Les habitants et la municipalité de Saleich réunis pour rouvrir un multiservice (31)

Des habitants de Saleich, soucieux de l’avenir du multiservice de leur village, ont créé une société coopérative d’intérêt collectif (Scic) regroupant clients, associations, producteurs locaux et municipalité. Objectif : reprendre le commerce et en faire un lieu animé, vecteur de lien.

Un bar, un restaurant, une activité traiteur, une épicerie de produits frais et locaux ainsi que des animations musicales et culturelles… Voici ce que l’on trouve au « Qu’es Aquò » de Saleich, fruit d’une mobilisation citoyenne sans faille depuis 2017. Au milieu des années quatre-vingt-dix, ce multiservice avait été construit par la municipalité pour accueillir le relais de proximité d’une grande surface. Plusieurs couples de gérants s’y sont succédé et c’est lorsqu’il est de nouveau à reprendre en 2017, que des habitants décident de se l’approprier. « Nous nous rendions bien compte que les derniers couples de gérants peinaient à tenir l’épicerie, avec les activités du bar et du restaurant qui s’y étaient ajoutées au fil des années », témoigne Delphine Beauclou, une des initiatrices de la démarche, également conseillère municipale. Mobilisant une dizaine d’habitants attachés à ce lieu, elle constitue une équipe qui s’attelle au projet de reprise.

Des animations pour financer et rassembler

Dès le départ, une boutique de gestion les aide à bâtir un business plan, avec l’idée d’une reprise sous la forme coopérative. « Nous sentions aussi que l’activité ne serait viable qu’en élargissant le public au-delà de la clientèle de proximité. » Une association est donc créée dans un premier temps, pour organiser des animations mensuelles (concerts, repas…) destinées à collecter des fonds utiles aux premiers réaménagements du commerce. L’association permet également de faire connaître le lieu, créer du lien, y mettre de la vie. La municipalité réalise et finance quelques travaux (15.000 euros). Les bénévoles, soutenus par des jeunes d’un foyer de vie proche, aménagent les locaux avec les fonds récoltés grâce aux animations. La région Occitanie participe financièrement en deux temps. Courant 2019, elle confie au projet une enveloppe « Pass Occitanie » d’un montant de 5.996 euros. En avril 2020, le drive est accessible sur le site web du commerce, une aide de 2.500 euros sera bientôt débloquée et un prêt d’honneur de 8.000 euros attribué par une plateforme locale (Initiatives Comminges), sans oublier un prêt bancaire et des apports de fonds privés. Des partenariats sont tissés avec l’office de tourisme du territoire afin qu’il y dirige ses visiteurs et groupes.

Une Scic pour impliquer tous les acteurs

Après plus d’un an de démarches, les bénévoles rouvrent les 350 m² du commerce (dont 180 m² sont consacrés à la salle de restauration, au bar et à l’épicerie) le 26 mai 2018, sous la forme d’une société coopérative d’intérêt collectif (Scic). Animés par une quinzaine d’adhérents, les différents collèges de la Scic permettent d’associer au projet les membres fondateurs, aux côtés de représentants des clients, des salariés, des producteurs, de deux associations locales ainsi que de la municipalité. Un cuisinier et une serveuse du village voisin sont recrutés à temps plein en CDI, soutenus par les bénévoles pour les animations, la recherche des producteurs locaux (une quinzaine à ce jour), les inventaires, le service… L’établissement obtient les labels Auberges de Village et Accueil vélo, indispensables pour élargir sa clientèle. « La mairie nous fait totalement confiance pour la gestion et l’animation du lieu » se félicite Delphine Beauclou. En 2019, l’activité du commerce (animations comprises) génère 180.000 euros de chiffre d’affaires. L’année suivante, malgré le confinement, il se maintient à 140.000 euros, ce qui permet d’équilibrer financièrement l’activité.

Des adaptations en temps de pandémie

Pour des raisons personnelles et parce que la crise sanitaire ralentit l’activité de restauration, les deux CDI quittent leur poste durant l’automne 2020, tandis qu’est recrutée pour 10 heures par semaine, une cuisinière chargée de préparer la cinquantaine de repas servis à la cantine du regroupement pédagogique intercommunal (RPI). « Elle prépare davantage de portions afin que les bénévoles les proposent à la vente à emporter organisée du jeudi au dimanche. Une quarantaine de plats et autant de pizzas sont ainsi servis chaque semaine », précise l’édile. Durant la pandémie, l’épicerie est également tenue par les coopérateurs du mercredi au dimanche de 9h30 à 12h30. « Pour la suite, nous réfléchirons à de nouveaux horaires d’ouverture et à de nouveaux recrutements. » Les animations sont poursuivies l’été, rassemblant une cinquantaine de personnes (jusqu’à 100 participants hors crise sanitaire), tandis que la mairie allège les charges en annulant trois mois de loyers (300 euros mensuels).

Une détermination qui paie

« Certes, Qu’es Aquò représente beaucoup de temps bénévole mais s’illustre aussi par beaucoup de créativité, d’enthousiasme et un vrai esprit coopératif. Il a en outre créé des liens entre les habitants des hameaux qui ne se connaissaient pas et animé le village. Un couple qui venait de s’installer a même immédiatement adhéré à la coopérative, témoigne l’élue. Avec de la patience, de la passion et du lien, ce projet peut tout à fait être reproductible ailleurs. » Elle conseille néanmoins aux bénévoles de se former à la gestion du personnel salarié et rappelle que même sous une forme coopérative, le Qu’es Aquò doit répondre aux mêmes exigences qu’une entreprise, notamment sur le plan de l’équilibre financier.

Commune de Saleich

Nombre d'habitants :

348
2 place de la mairie
31260 Saleich
commune-de-saleich@orange.fr

Delphine Beauclou

Conseillère municipale