L'ensemble des politiques publiques impactées

La smart city ne constitue pas une politique publique en soit mais imprègne l'ensemble des domaines d'intervention et des métiers des collectivités territoriales. Le concept smart city est souvent décliné en smart mobilité (transports, déplacements…), smart waste (traitement des déchets), smart grids (réseaux électriques et énergies renouvelables) ou encore smart building (climatisation, gestion des bâtiments…) et smart tourisme (culture, patrimoine, hébergement…). Des appellations non exhaustives qui marquent la transformation numérique de ces secteurs comme la volonté des métiers de s'approprier des technologies, des pratiques et des objectifs partagés.

Optimiser les grands services publics   

Les services publics "historiques" des territoires (eau, énergie, déchets) sont les premiers impactés par la révolution numérique.

Les compteurs d'eau intelligents autorisent ainsi la télérelève et un suivi des consommations en temps réel. Couplés à des capteurs, positionnés en divers points du réseau, ils facilitent la détection de fuites, générant des économies sur la ressource en eau au bénéfice de la collectivité comme du consommateur.

Dans le domaine des réseaux d'énergie, le numérique est une composante essentielle du "smart grid" ou réseau électrique intelligent, pour ajuster en temps réel l'offre à la demande d'électricité. Le numérique facilite l'intégration des énergies renouvelables intermittentes (éolien, solaire) ou encore des unités de stockage locales, dont pourrait faire partie les batteries du véhicule électrique.

Dans le domaine des déchets, des capteurs dans les conteneurs et un GPS dans les camions bennes contribuent à optimiser la collecte des déchets en tenant compte du niveau de remplissage des conteneurs. L'identification des bacs individuels par des puces RFID facilite la mise en place de la redevance incitative.

 

Des territoires plus résilients face au changement climatique

Utiliser des images aériennes pour détecter les "passoires thermiques" ou les "ilots de chaleur" dans une agglomération, proposer aux habitants un "cadastre solaire" pour identifier les toits à fort potentiel photovoltaïque, visualiser les bâtiments soumis au risque inondation grâce à des simulations numériques, gagner quelques précieuses heures dans la lutte contre les incendies de forêt grâce à un réseau de capteurs… Le numérique aide les territoires à anticiper le changement climatique et à faire des habitants des acteurs de la transition écologique.

Pour les administrations locales, à commencer par les petites communes la modernisation de l'éclairage public – réduction de la puissance en fonction de la luminosité, éclairage ciblé en fonction du trafic… - peut réduire la facture de manière substantielles comme le souligne l'étude "Smart city versus stupid village?". De même l'usage de capteurs, facilite la maîtrise les consommations, évite de chauffer les bâtiments lorsqu'ils sont vides.

En matière alimentaire, les plateformes numériques recensent producteurs et lieux de vente de produits locaux pour faciliter l'approvisionnement des habitants comme de la restauration collective, à commencer par les cantines scolaires.

 

Redonner de l'attractivité aux centres urbains

Le numérique contribue aussi à renforcer l'attractivité des villes et à faciliter le quotidien des habitants.

La "smart mobilité", c'est ainsi la possibilité de trouver une offre de transport en porte-à-porte tout en luttant contre "l'autosolisme". Elle vise à optimiser l'offre de transport locale : vélos et trottinette en libre-service, autopartage, covoiturage, transport à la demande et, bien entendu, les transports en commun. Une mobilité en tant que service ou MAAS qui passe par l'open data (horaires, trajets, disponibilités des véhicules…) et des calculateurs d'itinéraire exhaustifs voire une billettique intégrée.

Avec le numérique, les villes peuvent aussi offrir davantage de visibilité à leurs commerces et contribuer à la mise en place de nouvelles pratiques chez les petits commerçants : vente en ligne ou à emporter, "drive" de producteurs, consignes intelligentes… Pour construire leur stratégie de transformation numérique des acteurs du commerce les territoires pourront se reporter à ce guide de la Banque des Territoires pour dynamiser le commerce de centre-ville en un clic.  

En matière de tourisme et de patrimoine, il s'agit pour les collectivités d'accompagner un secteur qui se digitalise à grande vitesse. Proposer du Wifi gratuit dans les lieux les plus fréquentés comme à l'intérieur des bâtiments publics fait ainsi partie des services attendus des visiteurs (voir le guide pour déployer un service de wifi territorial). Mais le mouvement touche l'ensemble des acteurs, de l'hébergement-restauration (réservation en ligne) à la promotion (réseaux sociaux, plateformes) en passant par la création de parcours et d'expériences virtuelles pour enrichir l'offre touristique.

 

Moderniser la relation avec l'usager

La modernisation de la relation aux usagers, ou smart administration, consiste à s'adapter aux nouvelles attentes des usagers – interlocuteur unique, saisie simplifiée, suivi personnalisé… - qui souhaitent pouvoir effectuer leurs démarches administratives n'importe quand, n'importe où, sur leur smartphone comme sur un ordinateur.

Une relation "omnicanal", qui intègre aussi le guichet et le téléphone, voire les réseaux sociaux. Elle a pour préalable une réorganisation des processus de traitement des demandes par les services municipaux organisation et une dématérialisation des formulaires. Dans les projets les plus aboutis cette dématérialisation passe par le paiement en ligne (cantines, taxes…), le suivi en temps réel de la démarche, voire la possibilité de préremplir les formalités en organisant la récupération automatique d'informations auprès des services ou d'autres administrations.

L'extension de l'offre de services, comme par exemple la dématérialisation totale du permis de construire, nécessitent ensuite un renforcement des moyens d'identification et d'authentification des citoyens : signature électronique, connecteurs sécurisés comme France connect, en attendant la carte d'identité électronique.

Cette dématérialisation administrative doit être accompagnée par des dispositifs de formation voire d'aide à la réalisation de télé formalités avec pour objectif que chaque citoyen bénéficie d'une même écoute quel que soit le canal utilisé.