Financement de l'ONF : les communes forestières saluent l'abandon de la contribution supplémentaire qui leur avait été demandée

La Fédération nationale des communes forestières (FNCofor) a salué ce 19 novembre l’annonce faite mercredi par le ministre de l’Agriculture lors du Salon des maires de l'abandon par l'État de la contribution supplémentaire de 30 millions d’euros demandée aux communes forestières pour le budget de l’Office national des forêts (ONF). "Cette annonce montre que l’État assume ses responsabilités et son engagement pour nous permettre de relever les défis qui sont face à nous", souligne Dominique Jarlier, président de la Fédération dans un communiqué. C’est une victoire pour nous qui sommes mobilisés depuis le mois de juin en dénonçant cette mesure injuste et irrationnelle."
Les élus des communes forestières se montrent satisfaits des mesures annoncées par Julien Denormandie le 17 novembre "pour 'faire filière' et renouer la coopération entre la Fédération nationale des communes forestières, l’État et l’ONF". Ainsi, l’État s’engage avec son plan de relance économique à investir 300 millions d’euros dans les forêts dont 200 millions d'euros pour leur adaptation au changement climatique auquel s’ajoutent 500 millions d’euros dans le cadre de France 2030. De leur côté, les communes forestières, s’engagent, elles aussi, à accroître la contractualisation nécessaire pour la filière bois française. "Au-delà de l’intérêt économique et des 400.000 emplois en France de la filière forêt-bois, la mise en place d’une nouvelle gouvernance de l’ONF devra s’accélérer pour permettre aux communes et à l’ensemble de la filière de faire face aux défis écologiques de demain", souligne la FNCofor. "On ne veut pas que l’ONF disparaisse", affirme Dominique Jarlier. "Il faut ajuster moyens et besoins, souligne la fédération. L’ONF doit sortir de ses impasses budgétaires et structurelles" (voir notre article du 21 juin 2021). La Fédération s’engage, pour sa part, "à reprendre le dialogue avec l’ONF et l’État pour rénover le modèle économique de l’organisme", aujourd'hui lourdement endetté." "Un nouveau modèle qui doit prendre en compte l’implication, au quotidien, des communes forestières qui font face à de nombreux problèmes dans la préservation des forêts", comme les attaques de parasites, le dépérissement de certaines essences, les sécheresses répétées, les risques d’incendies accrus, insiste la FNCofor. "Il est nécessaire de trouver ensemble des solutions pour lutter contre le changement climatique et permettre aux forêts de jouer pleinement leur rôle de régulateur, affirme son président. Plus que jamais, nous participerons à la dynamique et à la solidarité pour faire filière."

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle