Localtis

Le gouvernement installe le comité scientifique de prévention de la radicalisation

Le Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) sera ouvert à des équipes de chercheurs accrédités, a annoncé le gouvernement, mardi 2 avril, à l'occasion de l'installation du Comité scientifique de prévention de la radicalisation (Cosprad).

Hérité du "Conseil scientifique sur les processus de radicalisation" créé en 2017 par Manuel Valls, le Comité scientifique de prévention de la radicalisation (Cosprad) a été officiellement installé, mardi 2 avril, par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, et Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur. L’instance née d’un décret de 2017 avait été rénovée par un décret du 12 décembre 2018 suivi d’un arrêté de mars 2019. Le Cosprad a pour objet de "faciliter les interactions entre les administrations publiques et les chercheurs en sciences humaines et sociales", précisent les deux ministères dans un communiqué. Il pourra être amené à "proposer des axes de recherche prioritaires sur les questions de radicalisation", à "diffuser les bonnes pratiques", ou encore à "favoriser la réflexion sur l’accès aux données à caractère sensible en matière de radicalisation". À cet égard, Laurent Nuñez a annoncé l’ouverture aux chercheurs du Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). "Grâce à ce dispositif, ce sont plus de 11.000 fiches qui seront rendues accessibles à une équipe de chercheurs accrédités avec un véritable niveau d’informations qualitatives et utiles à la compréhension des phénomènes de radicalisation", précise le ministère.

Les maires qui ont longtemps demandé à être informés des personnes fichées présentes sur leur commune ont récemment obtenu gain de cause. Dans une circulaire de novembre, le ministre de l’Intérieur a en effet demandé aux préfets de les en informer sous certaines conditions.

À l’occasion de l’installation du comité, Frédérique Vidal a pour sa part annoncé le financement de cinq doctorats chaque année sur cette thématique.

Présidé par le Premier ministre, le Cosprad a pour vice-président Jean-François Balaudé, président de l’université Paris-Nanterre. Son secrétariat général reste assuré par l’INHESJ (Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice). Le comité comprend quatre représentants d’associations d’élus parmi ses membres : Alexandre Touzet (Assemblée des départements de France), Nathalie Koenders (France urbaine), Chantal Cutajar (Association des maires de France) et Naïma Charaï (Régions de France). 

Haut de page