La région Hauts-de-France vote 40.000 euros de subvention à une association anti-éoliennes

La région Hauts-de-France a voté ce 19 mai à Amiens une subvention de 40.000 euros pour 2022 en faveur de la fédération "Stop Éoliennes Hauts-de-France", provoquant l'ire de l'opposition de gauche qui a dénoncé une "honte".
Une "convention pluriannuelle d'objectifs et de moyens pour la période 2022/2024" prévoyant des subventions de 60.000 euros en 2023 et de 70.000 euros en 2024 a été conclue entre la région et cette association créée en 2022 qui se donne pour objectif de "fédérer les associations des Hauts-de-France qui luttent contre le développement éolien dans cette région".
Dans les Hauts-de-France "qui représentent 6% du territoire national, on a 30% du nombre de mâts en France, c'est beaucoup trop. Nous sommes largement contributeurs à la production d'électricité éolienne. Il faut arrêter. Les populations n'en peuvent plus", a expliqué à l'AFP Christophe Coulon, vice-président en charge de la ruralité. "Personne au conseil régional n'est climatosceptique. Tout le monde est convaincu de la nécessité de décarboner notre mix énergétique, mais tout est une question de proportion", a-t-il ajouté, précisant que ce financement servira à "diffuser de l'information, mener des études pour éclairer la population, les élus, et éventuellement former des recours" en justice.
L'éolien "permet de réduire les gaz à effet de serre, crée du gain, de l'emploi... des intérêts qu'on ne met jamais en valeur. Le débat, c'est 'les éoliennes, c'est beau ou pas beau', mais ce n'est pas le sujet ! Le sujet, c'est le dérèglement climatique et là on veut reculer", s'est insurgé Thomas Hutin, conseiller régional écologiste. "On va faire une demande de contrôle de légalité au préfet pour savoir si cette délibération est dans les clous", a annoncé Katy Vuylsteker, conseillère régionale écologiste, pointant le choix d'un financement à une association aussi jeune et dénonçant "l'obsession anti-éolienne" de Xavier Bertrand, président LR du conseil régional.