Localtis

Éducation prioritaire : Jean-Michel Blanquer va mettre en œuvre le rapport Mathiot-Azéma

Dans une réponse à une question orale, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a indiqué qu'il mettrait en œuvre les recommandations du rapport Mathiot-Azéma sur la réforme de l'éducation prioritaire. En attendant, des classes seront dédoublées dès la rentrée 2020, au-delà de la carte de l’éducation prioritaire.

Le ministre de l'Éducation nationale compte bien mettre en œuvre les recommandations du rapport "Territoires et réussite" d'Ariane Azéma et Pierre Mathiot portant sur la réforme de l'éducation prioritaire. Lors de la séance des questions orales à l'Assemblée nationale du 11 février, Jean-Michel Blanquer a répondu dans ce sens à Sébastien Jumel. Alors que "la redéfinition de la carte de l’éducation prioritaire [a été] à nouveau repoussée en 2021", le député de la Seine-Maritime souhaitait savoir si le ministre de l'Éducation nationale allait "donner des instructions claires aux Dasen – directeurs académiques des services de l’Éducation nationale – pour que les équipes enseignantes, les enfants et les familles retrouvent de la visibilité pour la prochaine rentrée et pour que nos enfants [sic] étudient dans de bonnes conditions".
En appui à sa question, Sébastien Jumel faisait valoir que "depuis la redéfinition de la carte de l’éducation prioritaire en 2014, 522 écoles [avaient] été rayées des réseaux d’éducation prioritaire – REP – et des réseaux d’éducation prioritaire renforcés – REP+". Une situation qui a créé des "écoles orphelines" privées des moyens supplémentaires alloués aux écoles placées en REP et REP+.
Dans sa réponse, Jean-Michel Blanquer a estimé que si "l'on peut déplorer la suppression, en 2014, de certaines écoles de l’éducation prioritaire, […] il ne sert à rien de pleurer sur cette mesure". Avant d'ajouter : "Il faut maintenant voir comment nous pouvons aller de l’avant. Nous y parviendrons dans le prolongement du rapport Mathiot-Azéma dont les recommandations, que nous étudions afin de les mettre en œuvre, nous donneront une vision beaucoup plus complète de l’éducation prioritaire et nous permettront d’éviter les effets de seuil selon que l’on relève ou non de l’éducation prioritaire."

"Agir au delà de l’éducation prioritaire"

En attendant la mise en œuvre des préconisations du rapport, Jean-Michel Blanquer a estimé que "ce qui compte, […] c'est que l’on agisse pour ces écoles [orphelines] hic et nunc". Et le ministre de préciser : "C’est ce que nous allons faire à la prochaine rentrée. Monsieur Jumel, j’ai regardé ce qui se passe sur votre territoire : nous avons prévu un meilleur taux d’encadrement, et un dédoublement des classes de CP dans l’école Sonia-Delaunay. Cela montre que nous sommes capables d’agir au-delà de l’éducation prioritaire. Dans certaines académies, des grandes sections de maternelle sont dédoublées parce que les conditions sociales l’exigent."
Remis le 5 novembre 2019 au ministre de l'Éducation nationale, le rapport Azéma-Mathiot vise à "conforter l’éducation prioritaire tout en développant des politiques territoriales adaptées à la diversité des besoins régionaux et locaux." Il préconise de maintenir les REP+  tout en prônant la fin d'un zonage des REP piloté par le ministère pour donner la main aux rectorats, lesquels agiraient en concertation avec les collectivités territoriales.

Haut de page