Social / Hébergement - La Fnars s'inquiète du désengagement des départements en matière d'hébergement

La pression monte sur les départements et plus précisément sur leur politique de maîtrise ou de réduction des dépenses sociales. Après le Haut-Rhin qui a créé la polémique, il y a quelques jours, pour avoir annoncé son intention d'instaurer des heures obligatoires de bénévolat pour les bénéficiaires du RSA socle (voir notre article ci-contre du 9 février 2016), c'est au tour du Bas-Rhin de se trouver sous les feux de l'actualité.

L'hébergement otage du "bras de fer" entre Etat et département ?

La Fnars et le Collectif des associations unies - qui regroupe 34 organisations luttant contre l'exclusion et pour l'accès au logement - viennent en effet d'adresser une lettre ouverte à Frédéric Bierry, le président (Les Républicains) du conseil départemental, pour protester contre la "décision de désengager le département du financement de l'hébergement et de l'accompagnement des personnes et familles sans‐abri dans le Bas-Rhin".
La protestation vise la suppression, annoncée dans le cadre du budget 2016 du département, des 640.000 euros de crédits qui étaient jusqu'alors affectés à l'accueil, l'hébergement et l'accompagnement des personnes sans‐abri ou mal-logées. Pour les signataires, cette décision "aura des conséquences dramatiques pour les plus démunis sur [le] territoire". Ils estiment aussi "qu'il serait inacceptable que la réduction des dépenses publiques et le bras de fer entre l'Etat et le département se fassent sur le dos des personnes les plus précaires et des associations qui les accompagnent" et rappellent au passage que le Bas-Rhin a longtemps mené une "action volontariste" en faveur des mal-logés.

Vers une enquête nationale de la Fnars

Dans la présentation de son budget 2016, le département du Bas-Rhin ne cache pas que "les subventions d'hébergement sont fortement réduites". Mais il rappelle que l'hébergement ne fait pas partie des compétences obligatoires des départements, et insiste sur le fait que le département "amplifie son intervention sur la base de ses compétences : sur les outils d'accès au logement au sein du PDALHPD [plan départemental d'action pour le logement et l'hébergement des personnes défavorisées, ndlr], mais aussi pour l'hébergement au titre de la protection de l'enfance, qui a doublé en 2015".
Au-delà du cas du Bas-Rhin, la Fnars estime que "ces évènements traduisent une tentation de certaines collectivités locales de se désengager des politiques sociales". La Fédération annonce donc qu'elle va lancer une enquête auprès de ses associations régionales et de ses adhérents, afin de "mesurer les désengagements en cours et leurs impacts sur les plus démunis". 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle