Transports - Le Canal Seine-Nord Europe en panne de financements

Le Canal Seine-Nord Europe est-il condamné faute de financements suffisants ? Ce projet de voie d'eau de 106 kilomètres de long destiné à connecter le bassin de la Seine au Nord-Pas-de-Calais et aux 20.000 km du réseau grand gabarit d'Europe du Nord semble en tout cas avoir du plomb dans l'aile. Pour rappel, le gouvernement Fillon avait lancé en avril 2011 un "dialogue compétitif" en vue de l'attribution d'un contrat de partenariat portant sur le financement, la conception, la construction, l'exploitation, l'entretien, la maintenance et la régénération du futur ouvrage et de ses aménagements connexes, dont la réalisation de l'infrastructure de quatre plateformes multimodales.
Bouygues Construction et Vinci se sont porté candidats. Mais mercredi 29 août, Yves Gabriel, PDG de Bouygues Construction, a affirmé que l'opération d'attribution du contrat était "suspendue". Une déclaration confirmée par Voies navigables de France (VNF) et par le ministère délégué aux Transports. Raison mise en avant par VNF : les propositions initiales des deux candidats, déposées en octobre 2011,"dépassaient significativement" l'enveloppe de 4,3 milliards d'euros retenue au départ par l'établissement public en 2009. Celui-ci tablait sur 2,2 milliards venant d'une subvention publique et 2,1 milliards d'apports du privé. Dans un communiqué diffusé le 29 août au soir, VNF juge "nécessaire d'approfondir la possibilité de financements complémentaires tant de la part de l'Europe, des collectivités publiques que des financements privés". "Compte tenu du contexte financier international actuel, les candidats rencontreraient des difficultés à progresser sur le financement bancaire de leur partie du projet et les annuités acceptables par VNF et l'Etat qui en ressortiraient, estime l'organisme public. Ceci nécessite d'approcher la Commission européenne, la Banque européenne d'investissement, d'étudier les possibilités de recours aux 'project bonds' pour ce projet et d'aller voir les collectivités publiques pour des financements complémentaires", a ajouté VNF.
En s'appuyant sur le constat de l'organisme public, le ministère des Transports a annoncé le 30 août que "l'Etat a souhaité confier au Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) et à l'Inspection générale des finances (IGF), une mission d'analyse et de proposition portant sur la faisabilité financière du projet". "Cette mission analysera la capacité des candidats à réunir les financements privés nécessaires à la réalisation de l'opération", a-t-il ajouté. 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle