonctionnent moins bien", a jugé le Premier ministre, insistant sur la volonté d'être "extrêmement exigeants sur le niveau de qualité". Cette qualité, a-t-il développé, passe par trois conditions : "que le bouquet de services proposés soit plus élargi qu'aujourd'hui", "que les horaires soient plus larges qu'aujourd'hui" et que "tous ceux qui viennent dans ces maisons puissent être accompagnés". Et Edouard Philippe d'ajouter : "Il ne s'agit pas seulement de leur dire 'vous trouverez un ordinateur pour remplir des formulaires'…"

Chaque maison nouvelle ou existante devra proposer à partir de janvier 2020 un panier uniforme pour pallier l'absence de certains opérateurs ou services de l'Etat (CAF, Pôle emploi, Cnam, Cnav, MSA, Poste...). Les agents aideront à la constitution de dossiers, à la déclaration d'impôts, à la simulation des aides et droits... Un service de renouvellement des documents d'identité, carte grise, d'achat de timbres fiscaux ou encore d'informations juridiques sera mis en place. "On ne se prive pas non plus la possibilité d'avoir des opérateurs privés au sein de France Services", a ajouté la ministre de la Cohésion des territoires.

Cette montée en puissance impliquera de "réaliser des investissements". A ce titre, le directeur général de la Caisse des Dépôts, Eric Lombard, présent aux côtés d'Edouard Philippe, a annoncé que la Caisse des Dépôts "consacrera dans les années qui viennent 30 millions d'euros d'investissement pour faire en sorte que le réseau de ces maisons, qui deviendront les maisons France Services, puissent se développer et accueillir dans de meilleures conditions nos concitoyens", selon les termes du Premier ministre. L'Etat et les opérateurs partenaires contribueront à hauteur de 36 millions d'euros par an, indique-t-on à Matignon.

"Un effort de formation considérable" sera en outre nécessaire, a par ailleurs indiqué le chef du gouvernement, relevant que "l'une des conditions du succès, c'est la polyvalence des agents qui accueillent" et précisant que ce plan de formation pourra entre autres bénéficier de crédits du "fonds pour la transformation de l'action publique".

Grâce au développement de la visioconférence, les cas les plus complexes pourront être traités sur place d'ici à 2022, assure encore Matignon. Par ailleurs, une centaine de véhicules itinérants supplémentaires et 250 équipes mobiles de La Poste seront déployés pour les personnes les plus éloignées des services publics. Eric Lombard a lui aussi évoqué les "conditions de la réussite" du déploiement : "des équipes formées et polyvalentes, un accès au digital et la multiplication de services mobiles, avec des véhicules et le réseau des facteurs de La Poste".

Haut de page