A la Réunion, la Scic Run enfance forme le personnel petite enfance (97)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

La Réunion

Sur l'île de la Réunion, l'accueil collectif de la petite enfance connaît un développement accéléré, pour rattraper un retard manifeste. Le recrutement de personnel qualifié devient donc sensible. De quoi justifier ce projet mené en 2011 entre la commune de Saint-Paul et la Scic Run Enfance : former de jeunes mères sans emploi au CAP "Métiers de la petite enfance".

Le projet qui a mobilisé la société d’intérêt collectif (Scic) Run Enfance (voir encadré), la commune de Saint-Paul, 103.498 habitants et la CAF de la Réunion, visait la formation de 15 candidates au CAP Petite enfance. "Les élus ont voulu donner la priorité à de jeunes mères (17/25ans) qui ont quitté tôt l'école et étaient sans travail ni qualification, bénéficiaires du RSA", explique Vincent Clotagatide, co-gérant de la Scic.

Chaque partenaire apporte sa contribution

La municipalité de Saint-Paul a mis à disposition ses structures (jardins d'enfants et écoles maternelles) pour l'accueil des stagiaires et a accordé une subvention de 3.000 euros au projet, dont le montant total s'élève à environ 46.000 euros. La Scic y a participé pour près de la moitié et l'agence départementale d'insertion pour l'autre moitié. La Scic a également proposé des places dans ses crèches pour garder les enfants de ces jeunes mères : c'était l'un des freins à leur accès à la formation et/ou à l'emploi ! Enfin, la CAF a pris en charge le coût du transport et des repas des stagiaires.

Une formation qui débouche sur des CDD, dans un premier temps

Lancée en août 2011, la formation s'est terminée en mai 2012. Au total, 15 personnes ont suivi la formation, 12 l'ont mené jusqu'au bout, 11 ont passé l'examen et 10 ont obtenu leur CAP. Comme la Scic et la commune de Saint-Paul s'y étaient engagées, les titulaires du CAP ont eu des propositions d’emplois à l’issue de leur formation : quatre ont été recrutées par la Scic, deux par la commune et une par une autre association. Pour les trois autres, l'une a rejoint la métropole et deux n'ont pas encore déposé de CV. Les contrats proposés sont des CDD d’un ou de deux ans. "C’est encore insuffisant certes, mais cela permet aux nouvelles diplômées d'obtenir cette fameuse expérience qui fait tant défaut et qui est exigée pour travailler dans une micro-crèche", observe le co-gérant de la Scic. Cette dernière prévoit de prolonger les CDD en CDI si les deux parties s'entendent.

Au-delà de la formation, un accompagnement social

Pendant la formation, la CAF a assuré un accompagnement social qui a permis à trois jeunes femmes de trouver un logement. "Une formation, un logement, un travail, je peux vous garantir que leur vie a changé", se réjouit Vincent Clotagatide. L'expérience pourrait être rééditée, pour répondre aux difficultés accrues de recrutement de personnel qualifié et expérimenté qui commencent à poindre sur l'île de la Réunion.

Sans formation, pas de développement de l’offre d’accueil assuré

Pour le co-gérant de la Scic, ce premier projet illustre l’intérêt du statut de la société d’intérêt collectif. "Cela nous permet de garder une forte valeur d'utilité sociale, tout en étoffant nos moyens d'actions. Nous avons décidé que tous nos excédents seront réinvestis dans des projets à forte utilité sociale, comme celui-ci." Du coté de la commune, cette initiative est à l'image de ce que l’adjointe au maire déléguée à la petite enfance, Virginie Sallé, travaille à développer : "Une dynamique autour de la petite enfance qui permette d'améliorer l'offre, mais aussi et surtout la qualité de l'accueil des tout-petits avec tous les acteurs concernés." Pour l'élue, la formation est un volet prioritaire sans lequel les projets à venir risqueraient de rester théoriques : "J'aimerai développer l'apprentissage, mais nous verrons cela lorsque nos crèches auront pris leur rythme de croisière."

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

Scic et collectivités locales : des partenaires naturels ?
La Scic Run Enfance résulte de la fusion de deux associations qui, chacune, géraient des établissements d'accueil de la petite enfance (crèche, garderie périscolaire, micro crèche, ateliers parents/enfants) et qui partageaient les mêmes objectifs de développement. Leur objectif était de mutualiser certains moyens (comptabilité, ressources humaines) et "d'entreprendre autrement". Le multi-sociétariat permet aux salariés de devenir des associés, de même qu'aux bénéficiaires -les parents- d'être partie prenante tout comme les collectivités". Ces dernières ne figurent pas encore parmi les sociétaires, mais les statuts l'ont prévu. "Nous prenons le temps de faire connaître la Scic et son fonctionnement qui reste encore méconnu, explique le co-gérant, mais cela ne nous empêche pas de travailler déjà ensemble."

Mairie de Saint-Paul

Nombre d'habitants :

103498
Place du Général de Gaulle, CS 51015
97864 Saint-Paul cedex

Nadine Sevetian

Elue déléguée à la petite enfance

Scic Run Enfance

119 bis rue du Général de Gaulle
97434 Saint-Gilles-les-Bains
scic@run-enfance.re

Vincent Clotagatide

Cogérant
Haut de page