Jaspir, d’un projet de jeunes à une ambition culturelle de territoire (38)

À l’origine de Jaspir, ce sont quatre copains de Saint-Jean-de-Bournay en Isère qui organisent les concerts et proposent des actions socioculturelles là où ils ont grandi. Près de vingt ans plus tard, leur initiative a donné naissance à trois structures professionnelles, qui portent des projets d’envergure territoriale.

Jaspir, association loi 1901, est la première des trois structures. Créée en 2002, elle reflète la conviction de ces fondateurs dont l’actuel directeur Cédric Crémadès : « la culture est une ouverture sur le monde, une source d’émancipation, une occasion d’être en lien, de faire ensemble. » Dans la lignée de l’éducation populaire, l’association propose des activités et des spectacles. Elle cherche alors son public dans ce bourg rural (4.000 habitants à l’époque) pas forcément demandeur et très cloisonné : chaque public a ses associations.

La Fabrique en 2011

Quand les ateliers Selles (fabrication de soutiens-gorges et de cravates) s’arrêtent, la mairie qui soutient Jaspir depuis les débuts, rachète le bâtiment pour développer un lieu d’offre artistique. Jaspir y prend sa place et se développe autour de trois entités : la Fabrique Jaspir, Jaspir Prod qui accompagne des artistes dans le développement de leur carrière, et, depuis 2015, le label indépendant de production d’albums, Label 440.

La Fabrique Jaspir, lieu d’échange, de création artistique et de formation propose de nombreuses actions. Elle héberge un centre de formation professionnelle aujourd’hui reconnu (Datadock depuis 2017), à destination des artistes, mais aussi de ceux qui veulent développer des « projets artistiques culturels pour et avec un territoire et ses habitants ». Elle propose également des ateliers jeunes publics : un projet culturel, par exemple, est en cours pour trois ans (le conte, le théâtre, les arts plastiques) avec l’école publique de Saint-Jean-de-Bournay. La Fabrique Jaspir accueille aussi des résidences de création pour des artistes, seuls ou en collectif, dans des disciplines multiples : clown, danse, théâtre, cirque, magie… Enfin, on peut y pratiquer des activités artistiques et culturelles…

La production de tournées et spectacles est assurée par Jaspir Prod, association 1901 fiscalisée, tandis que le Label 440, Chanson & groove, accompagne de jeunes artistes émergents.

Sur un chiffre d’affaires global de 1.200.000 euros, 500.000 sont générés par les spectacles, 150.000 par la formation. Le modèle économique a trouvé son équilibre, avec 80 % d’autofinancement. « Le soutien de la municipalité depuis le début est essentiel, précise Cédric Crémadès, mais nous sommes attachés à notre liberté de proposition artistique ».

Duplication sur l’ensemble de l’agglomération

Au fil des années, Jaspir a développé une offre de plus en plus large et ouverte sur le territoire : 2/3 de l’activité se déploient dans les quinze communes alentour et le dernier tiers se répartit parmi les 55 communes de l’intercommunalité Bièvre-Isère, créée en 2014. L’association est devenue un partenaire précieux pour des évènements majeurs de la région : Biennale de la danse de Lyon annoncée fin mai 2021 ; Fête de la musique ; Zéphyr Festival, etc. Installée depuis juillet 2020, la nouvelle équipe municipale a reconduit la convention qui la lie à Jaspir et a déclenché une aide exceptionnelle de soutien dans la période de crise sanitaire. Claire Neury, adjointe aux Affaires scolaires et à la culture explique : « l’enjeu est de faire une véritable place à la culture dans la vie de notre commune qui compte un cinéma, plusieurs cabinets médicaux, des établissements scolaires, des associations culturelles, un gymnase de dimension intercommunale. Il s’agit de développer chez les jeunes et les moins jeunes une appétence culturelle, un goût pour le spectacle vivant, alors que nous sommes géographiquement isolés ».

L’avenir numérique dans un tiers lieu culturel

Avec le laboratoire citoyen de réflexions créé il y a quelques mois pour élaborer, avec les habitants, une proposition culturelle pour le territoire, Jaspir démontre sa maturité. Pour ses vingt ans en 2022, l’association a de nouveau besoin de place et espère qu’un tiers lieu culturel verra le jour à Saint-Jean-de-Bournay. « L’idée est de créer un lieu de vie pour exercer une nouvelle manière de faire de la culture, dans une synergie avec d’autres associations des environs », précise Cédric Crémadès qui pense aussi à un espace de coworking, des ateliers numériques pour lutter contre l’illectronisme, un fablab, un bar associatif… La municipalité soutient une telle ambition : « l’enjeu est de donner un nouvel élan à Jaspir, mais aussi de centraliser l’offre culturelle et artistique et de la rendre accessible à tous les habitants du territoire de Bièvre-Isère », complète Claire Neury. À quelle échelle sera mis en œuvre ce tiers lieu ? La réponse importe pour tous les habitants de Bièvre-Isère. Les débats sont en cours.

Chiffres clés

  • 3 structures : Jaspir Prod ; La Fabrique Jaspir ; 38EME voix (Label 440)
  • 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires
  • 48 équivalents temps plein
  • 80 bénévoles dont 20 administrateurs
  • 650 adhérents, âgés de 3 à 99 ans
  • 10.000 bénéficiaires des activités
  • 150.000 euros d’impact sur l’économie locale
  • 400 représentations par an

Commune de Saint-Jean-de-Bournay

Nombre d'habitants :

5000
Montée de l’hôtel de ville
38440 Saint-Jean-de-Bournay

Claire Neury

Maire-adjointe, en charge des affaires scolaires et de la culture

La Fabrique Jaspir

178 Impasse du Pré de la Barre,
38440 Saint-Jean-de-Bournay

Cédric Crémadès

Directeur

Pour aller plus loin