Localtis

Véhicules électriques - Les collectivités appelées à jouer un rôle moteur

Les ministres de l'Ecologie et de l'Industrie ont présenté ce 1er octobre un plan national pour favoriser le développement de voitures électriques et hybrides rechargeables. Les collectivités sont appelées à participer à cet enjeu d'avenir.

Deux millions de voitures électriques et hybrides à l'horizon 2020 : tel est l'objectif visé par le gouvernement qui a lancé ce 1er octobre un plan national destiné à encourager le développement de ces véhicules. Les collectivités sont associées à cet enjeu industriel à plusieurs titre.  Tout d'abord, en tant que donneurs d'ordres et acheteurs publics, les représentants de deux réseaux d'élus (l'Association des communautés urbaines de France et l'Association des régions de France) participent à un groupe de travail lancé en février dernier, qui vient de rendre ses premières conclusions à l'occasion du lancement de ce plan interministériel. Piloté par Jean-Paul Bailly, président du groupe La Poste, ce groupe planchant sur une démarche publique et coordonnée d'achats de véhicules électriques vise à faire naître une offre "compétitive et économiquement viable" de 100 000 véhicules sur 5 ans. Ses principales recommandations : déployer dès les prochaines semaines une communication globale sur le sujet, amorcer et coordonner la première phase d'achat dès la fin de l'année et accompagner des besoins en parc de véhicules qui, d'ores et déjà, ont été estimés donneur d'ordres par donneur d'ordres. Pour les collectivités territoriales, ce besoin à compter de 2011 est chiffré de 11 500 à 14 600 véhicules électriques sur 5 ans.

 

Premiers appels d'offres

Dès la fin de l'année, des appels d'offres publics et privés vont donc pouvoir être lancés pour des véhicules d'une autonomie d'au moins 150 km. Si la demande a mûri, l'offre semble aussi à point : les constructeurs ont ainsi annoncé la livraison fin 2010 des premières séries grand public, tant chez Renault (quatre modèles d'ici 2012), PSA (quatre aussi dont deux utilitaires et des prix communiqués au premier semestre 2010), Heuliez (qui proposera mi-2010 un véhicule plus particulièrement adapté à la demande de ses clients), Bolloré (Blue car), sans oublier les constructeurs de véhicules plus lourds ou de livraison. Ce basculement progressif du tout thermique vers le tout électrique ou l'hybride, Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, l'a qualifié de "stratégie globale" intégrant tant le versant de la recherche que celui de la production, secteur dans lequel l'Etat s'engage à participer à hauteur de 500 millions d'euros dont 150 pour Renault et 250 pour accompagner la production de 100.000 batteries par an. Il a par ailleurs annoncé le lancement d'ici la fin de l'année d'un troisième appel à manifestation d'intérêt pour soutenir l'effort de recherche dans ce domaine. Et a fait appel à l'exemplarité de l'Etat et des collectivités pour qu'ils s'équipent en véhicules.

 

Les infrastructures locales des collectivités sont au premier plan

Mais comme "il n'y a pas d'avancée dans ce domaine sans déploiement d'infrastructures publiques ou privées", Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, a pour sa part rappelé que le titre II du projet de loi Grenelle 2, tel qu'il vient d'être adopté au Sénat le 28 septembre, comprend un amendement qui impose aux nouvelles constructions d'immeubles avec parking d'intégrer des prises de recharge et qu'au travail, la création de prises sera également facilitée. Les communes, plus particulièrement, seront soutenues pour déployer des infrastructures de recharge publique et une cellule nationale d'appui va être dans ce sens créée. Des assises nationales seront organisées fin 2009 à destination des collectivités sur la mobilité électrique et les infrastructures de charge. Pour accompagner les communes dans leurs réponses aux prochains appels d'offre et dans l'éventuelle démarche de délégation de la gestion de ces équipements, une filiale d'Electricité Réseau Distribution de France (ERDF) va être spécialement créée. Même si les infrastructures publiques représentent moins de 10% des prises nécessaires, l'investissement reste au final conséquent et la proposition faite à la commission du grand emprunt s'élève à 900 millions d'euros de co-investissement national dans ces nouveaux équipements à déployer sur le territoire.

 

Des collectivités pilotes

Certaines villes n'ont pas attendu ce plan national pour promouvoir le modèle électrique. Mais pour ce faire, plus d'une ont eu à regretter le manque d'offre commerciale de masse dans ce domaine, surtout en termes de véhicules utilitaires. La dernière en date à formuler ce constat est la mairie de Paris. Le 1er octobre, elle vient néanmoins d'afficher son exemplarité en délibérant en conseil municipal l'achat en 2010 de 40 berlines hybrides (essence-électricité) destinées à ses 37 adjoints à la mairie et directeurs administratifs. Après Londres et Paris, la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) s'associe à son tour au constructeur Toyota en vue de servir dès janvier prochain de site d'expérimentation européen pour sa dernière génération de Prius hybride rechargeable, qui bénéficie d'une autonomie de 20 km en mode électrique. Cent véhicules (dont cinq par la CUS) y seront loués à divers services et testés durant trois ans. Par ailleurs, la CUS s'est engagée à créer en ville une vingtaine de places équipées d'une borne de recharge, pour un coût d'opération s'élevant à 390.000 euros sur 3 ans répartis entre la CUS et la ville de Strasbourg.

 

Morgan Boëdec / Victoires-Editions
 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page