France services : un programme tout terrain en faveur de l’inclusion numérique

Omniprésent dans notre vie quotidienne, le numérique a vu ses usages renforcés avec la dématérialisation croissante des démarches administratives, mais aussi la crise sanitaire. Pourtant des freins persistent encore à sa pleine utilisation et 13 millions de Français s’en sentent aujourd’hui éloignés. En effet, 35 % des Français* éprouvent au moins une difficulté les empêchant d’utiliser pleinement les outils numériques et internet. Pour 18 % d’entre eux*, cela ne relève pas d’un problème d’équipement ou d’accès à internet, mais plus d’un manque de maîtrise des outils. Lorsqu’ils n’arrivent pas à réaliser une démarche en ligne, 56 % des Français* préfèrent qu’on leur explique comment réaliser la démarche seul plutôt qu’on la fasse à leur place. Ce constat souligne l’importance d’accompagner les Français vers l’autonomie dans leurs usages quotidiens du numérique. C’est tout l’objectif du programme France services qui déploie des guichets et des dispositifs itinérants dans tout le territoire pour favoriser l’inclusion numérique et faciliter les démarches administratives ; 4 000 Conseillers numériques France Services complètent cette offre pour accompagner les Français dans leurs usages numériques du quotidien.

(*source baromètre numérique 2021 réalisé par le Crédoc pour l’ARCEP, le CGE et l’ANCT)

France services : des guichets uniques pour faciliter les démarches administratives du quotidien

Piloté par l’Agence Nationale de Cohésion des Territoires (ANCT), le programme France services vise à faciliter l’accès des citoyens à une offre élargie de service au public, en particulier dans les zones rurales et les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Les espaces France services permettent aux usagers d’effectuer diverses démarches administratives dans un lieu unique et de bénéficier d’un accompagnement aux démarches en ligne assuré par, au moins, deux agents polyvalents et formés.

Dans chaque France services, il est ainsi possible de solliciter les services de l'État ou de partenaires de l'État comme :

  • La Direction générale des finances publiques
  • La Poste
  • Pôle emploi
  • La Caisse nationale des allocations familiales
  • L'assurance maladie (CPAM)

La Banque des Territoires accompagne le déploiement de ce programme en mobilisant 30 M€ dédiés à l’animation, la formation des agents et l’outillage numérique pour mettre en œuvre un dispositif de qualité.

Le réseau des structures labellisées « France services » se compose de 1 745 guichets. D’ici à 2022, l’objectif est de déployer 2 500 guichets. Ainsi, chaque usager pourra trouver une structure France services à moins de 30 minutes de son domicile.

France services : des dispositifs itinérants pour aller au plus près des habitants

Pour aller au plus près des usagers et garantir un maillage du territoire le plus fin possible, des dispositifs itinérants France services, les « bus France services » sillonnent également les départements. On distingue :

  • des Maisons itinérantes multisites : l’implantation France services est répartie au sein de différents locaux fixes non permanents. Ces locaux sont mis à disposition par les mairies ou les associations locales sur l’ensemble d’un territoire donné.
  • des véhicules itinérants aménagés de type camping-car : ils sillonnent les territoires ruraux ou les Quartiers prioritaires de la politique de la Ville selon un parcours et des lieux prédéfinis et facilement accessibles (à proximité des mairies, marchés, centres commerciaux...).

Adossés à des espaces « France Services », ces dispositifs itinérants garantissent la présence du service public sur l’ensemble du territoire français et facilitent l’accès de tous les citoyens à des services de qualité, en luttant contre l’isolement géographique et la fracture numérique.

La Banque des Territoires s’est engagée à participer financièrement au déploiement des « bus France services » dans les territoires les plus isolés. Aujourd’hui, grâce à deux appels à manifestation d’intérêt lancés en 2020, 45 Bus ont été déployés dans les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et 35 Bus dans les territoires ruraux. L’objectif est désormais de toucher les territoires non encore pourvus en France Services.

Un troisième appel à manifestation d’intérêt pour financer 30 nouveaux bus

Ce nouvel AMI, lancé en septembre 2021, doit permettre le déploiement opérationnel de 30 nouveaux bus, au plus tard en juillet 2022.

Les projets lauréats bénéficieront d’une prise en charge des dépenses d’investissement nécessaires à la réalisation du projet :

  • par la Banque des Territoires à hauteur de 60 000 €, pour les projets en quartier politique de la ville
  • par la Banque des Territoires et par la préfecture à hauteur de 30 000 € chacune, pour les projets hors quartier politique de la ville

Une subvention annuelle de fonctionnement de 30 000 € sera également allouée et différents avantages proposés dans le cadre de l’adhésion au programme France Services piloté par l’Agence nationale de la Cohésion des Territoires.

Découvrir France services en vidéo

Si vous souhaitez continuer et lire nos vidéos, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Emmanuelle Borrelly, responsable du pôle Inclusion numérique et services au public de la Banque des Territoires, vous explique en 2 minutes le programme France services.

Conseillers numériques France Services : accompagner les Français dans le « numérique du quotidien »

D’ici au 1er juin 2022, 4 000 Conseillers numériques France services seront formés puis déployés sur tout le territoire pour assurer une médiation numérique de proximité gratuite pour les habitants.

Dispositif phare du Plan de relance, les Conseillers numériques France services contribuent à la lutte contre la facture numérique :

  • en soutenant les Français dans leurs usages quotidiens du numérique : télétravail, téléconsultation, achat en ligne, suivre la scolarité de ses enfants, etc.
  • en favorisant des usages citoyens et critiques d’internet : s’informer et apprendre à vérifier les sources, protéger ses données personnelles, maîtriser les réseaux sociaux,
  • en accompagnant les usagers vers l’autonomie, notamment pour réaliser des démarches administratives.

Recrutés au sein de collectivités territoriales, d’associations ou d’entreprises de l’ESS labellisées par l’État, les Conseillers numériques suivent un parcours de formation certifiante à leur entrée en poste. Leur mission est d’aller à la rencontre des habitants dans les mairies, espaces France services, médiathèques, centres sociaux, tiers-lieux… pour proposer des ateliers thématiques, des accompagnements personnalisés ou des aides ponctuelles aux habitants afin d’améliorer leurs compétences numériques.

Reconnue pour son expertise et son savoir-faire dans l’animation de réseaux nationaux, la Banque des Territoires a été mandatée par l’État pour déployer ce dispositif piloté par l’Agence nationale de la cohésion des territoires. Ainsi, elle a la charge de :

  • le suivi du déploiement des Conseillers numériques France Services
  • la contractualisation et le versement des subventions à chaque structure d’accueil
  • l’entrée en formation des Conseillers numériques, prise en charge par des organismes de formation spécialisés
  • l’animation et l’outillage du réseau des structures d’accueil et des Conseillers
  • l’appui à la coordination des actions des Conseillers avec les dispositifs d’inclusion numérique existants

L’Agence nationale de la cohésion des territoires est, quant à elle, chargée du pilotage du dispositif, de l’instruction des candidatures des collectivités et des structures d’accueil et de la sélection des organismes de formation. La formation et la rémunération des Conseillers numériques sont prises en charge par l’État.

Quelques chiffres clés sur les Conseillers numériques

 

5396 structures d’accueil volontaires inscrites sur conseiller-numerique.gouv.fr

3886 recrutements ouverts au sein de 2 423 structures dans les 101 départements de métropole et d’outre-mer

1467 candidats en cours de formation et 609 formés sur le terrain, 43% de femmes et 57% d’hommes, moyenne d’âge 35 ans