Le gouvernement poursuit le financement des neuf Satt les plus anciennes

Après une évaluation menée au second semestre 2018, le gouvernement a décidé le 28 mars 2019 de poursuivre le financement des neuf sociétés d'accélération du transfert de technologie (Satt) les plus anciennes, à hauteur de 147,5 millions d'euros. Les autres Satt créées plus tard seront évaluées au second semestre 2019.

Neuf des quatorze sociétés d'accélération du transfert de technologie (Satt) vont être refinancées, à hauteur de 147,5 millions d'euros. C'est la décision prise par le Premier ministre le 28 mars 2019, sur proposition de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Agnès Pannier- Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’Investissement. Objectif : permettre à ces structures de continuer d'accélérer le transfert de technologie depuis les laboratoires vers les entreprises afin de renforcer le potentiel d'innovation et la compétitivité de l'économie française, et de favoriser la croissance et la création d'emplois.
Dotées de 823 millions d'euros jusqu'en 2025, les Satt ont été créées en trois vagues successives entre 2012 et 2014. Au nombre de quatorze, elles couvrent la totalité du territoire national, à l'exception de l'outre-mer et de la région Normandie, qui dispose d'un service de valorisation mutualisé entre les établissements y opérant.
Il s'agit de sociétés par actions simplifiées créées par plusieurs établissements de recherche publics dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA). Elles disposent chacune d'un capital d'un million d'euros répartis à 67% pour les établissements publics de recherche en régions et à 33% pour la Caisse des Dépôts, pour le compte de l'Etat. Elles ont un apport en quasi fonds propres sur dix ans, versés en trois tranches selon leurs résultats. Ainsi, pour que les financements puissent être poursuivis, les Satt doivent atteindre certains objectifs traduits par des indicateurs d'activité et de performance.

Une évaluation prévue au second semestre 2019 pour les autres Satt

Un premier bilan des Satt les plus anciennes a permis de mettre en évidence leur impact positif, au 30 juin 2018 : 2.488 brevets prioritaires déposés, 757 licences d'exploitation signées avec des entreprises et 320 startups créées, employant 1.300 personnes dans des fonctions hautement qualifiées. Et les neuf Satt qui ont été évaluées "présentent un bilan et une dynamique de développement très encourageants", signale le communiqué du gouvernement publié le 28 mars. Dans le détail, six d'entre elles ont déjà reçu un engagement de financement sur trois années supplémentaires : AxLR (22 millions d'euros), Lutech (19), Aquitaine Science Transfert (14), Sud-Est, Conectus (11,5) et Toulouse Tech Transfer (7). Trois autres sur un an seulement, leurs résultats étant en retrait par rapport aux attentes et aux prévisions : IdF Innov (20 millions d'euros), Ouest Valorisation (20 millions également) et Nord (18) . Des clauses conditionnent pour ces trois structures la poursuite ou l'arrêt du soutien sur une période triennale.
L'évaluation des Satt créées en 2013-2014 est fixée au second semestre 2019. Leur financement est pour le moment prévu jusqu'en 2020.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle