Le transport à la demande "dynamique" fait ses preuves à Orléans métropole (45)

Publié le
par
Olivier Devillers
dans

Transport mobilité durable

Loiret

Après une expérimentation concluante en 2018, Orléans métropole étend son système de transport à la demande "dynamique", testé avec son système Résa’Est. La particularité : utiliser un algorithme pour ajuster en temps réel le trajet des minibus selon la demande des usagers.

15 minutes, c’est le temps moyen nécessaire pour obtenir le passage d’un minibus de Résa’Est, grâce à la nouvelle application de gestion des navettes à la demande d’Orléans métropole (22 communes, 276.000 habitants). "Auparavant, pour être pris en charge par un minibus du transport à la demande de l’agglomération, l’usager devait réserver deux heures à l’avance, ce qui décourageait beaucoup d’habitants et en amenait certains à préférer leur voiture individuelle", explique le vice-président aux transports de la métropole d’Orléans, Bruno Malinverno.

Booster un service de navettes à la demande actif depuis 20 ans

Le système Résa'Est a commencé par être testé en avril 2018 sur quatre communes de l’est de l’agglomération (lire encadré ci-dessous), où existait depuis plus de 20 ans un service de navettes à la demande : des minibus desservant une zone déterminée, via des arrêts facultatifs et identifiés, vers des lignes régulières de tramway et bus, ou vers des équipements structurants (centres commerciaux, établissements scolaires…).  Avec ce service de nouvelle génération, mis en œuvre par Keolis Orléans Val de Loire, le transport à la demande a gagné en simplicité : l’usager peut réserver son trajet sans délai ni horaires imposés, et peut modifier ou annuler sa réservation jusqu'à 10 minutes avant son départ.

Ajustement du parcours en temps réel et chauffeurs équipés d’une tablette

Lorsque l’usager commande un trajet - via le site internet de Transport de l’agglomération d’Orléans (TAO) ou bien l’application Résa’Est -  il indique son point de départ et de destination au sein de la zone desservie et sélectionne sa réservation dans la liste de trajets possibles qui répond le mieux à son besoin.  Dès lors, l’algorithme de l’application, conçu par la société Padam, calcule le temps nécessaire pour la prise en charge du passager en privilégiant le minibus le plus proche de l’usager. Le chauffeur confirme via la tablette dont il est désormais équipé et visualise l’ajustement du parcours. De son côté, l’usager peut suivre le cheminement du minibus, recevoir des notifications en temps réel, être informé d’un retard éventuel, par exemple dans le cas d’un nouvel ajustement pour une prise en charge de dernière minute. 

En 6 mois, 464 clients actifs, dont des jeunes qui n’utilisaient pas l’ancien service

Le bilan de l’expérimentation Résa’Est - élargie en septembre 2018 à trois communes supplémentaires, soit sept communes au total -, et avec une amplitude horaire plus importante (6h-19h30 en semaine et 7h-19h30 le samedi), se révèle fort satisfaisant. Fin septembre 2018, le service comptait 464 clients actifs, dont des jeunes qui n’utilisaient pas l’ancien système de transport à la demande. Son usage a bondi de 84% en 6 mois, certaines communes affichant même une augmentation de plus de 380% ! "Mieux qu’une ligne de bus", "souple", "à l’heure" … : les verbatims des utilisateurs sont très positifs, l’application est bien notée sur Google Play (4,6 sur 5), et le taux de satisfaction global atteint 88%. Les statistiques de l’application révèlent enfin que les usagers sont bien répartis sur l’ensemble du territoire des communes expérimentatrices.

L’ancien service de navettes à la demande passe au transport à la demande "dynamique"

Menée quelque temps avant en l’échéance de la délégation de service publique de transport urbain d’Orléans métropole, le service "de TAD dynamique" a pu être intégré dans le nouveau cahier des charges. Au 1er septembre 2019, le service est étendu à l’ensemble des zones déjà desservies par un système de navettes à la demande, soit 11 communes sur les 22 que compte la métropole. Ce service amélioré est mis en œuvre sans surcoût pour la collectivité, le montant de la subvention versée au délégataire passant de 50 millions d’euros (DSP actuelle) à 43 millions pour la période 2019-2021.

Élargissement prévu pour les communes n’ayant aucune offre de transport 

L’ambition d’Orléans métropole est désormais d’étendre progressivement le système à des communes limitrophes ne disposant aujourd’hui d’aucune offre de transports en commun. "Cumulé avec le remplacement progressif de notre flotte de bus par des véhicules électriques, ce nouveau service devrait nous permettre de renforcer l’attractivité du transport public tout en réduisant sensiblement notre empreinte carbone", conclut l’élu.

TAO-Transport Orléans Métropole

Pour en savoir plus sur TAO-Transport Orléans métropole :   Résa’Est a été testé dès avril 2018 sur quatre communes de l’est d’Orléans métropole :  Saint-Jean de Braye, Semoy, Chécy et Mardié.

Orléans métropole

Nombre d'habitants :

276000

Nombre de communes :

22
5 place du 6-Juin-1944
45000 Orléans

Bruno Malinverno

Vice-président délégué à la politique des transports
Haut de page