Localtis

Les groupements d’employeurs et les Geiq, amortisseurs de crise

Dès son arrivée à la tête du gouvernement, Jean Castex a exprimé son souhait de "jouer collectif". Il trouvera une traduction concrète de cette méthode dans le mode de fonctionnement des groupements d’employeurs et des Geiq. Des acteurs économiques sur un territoire se regroupent pour répondre à leurs besoins de compétences. Éreintés par la crise sanitaire, certains tirent cependant leur épingle du jeu. C’est le cas du Geiq Propreté Océan Pyrénées qui a recruté 20 personnes pendant le confinement.

Pour son premier déplacement en tant que Premier ministre, début juillet, Jean Castex a choisi le site de recherche et de production de semi-conducteurs du groupe X-FAB France dans l'Essonne. L’occasion pour le successeur d’Édouard Philippe de mettre l’accent sur "l'insertion en entreprise et par l'activité économique", et sur "l'action concertée des collectivités avec l'État". Dès sa nomination, l’ancien maire de Prades (Pyrénées-Orientales) qui veut s'appuyer sur la "France des territoires" a vanté les mérites de l’insertion par l’activité économique (IAE) qui fera partie de l’arsenal de dispositifs mobilisés dans le Plan de relance. Le portefeuille de la nouvelle ministre du Travail, Élisabeth Borne, a d’ailleurs été élargi à l’insertion et elle est secondée, dans cette mission, par une ministre déléguée chargée de l’Insertion, Brigitte Klinkert. Une secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, a également rejoint le gouvernement le 27 juillet 2020.

Dans la famille de l’IAE, les groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (Geiq) méritent qu’on s’y intéresse. Les groupements d’employeurs (GE) tout courts aussi comme le souligne Jean Dalichoux, gérant d’Asparagus, un cabinet d’expertise sur la création et l’accompagnement des GE : "Des acteurs économiques sur un territoire se regroupent pour répondre à leurs besoins de compétences. L’emploi est créé par le groupement d’entreprises, d’associations et parfois de collectivités territoriales solidaires. Le salarié est recruté par le GE (il a un employeur unique), puis il est mis à disposition de l’un des adhérents."

Faire face aux besoins en emplois sur les territoires

Cette organisation permet aux TPE et aux PME de faire face aux fluctuations d’activité, à la saisonnalité, aux difficultés de recrutement et de mobilisation de compétences spécifiques sur certains territoires ou pour certains métiers. Cela leur permet d’avoir une gestion maîtrisée des coûts liés à la gestion RH des salariés mis à disposition (recrutement, gestion du personnel en proportion de l’utilisation de la main-d’œuvre) et de bénéficier d’aides ou de conseils en matière d’emploi ou de GRH (appui au recrutement, organisation du travail, GPEC, etc.).

Le Geiq a pour spécificité de recourir à des personnes en difficulté d’accès à l’emploi qu’il recrute en contrat de professionnalisation ou d’apprentissage et qu’il accompagne dans le cadre d’un parcours d’insertion personnalisé. Toutefois, comme tout GE, l’objet du Geiq est de répondre aux besoins des entreprises adhérentes par le recrutement d’un personnel formé spécifiquement à leurs métiers. Il existe des Geiq multi-sectoriels et des Geiq de branches (agriculture, transports, propreté…).

Les GE et Geiq comme tous les employeurs ont souffert de la mise à l’arrêt de l’économie dû à l’épidémie de Covid-19 et souffrent encore depuis le déconfinement et la reprise de l’activité. Près de 60% des GE (50,6%) ont vu leur activité diminuer significativement selon le Centre de ressources pour les GE (CRGE) qui a mené une enquête de mesure d’impact de la crise sanitaire sur les GE entre le 27 avril et le 22 mai dernier. La plupart des Geiq ne sont pas épargnés. "Si les groupements des secteurs de la propreté et du bâtiment redémarrent bien, ce n’est pas le cas dans l’industrie et surtout dans le tourisme. Les Geiq ont aussi peu de visibilité sur les besoins de recrutement des entreprises", déclare Francis Lévy, secrétaire général de la Fédération française des Geiq. À l’échelle du réseau, on estime à -25% la baisse du chiffre d’affaires par rapport au prévisionnel de début d’année, et à 2.000 le nombre de contrats en moins signés par rapport à 2019", selon la deuxième vague de l’enquête "Activité et situation financière des Geiq dans le contexte de crise de Covid-19" réalisée en juillet.

Des Geiq plus résistants que d’autres

Certains Geiq s’en sortent mieux que d’autres. C’est le cas du Geiq Propreté Océan Pyrénées (30 entreprises adhérentes, 75 salariés en contrat de professionnalisation mis à disposition). "Dès le lendemain du confinement général, 80% de nos TPE adhérentes nous ont dit qu’elles arrêtaient leurs activités, raconte Sophie Larrieu, directrice du Geiq. Mais trois jours plus tard, elles les ont reprises. Beaucoup travaillent avec des syndics de copropriété qui ont immédiatement demandé la mise en place d’un service d’hygiène minimum. Les entreprises de nettoyage ont également poursuivi leurs activités auprès des grandes surfaces, des cabinets médicaux, des commerces restés ouverts, dans le secteur du bâtiment aussi pour désinfecter les bases de vie qui regroupent sur les chantiers les salles de réunion, les vestiaires, les sanitaires et les réfectoires."

Les entreprises ont dû adapter les horaires de travail de leurs salariés qui doivent intervenir toutes les deux heures, pour la désinfection des bases de vie par exemple. "La crise du Covid-19 a rendu les métiers de la propreté indispensables. On les regarde autrement désormais comme toutes les autres professions dites de la deuxième ligne." Pour faire face à la demande, le Geiq Propreté Océan Pyrénées a recruté 13 personnes pendant le confinement. L’antenne de Pessac près de Bordeaux créée en octobre 2019 a accueilli quatre nouveaux salariés en contrat de professionnalisation principalement pour intervenir dans les bases de vie des chantiers.

Un outil au service des territoires

"Le Geiq est un outil au service des territoires ; la région Nouvelle-Aquitaine qui nous soutient l’a bien compris", souligne Sophie Larrieu. Le conseil régional va d’ailleurs l’aider à financer une création de poste de chargé d’accompagnement des salariés. "Notre région se caractérise par une longue tradition de GE et de Geiq (800 structures au total) qui sont implantés depuis de nombreuses années en Poitou-Charentes et en Aquitaine", indique Pascal Duforestel, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine délégué à l’économie sociale et solidaire. "Si le Geiq Propreté Océan Pyrénées a aussi bien rebondi pendant le confinement, c’est parce qu’il est fortement ancré dans la région et qu’il connaît parfaitement les besoins des entreprises et des territoires."
L’accompagnement de la région intervient à toutes les étapes : pour cofinancer l’étude de faisabilité d’un Geiq - ce fut le cas par exemple pour l’antenne de Pessac du Geiq Propreté, prendre en charge des rémunérations (la région vient de voter la somme de 15.000 euros pour financer la moitié du salaire de la nouvelle recrue du Geiq), financer des aides au développement et à l’investissement. Début juillet, la région a encore élargi son champ d’intervention en accordant des aides bonifiées pour les Geiq situés sur des territoires d’industrie et sur des territoires vulnérables en termes d’employabilité. Pour l’élu aquitain, les GE et les Geiq constituent "la meilleure solution pour réussir la relance".

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page