Le wifi Tours métropole, un réseau sans fil qui profite à tous (37)

Publié le
par
Olivier Devillers
dans

Infrastructures numériques, données

Indre-et-Loire

Lancé en septembre 2016, le réseau wifi territorial de Tours métropole (WITM) se déploie progressivement dans toutes les communes. Sur l’ensemble des 208 bornes, touristes et habitants peuvent profiter d’un service gratuit. En un an, 70.000 terminaux se sont connectés au réseau WITM.  

Le wifi fait partie des services plébiscités par les touristes. Si les Européens n’ont désormais plus de frais d’itinérance quand ils viennent en France à la suite de la suppression des frais de "roaming" en juin 2017, l’internet mobile coûte toujours cher aux touristes asiatiques et américains. Or, sur le chemin des châteaux de la Loire, la métropole de Tours (22 communes, 292.268 habitants) compte un tiers de touristes non européens. Si le tourisme a été le moteur initial du projet, c’est aujourd’hui l’accès de tous qui est visé, et en particulier des jeunes qui n’ont pas les moyens de s’offrir un forfait data 4G.

Différentes configurations testées avant de lancer l’appel d’offres

Proposer un accès wifi est à première vue assez simple, la plupart des équipements télécoms (routeurs, box…) proposant l’option. Fournir une connexion de qualité, 7 jours sur 7, dans un bâtiment comme en extérieur, supportant des afflux massifs -comme lors d’un spectacle- est autrement plus compliqué.  "L’un des points importants est de bien dimensionner la collecte du débit en fonction des différents lieux, précise le directeur adjoint des systèmes d’information de Tours Métropole Val de Loire, Patrick Sottejeau. La fibre optique par exemple est indispensable si l’on veut desservir une salle de spectacle, une box ADSL avec 20 méga minimum suffit dans un petit musée. Enfin, le long de la Loire, il n’y a pas d’autre option que de se connecter en 4G." Dès 2015, la métropole a donc commencé par tester différentes configurations sur six sites : installation solaire autonome, borne à l’intérieur d’un bâtiment, connexion d’un lieu de passage… A l’issue de ces tests, la métropole a lancé un appel d’offre pour un marché de trois ans, confié à l’opérateur Wifi spécialisé Qos Telecom.

Réseau de 208 bornes wifi réparties sur 104 lieux

En 2018, le réseau métropolitain compte 208 bornes wifi réparties sur 104 sites. La plupart des équipements métropolitains sont desservis (stades, médiathèques, parcs et jardins, …) ainsi que les points d’accueil touristiques. "Les communes qui nous en font la demande peuvent installer dans une bibliothèque ou un lieu public. La métropole prend en charge l’installation du matériel et la commune les frais de fonctionnement du service", précise le directeur adjoint. Une borne extérieure coûte 200 euros par an à la commune, une borne intérieure 150 euros. L’investissement, soutenu par la région, représente pour la métropole 210.000 euros sur 3 ans, la collectivité restant propriétaire des équipements en fin de contrat. Un montant qui intègre la pose éventuelle de fibre, infrastructure pérenne qui ne bénéficie pas qu’au wifi.

Accès simplifié pour l’utilisateur

Pour se connecter, les utilisateurs n’ont qu’à repérer le réseau WITM public et accepter les conditions d’accès au service. "Avec cette simplicité d’usage, la notion de réseau wifi territorial prend son sens : une fois logué, (c’est-à-dire s’être connecté une première fois avec un code), l’usager est ensuite automatiquement reconnu et peut se connecter sur tout le territoire couvert par WITM sans manipulation supplémentaire", fait valoir le directeur adjoint. Un mode opératoire qui respecte la réglementation antiterroriste : les services de polices ayant la possibilité de récupérer les données de connexion laissées par les appareils - adresses MAC stockées par l’opérateur - pour remonter jusqu’à son propriétaire.

760.000 heures en un an, avec une part importante d’usagers locaux

En un an, WITM totalise plus de 70.000 connexions de plus de deux minutes, soit 760.000 heures d’utilisation. Un chiffre obtenu sans publicité particulière. Parmi les utilisateurs, 21% se connectent une fois, et 46% plus de 6 fois, signe que le réseau profite d’abord aux Tourangeaux. En optant pour une connexion totalement anonyme, la collectivité n’a pas beaucoup de précisions sur le profil des utilisateurs de son réseau wifi. Mais beaucoup de données de connexion restent à exploiter : adresses MAC - qui fournissent le lieu d’achat du terminal et donc la nationalité probable de son propriétaire - géolocalisation, durée… autant de data que la collectivité souhaite exploiter avec l’aide d’une start-up pour mieux connaitre les pratiques, les parcours et améliorer le service.

Restrictions d’usages

En acceptant les conditions d’utilisation, l’usager signifie qu’il s’engage à respecter la législation en vigueur : interdiction de télécharger des œuvres protégées, de tenir des propos haineux, etc. L’accès est par ailleurs protégé par un firewall filtrant certains sites placés sur liste noire (violence, sexe ). 

Tours Métropole

Nombre d'habitants :

292268

Nombre de communes :

22
60 avenue Marcel Dassault, CS 30651
37206 Tours Cedex 3

Philippe Briand

Président

Patrick Sottejeau

Directeur adjoint des systèmes d’information
Haut de page