Localtis

Edouard Philippe : report des régionales seulement par "consensus" et pour l'"intérêt général"

Un report des élections régionales et départementales, prévues en mars 2021, ne serait possible que par "consensus" politique et si "un motif d'intérêt général se dessine", a assuré ce mardi 30 juillet Edouard Philippe.

"On ne fixe pas la date des élections à sa convenance. C'est la loi qui fixe le terme du mandat pour lequel un élu a été élu", a rappelé le Premier ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée. Mais "dans l'hypothèse où un motif d'intérêt général justifie que la durée d'un mandat soit allongée, il est possible de reporter la date prévue de l'élection", a poursuivi Edouard Philippe, en précisant que cela ne pourrait s'effectuer que "sous le contrôle du juge constitutionnel". "Si - et le si est important - il était envisagé une transformation des compétences, des périmètres, des collectivités territoriales, si un consensus suffisant apparaissait, alors, peut-être, aurions-nous le motif d'intérêt général", a-t-il ajouté.

L'hypothèse d'un report de ces élections au-delà de la présidentielle aurait été mise sur la table mi-juin par Emmanuel Macron, puis évoquée devant des parlementaires, en la liant à la nécessité de mettre sur les rails rapidement la relance et une réforme de la décentralisation. "Emmanuel Macron a dit vouloir que les régions et départements passent par la 'grande porte' qu'il leur propose : une grande réforme territoriale, une implication dans le plan de relance - ce qui ne serait pas compatible avec l'organisation d'élections en mars prochain (...). Le président de la République lie donc la réforme territoriale et le report des élections départementales et régionales", expliquait par exemple le 25 juin Patrick Kanner, le président des sénateurs PS.

"Du côté des Républicains nous sommes extrêmement clairs : nous ne sommes pas favorables au report des élections départementales et régionales", a indiqué mardi la députée du Doubs Annie Genevard en interpellant le Premier ministre.  "Le report des élections départementales et régionales ne peut qu'aggraver la défiance" des Français envers la politique, a encore estimé la vice-présidente de l'Assemblée en parlant de "tripatouillage destiné à servir exclusivement les intérêts d'un clan qui craindrait une nouvelle déroute électorale à un an de la présidentielle".

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page