En Charente-Maritime, le laboratoire CyclaB invente un futur aux déchets (17)

Publié le
par
Fabrice Bugnot
dans

Environnement

Smart city

Charente-Maritime

Le syndicat mixte Cyclad a créé en mai 2017 un "laboratoire d’économie circulaire" qui favorise les projets de réutilisation et de recyclage de déchets en mettant en lien des acteurs du territoire.

Des biscuits incorporant des céréales issues du brassage de la bière, des pieds de meubles devenus jeux de quilles ou des invendus alimentaires transformés en compote... Ce sont quelques-uns de la soixantaine de projets soutenus ou initiés grâce au CyclaB, le "laboratoire d’économie circulaire" créé en mai 2017 par Cyclad, syndicat mixte qui assure la collecte, le traitement ou la valorisation des déchets de sept intercommunalités (cf. encadré) du nord-est de la Charente-Maritime.

Déchets ou ressources ?

Vice-présidente en charge de l’économie circulaire de Cyclad, Anne-Sophie Descamps résume : "L’objectif est que les déchets des uns deviennent les ressources des autres et de sortir de nos déchetteries des gisements qui partiraient à l’incinération ou à l’enfouissement, comme des meubles, du bois, des pots de peinture… créant ainsi une nouvelle vie à ces déchets-ressources autour de l’économie circulaire. L’autre volet important, c’est la création d’emplois grâce à ces nouvelles activités de réutilisation et de recyclage. Enfin, c’est aussi le moyen de sensibiliser les citoyens de manière originale."

Mettre en contact gisements et projets

La démarche de ce laboratoire, qui n’a pas nécessité d’investissements financiers, consiste avant tout à identifier des idées de valorisation et des "gisements" de déchets, puis à mettre en lien les acteurs du territoire qui les produisent et ceux qui pourraient les réutiliser ou les transformer. Trois agents de la collectivité sont affectés à CyclaB.

Idées toutes simples

"On a commencé en travaillant avec des associations, des artistes ou des designers en partant de ce qu’il y avait dans les déchetteries et en les accompagnant dans leur démarche, précise la vice-présidente de Cyclad, également adjointe à l’environnement et au développement durable de la commune d’Aigrefeuille-d’Aunis. Les actions menées se doivent d’être pragmatiques et viables économiquement."

Fabriquer de la bière avec du pain dur

Après des échanges avec La Brasserie La 17 et la pâtisserie la Cabane des Délices, situées dans le même quartier à Pont-l’Abbé-d’Arnoult, une alternative a par exemple été trouvée pour les drèches (résidus du brassage des céréales) produites lors de la fabrication de la bière : ces céréales serviront de matière première pour des biscuits. "Nous sommes facilitateurs dans la mise en œuvre de ces différentes actions, indique le chef de projet CyclaB, Thierry Galais. Nous avons mis en relation un brasseur, la Rieuse avec un boulanger, le "Palais des gourmandises", sachant que l’on pouvait faire de la bière avec du pain dur. Ensuite, le brasseur a pris le temps d’expérimenter. Cette bière fait aujourd’hui partie de sa gamme."

Les résidus deviennent matière première

Les équipes du syndicat font aussi remonter la présence de certaines matières dans les déchetteries pour les valoriser localement. Comme le note le chef de projet CyclaB, ce travail de mise en lien commence à porter ces fruits : "Désormais, des personnes nous appellent pour développer un projet à partir de nos ressources. Récemment, c’était un entrepreneur qui souhaitait lancer la production de mannequins sur mesure avec de vieux matelas."

57 conventions signées depuis mai 2017

Toutes ces initiatives donnent lieu à la signature de conventions entre CyclaB et les différents acteurs, 57 depuis sa création. "Cela permet de formaliser des engagements, de donner une visibilité à ces projets et de les suivre, ajoute la vice-présidente du syndicat. CyclaB accompagne les acteurs, par exemple sur des questions administratives ou des demandes de subvention, mais ne les finance pas. L’essentiel des dépenses sont liées aux salaires des agents qui travaillaient pour Cyclad. C’est un coût qui peut être facilement supporté par d’autres territoires."

S’inscrire dans un temps long

Pour l’instant, le suivi effectué par ces conventions ne permet pas d’avancer un nombre précis d’emplois créés grâce à ces initiatives. Mais pour le chef de projet CyclaB, il est certain que cette démarche crée de l’activité, qui plus est à partir de déchets, et qu’elle nécessite d’être pensée à long terme pour produire des effets.

La réduction des déchets est un enjeu majeur. Avec CyclaB, les déchets trouvent une nouvelle vie et apportent du dynamisme économique au territoire.

Le syndicat mixte Cyclad regroupe :

- 7 intercommunalités : Aunis Sud, Aunis Atlantique, Vals de Saintonge Communauté, Cœur de Saintonge, Gémozac et la Saintonge Viticole, l’Ile de Ré et l’agglomération de Saintes.

- 235 communes pour 228.150 habitants

- 132 agents dont 3 chefs de projets CyclaB

- 4 centres de collecte, de transfert et de valorisation.

- 26 déchetteries

Cyclad

CS70019, 1 rue Julia et Maurice Marcou
17700 Surgères
contact@cyclad.org

Anne-Sophie Descamps

Vice-présidente en charge de l’économie circulaire

Thierry Galais

Un des trois chefs de projet CyclaB
Haut de page