Localtis

Personnes âgées - La HAS propose des outils sur la prise en charge de la dépendance

Publié le
par
Jean-Noël Escudié / PCA
dans

Social

Santé, médico-social, vieillissement

La Haute Autorité de santé (HAS) publie un ensemble de recommandations et plusieurs outils pratiques sur la prise en charge des personnes âgées présentant un risque de perte d'autonomie. Ce travail s'inscrit dans le cadre de l'expérimentation de parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d'autonomie (Paerpa), en cours dans neuf régions (Aquitaine, Bourgogne, Centre, Ile-de-France, Limousin, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Lorraine et Midi-Pyrénées).

Le plan personnalisé de santé

Les expérimentations sur le Paerpa visent les personnes âgées de 75 ans et plus, "encore autonomes, mais dont l'état de santé est susceptible de s'altérer pour des raisons d'ordre médical et/ou social". L'enjeu est de parvenir à la mise en place d'une coordination des soins efficace et d'une concertation entre l'ensemble des professionnels impliqués.
Dans ce cadre, la HAS propose notamment un "plan personnalisé de santé" (PPS). Il s'agit en l'occurrence d'un "plan d'action concernant les personnes âgées en situation de fragilité et/ou atteintes d'une ou plusieurs maladies chroniques, et nécessitant un travail formalisé entre acteurs de proximité" (y compris sociaux). Le PPS est élaboré après "une évaluation globale de la situation médicale, psychologique et sociale de la personne, afin d'identifier les situations à problèmes".
Pour mettre en œuvre cet outil, la HAS met en ligne sur son site le mode d'emploi du PPS, une synthèse de ce dernier, un questionnaire d'aide à la décision d'initier un PPS chez un patient de plus de 75 ans, un exemple de PPS complété à partir d'une vignette clinique (exemple de cas réel), ainsi qu'un modèle de PPS. Le PPS proposé par la HAS - qui peut être adapté par les professionnels "pour tenir compte des spécificités de leur démarche" - est le fruit d'une première expérimentation qui a permis de finaliser le modèle.
Le déploiement de l'expérimentation prévoit également un volet financier, puisqu'un forfait annuel de 100 euros sera versé, à chaque ouverture de PPS, à l'équipe de coordination clinique de proximité en charge de la formalisation et du suivi du plan.

L'éducation thérapeutique des patients en perte d'autonomie

Toujours dans le cadre de l'expérimentation du Paerpa, la HAS a également élaboré - à la demande de la direction de la sécurité sociale - un cahier des charges pour la mise en œuvre de l'éducation thérapeutique des patients (ETP) de plus de 75 ans en risque de perte d'autonomie. En l'occurrence, l'ETP proposée porte sur trois points précis : la prévention des chutes chez les patients présentant des risques en ce domaine, la réduction du risque iatrogène pour les patients faisant l'objet une poly-médication et le traitement de la dépression, pour les patients atteints de dépression majeure. Il est précisé que "l'ETP doit être réalisée dans le cadre d'une organisation en équipe, qui répond à des besoins de travail en commun, de concertation, de formation et d'évaluation".
Le cahier des charges mis à disposition par la HAS rappelle les principes fondamentaux de l'éducation thérapeutique du patient et leur application dans le cadre du modèle Paerpa. Il précise notamment les modalités de mise en œuvre de l'ETP, les thèmes "sur lesquels une efficacité potentielle est démontrée", mais aussi les compétences requises de la part du patient pour être réceptif et l'adaptation des méthodes à la personne âgée.

Haut de page