Industrie - Les 34 plans de la "Nouvelle France industrielle" auront leur comité de pilotage fin février

"Avant la fin du mois de février, le Premier ministre installera le comité de pilotage de la Nouvelle France industrielle", a annoncé le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, dans une communication en Conseil des ministres, mercredi. Ce comité sera chargé de "valider les engagements des industriels et de l'Etat pour chacun des 34 plans, puis d'en suivre et d'en évaluer la mise en œuvre".
Ces 34 plans de la Nouvelle France industrielle (TGV du futur, nanotechnologies, véhicules à pilotage automatique, rénovation thermique…) avaient été présentés par François Hollande, le 12 septembre 2013. Ils recevront un soutien de 3,7 milliards d'euros pris sur le nouveau programme d'investissement d'avenir, auquel devraient s'ajouter les crédits des stratégies de spécialisation intelligente européennes (entre 6 et 7 milliards d'euros). Chaque plan s'est vu attribuer un ou deux chefs de projets, choisis parmi des patrons de grands groupes ou de PME industriels. Les régions, qui ont la responsabilité de mettre en œuvre le 34e plan, baptisé "Usines du futur", doivent aussi choisir parmi la liste des 34 plans cinq priorités régionales. Selon les objectifs du ministre, chaque plan devra avoir finalisé sa feuille de route pour le mois de mars.
Mardi, Arnaud Montebourg recevait Agnès Pailllard, présidente du conseil d'administration de l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) pour lui demander de s'impliquer dans la réussite de ces plans en analysant "finement le positionnement technologique des leaders industriels français". Selon le contrat d'objectifs et de performance signé avec l'Etat pour la période 2013-2016, l'Inpi devra renforcer l'accompagnement PME innovantes et son ancrage territorial. "Les chargés de mission de l'INPI en région devront réaliser en 2014 plus de 5.000 visites de PME innovantes afin de les sensibiliser à l'importance de protéger leurs créations pour mieux les valoriser", indique un communiqué de Bercy.
Dans sa communication en Conseil des ministres, le ministre du Redressement productif a également fait le point sur le concours mondial d'innovation concernant les 7 ambitions pour l'innovation de la commission Lauvergeon (stockage de l'énergie, recyclage des métaux rares, dessalement de l'eau de mer et exploitation des ressources des fonds marins, aliments à base de protéines végétales, médecine individualisée, silver economy et exploitation massive des données). Plus de 400 inscriptions ont été recensés, a-t-il indiqué. "D'ici à l'été, une centaine de lauréats seront sélectionnés et recevront chacun 200.000 euros pour finaliser leur projet." Au total, ce concours bénéficie d'une enveloppe de 300 millions d'euros.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle