La communauté de communes de la Montagne thiernoise agit pour l'intégration des populations issues de l'immigration

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Tourisme, culture, loisirs

Puy-de-Dôme

"Melting Potes" est une association suscitée et financée par la communauté de communes de la Montagne thiernoise (Puy-de-Dôme) pour aider à l'intégration d'une population immigrée, notamment algérienne et turque, venue fournir de la main-d'oeuvre à l'industrie de la petite coutellerie. Atelier d'écriture, hip-hop et boxe ont été les premières activités choisies pour construire un pont avec cette population jusque-là socialement marginalisée.

La communauté de communes de la Montagne thiernoise (8.200 habitants et neuf communes comptant chacune de 500 à 1.000 habitants) est un territoire niché aux confins du Puy-de-Dôme, à quelques kilomètres de la Loire. Un territoire rural qui a su combiner ses savoir-faire pour le travail de la terre aussi bien que pour développer une production industrielle qui a attiré, lorsque l'activité a été trop importante pour la main-d'œuvre locale, une main-d'oeuvre venue de pays de plus en plus lointains : l'Italie, l'Espagne, le Portugal, l'Algérie et le Maroc, et enfin la Turquie. Cette population d'origine immigrée représente aujourd'hui 10% de la population du territoire et a été la première à subir les conséquences des fermetures d'usines et des délocalisations qui se sont accélérées dans les années 2000. "Dans notre quotidien, on ne fréquentait pas cette population qui n'était intégrée que par les enfants allant à l'école", témoigne Christiane Bizeray, animatrice Enfance et Jeunesse de la communauté de communes. L'alerte est venue en février 2003 d'une lettre de la commune de La Monnerie-le-Montel (un des principaux lieux d'implantation de l'immigration), sous forme d'un appel au secours, à la suite d'incivilités commises par des jeunes du secteur. "Nous avons alors décidé d'aller sur le terrain et, avec l'accord des élus, d'organiser des rencontres entres ces jeunes et des représentants de la commission Enfance et Jeunesse de la communauté. Nous avons été aidés pour cela par une personne d'origine algérienne, Abdelkader Laïd, qui a fait le lien entre nous et les jeunes. Les premières réunions ont été houleuses mais une discussion a pu s'engager et a émergé l'idée de créer une association." Ainsi naît Melting Potes, au printemps 2003, dont l'animation est confiée à Abdelkader Laïd. L'association est financée par la communauté de communes (20.000 euros par an) à travers les contrats temps libre de la caisse d'allocations familiales du Puy-de-Dôme et les contrats éducatifs locaux de la direction départementale de la jeunesse et des sports. Elle développe progressivement trois activités : du hip-hop, qui existait déjà de façon informelle, de la boxe et des ateliers d'écriture, orientés au départ vers la culture d'origine de ces jeunes.

Des partenaires associatifs, pour aller plus loin

Pour mener plus loin ce travail d'intégration, la communauté décide (à travers une subvention annuelle d'environ 8.000 euros) de soutenir le Centre de liaison inter-services migrants Auvergne (Clisma), dont le siège se trouve à Clermont Ferrant, qui vient de mettre en place des cours d'alphabétisation sur la commune de La Monnerie-le-Montel pour une quarantaine de femmes turques. ?Il y a eu à ce moment-là une véritable rencontre avec une intervenante de cette association, Akila Mohamed Ou Saïd, Algérienne, qui a rallié notre cause et nous a aidé à mieux être à l'écoute des jeunes, sans le filtre de notre propre culture." Akila Mohamed Ou Saïd commence alors à intervenir dans le cadre de Melting Potes et y anime un atelier d'insertion professionnelle destiné aux jeunes de 16 à 25 ans. Parallèlement, la communauté de communes commandite au Clisma un service d'interprétariat occasionnel, permettant d'assurer, au collège de La Monnerie, un dialogue entre les professeurs et les parents d'origine étrangère.

"Aujourd'hui, les ateliers proposés par l'association Melting Potes ne cessent d'évoluer, commente Christiane Bizeray. Ils s'ouvrent à de jeunes francophones. Et les sorties culturelles et nature, organisées en liaison avec les centres de loisirs, sont aussi l'occasion de rencontres avec d'autres jeunes sur le territoire." Les résultats de l'engagement de la communauté de communes sont fragiles, mais tangibles : "Selon le commandant de poste, les gendarmes qui étaient sans cesse sollicités pour intervenir ne sont plus dérangés et les jeunes constatent de leur côté que les gendarmes les laissent tranquilles. Notre action est devenue crédible car désormais le contact est établi, et la confiance aussi."

Communauté de communes de la Montagne Thiernoise

Nombre d'habitants :

8200

Nombre de communes :

9
Pont-de-Celles
63250 Celles-sur-Durolle
contact@ccmt.fr

Christiane Bizeray

Animatrice Enfance et Jeunesse

Paul Rodier

Président
Haut de page