En bref - Fermeture de la centrale de Fessenheim : l'Etat va débloquer 10 millions d'euros pour la reconversion économique

L'Etat va créer un dispositif d'intervention territoriale doté de 10 millions d'euros en 2019 pour aider à la reconversion économique de la zone autour de la centrale nucléaire de Fessenheim, a annoncé ce 4 octobre à Colmar Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. "Il s'agit d'un fonds d'amorçage pour financer les premières actions du projet de territoire conçu par les élus locaux", a-t-il expliqué à l'issue du 3e comité de pilotage pour l'avenir du territoire de Fessenheim. L'argent servira au développement économique, au développement d'infrastructures, à la transition énergétique et à l'innovation, a-t-il notamment détaillé.
Une zone de 200 hectares au nord de la centrale a été identifiée pour installer des initiatives, "dont 30 hectares seront disponibles dès le 1er janvier 2020", a déclaré Sébastien Lecornu. Il a également annoncé la création en janvier prochain d'une société d'économie mixte (SEM) franco-allemande chargée de l'aménagement de cette zone foncière. Côté français, cette SEM aura notamment pour actionnaires la communauté de communes Pays Rhin Brisach, le conseil régional, le conseil départemental , la commune de Fessenheim, EDF, la chambre de commerce et d'industrie et la Banque des Territoires. L'Etat y sera également représenté.
Concernant la fiscalité, Sébastien Lecornu a rappelé que la commune de Fessenheim bénéficierait d'un "accompagnement", pour compenser la fermeture de la centrale. Fessenheim et son intercommunalité recevront 30 millions d'euros sur 10 ans, selon une disposition inscrite dans le projet de loi de finances pour 2019 (lire notre article ci-dessous). En outre, le gouvernement a décidé d'étendre la zone des aides à finalité régionale (AFR), permettant la mise en place d'une aide de l'Etat jusqu'à 15.000 euros par emploi créé.
Interrogé sur la date de fermeture de Fessenheim, Sébastien Lecornu a rappelé qu'elle coïnciderait avec le démarrage de l'EPR de Flamanville (Manche), plutôt "fin 2019". Un éventuel nouveau report de la mise en service de Flamanville ne changera rien au sort de Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires françaises, mise en service en 1977. "La fermeture de cette centrale est actée. Son principe est désormais irréversible", a répété le secrétaire d'Etat.
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle