Culture / Education - Langues régionales : le gouvernement s'engage

Le chantier de la refondation de l'école ravive la question des langues régionales, qui semblait être retombée après son inscription - sans grand effet pratique - dans la Constitution lors de la révision de 2008. Lors de la séance de questions au gouvernement du 29 janvier à l'Assemblée nationale, Paul Molac, député (écologiste) du Morbihan, s'est déclaré "surpris et inquiet, comme de nombreux collègues et de nombreuses associations" de constater que le projet de loi sur la refondation de l'école ne fait aucune mention de l'enseignement des langues régionales. Pourtant, "les sondages montrent que les Français y sont de plus en plus attachés, avec des pourcentages qui dépassent dans certaines régions les 80, voire les 90% de soutien". Il s'est également étonné de constater que "les réponses de vos conseillers aux questions écrites sur ce sujet sont exactement les mêmes que sous les gouvernements précédents". Pour le député du Morbihan, "contrairement à presque tous les pays d'Europe, aucune loi ne donne de statut aux langues régionales : elles sont donc à la merci de tout recours au tribunal administratif et dans la plus grande insécurité juridique".
Dans sa réponse, Vincent Peillon s'est attaché à réparer cet oubli des langues régionales et s'est voulu rassurant. Le ministre de l'Education nationale a commencé par rappeler que ces langues "sont reconnues à l'article 75-1 de notre Constitution, ce qui n'est pas rien. C'est ce qui explique que, sur ce sujet, il y a une continuité dans l'action du gouvernement de la République entre la loi Jospin de 1989, qui reconnaît la nécessité d'enseigner ces langues régionales, là où elles sont demandées et pratiquées, et la loi Fillon de 2005". L'enseignement des langues locales concerne d'ailleurs 272.000 élèves (un peu moins que les 300.000 habituellement évoqués). Le nombre de ces derniers est même orienté à la hausse, puisqu'"il y a eu entre 2009-2010 et 2011-2012, soit en deux ans, 24% de plus d'élèves qui se sont engagés dans la pratique des langues régionales".
Mais Vincent Peillon a surtout annoncé trois orientations sur la place des langues régionales dans le projet de loi sur la refondation de l'école. Tout d'abord, il se dit "prêt à ce que les conventions entre l'Etat et les régions, qui permettent de traiter ces sujets, soient étendues". Ensuite, la France devrait se montrer finalement favorable à la ratification de la charte des langues régionales, "sachant qu'il y aura des conséquences, peut-être législatives, à prendre en compte". Enfin, et sans pour autant s'avancer sur les mesures éventuelles, Vincent Peillon a affirmé qu'"il est absolument nécessaire [...] que le débat ait pleinement lieu lorsque s'ouvrira au mois de mars celui sur la loi d'orientation".

Jean-Noël Escudié / PCA

Référence : Assemblée nationale, questions au gouvernement, séance du mercredi 29 janvier 2013, question de Paul Molac, député (écologiste) du Morbihan, et réponse du ministre de l'Education nationale. 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle