L'éco-maison de Grande-Synthe

Publié le
dans

Organisation territoriale, élus et institutions

Environnement

Energie

Nord

C'est à Grande-Synthe, dans l'agglomération de Dunkerque, que l'on peut visiter depuis novembre dernier une éco-maison témoin. Elle préfigure la maison du futur, construite pour être durable, économe et agréable à vivre.

Damien Carem, maire de Grande-Synthe, poursuit un double objectif : lutter contre le changement climatique et redonner du pouvoir d'achat à ses concitoyens. Dans une ville de 23.000 habitants qui compte 65% de logements sociaux, c'est une évidence. Il faut entrer dans une logique de "coût global" et intégrer dès la conception les charges que généreront les habitations. "L'idée, explique Damien Carem, c'est de voir comment on peut limiter l'empreinte écologique de l'activité humaine. Il s'agit d'un changement radical qui impacte directement les plus modestes. Une maison zéro carbone, c'est aussi une maison zéro carburant."

 

La première RuralZed

En février 2008 afin de concrétiser ses projets, Damien Carem rencontre Bill Dunster, architecte de BedZed, un éco-quartier de la banlieue sud de Londres. Celui-ci, fort d'une expérience de plus de 15 ans en matière d'éco-construction, mettait une dernière main à un prototype : la RuralZed. Le maire de Grande-Synthe est séduit par cette éco-maison de 95 m2, conçue pour une famille de quatre personnes. Elle combine quatre principes afin de produire autant d'énergie qu'elle en consomme. D'abord, le choix de son orientation, nord-sud, qui grâce à une véranda sur deux niveaux lui permet un apport de lumière naturelle et un gain de chaleur optimal. Ensuite une sur-isolation, la structure poteau-poutre en bois est secondée par une ossature plus légère créant un vide de 30 cm comblé par un isolant. La ventilation a également une grande importance. Il s'agit d'une ventilation naturelle à récupération de chaleur, un système passif aspire l'air frais et rejette l'air vicié. L'air chaud sortant réchauffe l'air frais entrant. Enfin, les équipements sont déterminants : 25 m2 de panneaux solaires, un chauffe-eau solaire et un électroménager à faible consommation permettent d'équilibrer recettes et dépenses. L'objectif étant, sur une année pleine, d'éliminer totalement les dépenses énergétiques. Le surcoût à la construction est de l'ordre de 17%, le prototype est revenu à 2.300 euros du m2.
Jean-François Broutele, responsable des services techniques de la commune, explique pourquoi cette "maison témoin" a été construite : "Nous voulions montrer concrètement ce qu'est une maison zéro carbone. Bill Dunster nous a permis de le faire. Cela interpelle les visiteurs parce que le chauffage ne fonctionne pas mais qu'il fait 22°. On nous interroge sur le photovoltaïque, l'isolation, l'usage de l'eau... Beaucoup sont intéressés par le projet d'éco-quartier qui sera sur les rails en octobre prochain, nous allons créer 430 nouveaux logements. D'autres, qui habitent dans des logements anciens, souhaitent réaliser des économies d'énergie. En cinq mois, nous avons eu 1.200 visiteurs !"

 

Vers l'éco-quartier

Le maire de Grande-Synthe se réjouit de cet engouement populaire et constate qu'il fait tache d'huile : "Nous sommes en contact avec des bailleurs sociaux, des promoteurs, des industriels, tous sont très intéressés par l'éco-quartier. C'est une nouvelle organisation sociale, un nouveau mode de vie à inventer. Si nous, collectivités locales, ne nous y mettons pas, la lutte contre le changement climatique restera un voeu pieu. Il faut faire bouger les habitudes, réinterroger la technique et surtout mobiliser nos concitoyens."
Née, sous sa forme contemporaine, de la volonté d'implanter Usinor sur le littoral dunkerquois, la ville de Grande-Synthe s'inscrit depuis la fin des années 1970 dans tous les dispositifs "politique de la ville". Aujourd'hui encore, trois quartiers sur six sont le théâtre de travaux de renouvellement urbain, extrêmement importants. C'est peut-être cela qui prédisposait la commune à devenir un laboratoire de la ville du futur. Quand, depuis trente ans, on travaille sur un grand projet de ville, on a bien souvent une longueur d'avance.

 

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Mairie de Grande-Synthe

place François-Mitterrand
59760 Grande-Synthe

Jean-François Broutele

Haut de page