Chaleur renouvelable - Le doublement du fonds Chaleur est "un impératif", alertent les acteurs de la filière

"Le doublement du fonds Chaleur n'est pas une option mais un impératif", ont alerté dans un communiqué ce 19 mars la FNCCR-Territoires d'énergie et plusieurs acteurs de la chaleur renouvelable dont le Syndicat des énergies renouvelables, le Comité interprofessionnel du bois-énergie et l'Association française des professionnels de la géothermie.
Alors que Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a demandé au Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et au Conseil général de l’économie (CGE) d’étudier l’évolution du fonds Chaleur et, notamment, la faisabilité d’une transformation de ses modalités d’application en aide au fonctionnement plutôt qu’en aide à l’investissement ou encore en un système mixte, ils mettent en garde contre ce qu'ils estiment être "une fausse bonne idée".

Demande de maintien d'une aide à l'investissement

"L’avis des différents acteurs (énergéticiens, métropoles, communautés urbaines…) et des différentes filières de la chaleur renouvelable (réseaux, géothermie, bois-énergie, biogaz…) est unanime : il est nécessaire de conserver un système d’aide à l’investissement, pour l’ensemble des projets et surtout de garder une bonne visibilité vis-à-vis des aides consenties pour les projets portés par les collectivités, les industriels et l’ensemble des porteurs de projets", soulignent-ils. L’éventualité d’une aide au fonctionnement inquiète les porteurs de projets, font-ils valoir, car sa mise en œuvre réduirait la visibilité de l’équilibre économique des projets et n’inciterait pas au développement de nouvelles installations à fort coût d’investissement et qui peinent souvent à trouver un financement bancaire.

200 millions d'euros en 2017 contre 500 millions attendus

Fin 2017, les énergies renouvelables et de récupération thermiques n’ont atteint que 60% de leur objectif 2020, pointent-ils. En 2018, des projets d'un montant total de plus de 400 millions d'euros sont en attente de soutien par le fonds Chaleur et nombre d’entre eux risquent de ne jamais voir le jour, faute d’une enveloppe budgétaire suffisante, mettent-ils en garde. Selon les promoteurs de la chaleur renouvelable, il est "urgent de mobiliser des crédits supplémentaires pour doubler le fonds Chaleur" pour permettre à la France d’atteindre les objectifs fixés par la loi de Transition énergétique. L’étude d’impact de cette dernière supposait en effet de renforcer le budget de ce Fonds à hauteur de 500 millions d'euros alors qu’en 2017, il s’est élevé à un peu moins de 200 millions d'euros, rappellent-ils.
Ils mentionnent pour y parvenir différents leviers comme par exemple l’allocation d’une partie des recettes de la contribution climat énergie (CCE), la fixation d’un prix plancher pour le marché carbone ou encore le transfert des aides aux énergies fossiles qui subsistent vers les énergies renouvelables thermiques qui sont leurs premières concurrentes.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle