Localtis

Lancement des États généraux des industries culturelles et créatives

L'objectif est de structurer les différents secteurs et acteurs de l'économie créative en une filière. La démarche doit prendre place tout au long de l'année 2020 - avec, entre autres, une consultation en ligne - en vue de la signature du contrat de filière dans un an.

Franck Riester, Jean-Yves Le Drian et Bruno Le Maire ont lancé le 28 novembre à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), les États généraux des industries culturelles et créatives. L'objectif affiché est de "structurer les différents secteurs de l'économie créative en une filière, pour mieux faire face aux enjeux stratégiques du 21e siècle". Il s'agit aussi de mettre en œuvre un engagement du président de la République, annoncé le 13 mai dernier. Cette démarche de structuration de la filière des industries culturelles et créatives sera animée par Catherine Pégard, la présidente de l'établissement public du château de Versailles, et Bruno Patino, le directeur éditorial d'Arte France. Elle doit aboutir à l'installation d'un comité stratégique de filière en avril 2020 et à la signature d'un contrat stratégique de filière des industries culturelles et créatives d'ici à la fin de 2020.

91 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 640.000 emplois directs

À l'occasion du lancement de ces États généraux, le cabinet EY a présenté son troisième "Panorama des industries culturelles et créatives" (ICC). Celui-ci recense les revenus des marchés finaux des dix grands secteurs des ICC, de ses 600 métiers et de ses 300.000 entreprises, associations et organisations publiques. Les ICC représentent, en 2018, un chiffre d'affaires total de 91,4 milliard d'euros et 47,5 milliards de valeur ajoutée en 2017 (2,3% de l'économie nationale). Elles connaissent, ces dernières années, une dynamique de croissance (+6,7% entre 2013 et 2017), mais avec d'importantes disparités entre les différents secteurs de l'économie créative. Les plus dynamiques sont les arts visuels, la publicité, le spectacle vivant, la musique et le jeu vidéo, alors que d'autres secteurs (la télévision, la presse, le livre, le cinéma et la radio) "ne bénéficient pas encore pleinement de la dynamique de digitalisation de l'économie créative ou pâtissent du renouvellement des modes de consommation des contenus".

Les emplois directs sont au nombre de 640.000, mais on compte 1,3 million de personnes ayant tiré un revenu direct ou indirect, principal ou ponctuel, d'une activité culturelle ou créative en 2018. Autre spécificité de ce secteur, qui bénéficie de 16,5 milliards d'euros de financements publics (hors crédits d'impôt) : 52 millions de touristes ont vécu une expérience culturelle lors de leur séjour en France en 2018

Vers un contrat de filière en décembre 2020

La démarche doit prendre place tout au long de l'année 2020, en vue de la signature du contrat de filière en décembre prochain. Les États généraux dureront ainsi jusqu'au 31 mars 2020, avant une restitution en avril et l'installation d'un comité stratégique de filière. D'avril à décembre, celui-ci conduira la négociation du contrat de filière. En attendant, le gouvernement ouvre un site dédié pour une consultation en ligne. Cette enquête préliminaire, qui s'adresse aux acteurs du secteur, doit "alimenter les travaux de réflexion et de projection dans le cadre des États généraux". Le site dédié précise qu'"il est donc attendu des répondants qu'ils soient transparents et exhaustifs, afin que le corpus de réponses traduise le plus fidèlement possible les réalités des industries culturelles et créatives".

Et, sans attendre les résultats de la démarche, deux dispositifs ont d'ores et déjà vu le jour, conformément à l'annonce faite par le président de la République le 13 mai dernier : la gestion d'un fonds ICC doté de 225 millions d'euros confiée à Bpifrance et le renforcement, à hauteur de 25 millions d'euros, de la capacité en prêts participatif de l'Ifcic (Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles).

Haut de page