Localtis

Les politiques temporelles vont-elles connaître une renaissance avec la crise ?

Après l'expérience du confinement et ses impacts sur notre rapport au temps, 150 personnes, dont de nombreux élus, ont appelé les futures équipes municipales à "inscrire la dimension temporelle dans l’ensemble des politiques publiques locales". Télétravail, mobilité, aménagement urbain, ouverture des services publics… Les politiques temporelles existent depuis 20 ans en France mais pourraient bien prendre une dimension nouvelle à l'heure où une crise économique d'ampleur prend le relais de la crise sanitaire. Pour l'association Tempo territorial qui regroupe une dizaine de collectivités, l'enjeu est également social et écologique.

Avec la crise sanitaire et l'expérience du confinement, notre rapport au temps a-t-il été momentanément modifié ou profondément bouleversé ? Pour les "bureaux des temps" des collectivités, il est encore trop tôt pour tirer tous les enseignements de la séquence extraordinaire que nous avons vécue et qui n'est pas encore achevée. Une chose est sûre : le confinement aura permis des expérimentations à grande échelle jamais vues jusque-là.

Sur le télétravail en particulier. "Tout ce qui était impossible en huit ans est devenu possible en deux jours. Tous les freins ont lâché d'un coup", s'étonne Lucie Verchère, responsable de la mission Temps et services innovants à la métropole de Lyon, interrogée par Localtis. Avant le confinement, 500 agents pouvaient télétravailler à la métropole, dans le cadre d'une expérimentation qui n'avait démarré qu'en 2018. A partir du 13 mars, toutes les personnes dont l'emploi le permettait ont commencé à travailler à distance. Tout comme à la métropole de Rennes où le télétravail, auparavant marginal, a été expérimenté pendant le confinement par environ 30% des agents. Ce recours massif au "travail à distance" – contraint et improvisé dans des conditions particulières, en l'absence d'un cadre et d'équipements qui accompagnent en principe le télétravail – a permis une sorte d'acclimatation pour un grand nombre de personnes qui avaient jusque-là toujours travaillé en présentiel, tout en levant les réticences de certains managers. En collectivité comme au sein des entreprises, un retour au point de départ à la fin de la crise sanitaire ne paraît ainsi pas tellement envisageable. Le décret du 5 mai 2020 devrait jouer, selon Lucie Verchère, car il "ouvre largement les vannes sur l'usage du télétravail pour l'Etat et les collectivités".     

Le télétravail en heures de pointe et autres solutions pour une mobilité plus fluide   

A Rennes, le bureau des temps de la métropole a sondé les entreprises du territoire pour mieux cerner les évolutions des pratiques et des perceptions du télétravail pendant la crise sanitaire. Dans le cadre du déconfinement et de la reprise progressive de la mobilité, d'autres solutions ont été mises en avant pour permettre aux salariés d'éviter les heures de pointe. "Le télétravail en heures de pointe, c'est la possibilité de pouvoir commencer et/ou finir sa journée de travail à domicile pour pouvoir faire son déplacement en dehors de l'heure de pointe. Par exemple, commencer de 8h à 9h30 les premiers traitements de mails, assurer des rendez-vous téléphoniques ou autres, et faire son déplacement après", explique à Localtis Catherine Dameron, responsable du bureau des temps de Rennes métropole.

La métropole promeut aussi depuis longtemps les horaires décalés pour décongestionner les transports en commun. Avec un fait d'armes désormais connu : entre 2010 et 2012, un travail assidu entre le bureau des temps et l'université de Rennes 2 a permis de décaler d'un quart d'heure le début des cours pour la moitié des étudiants. "Cela a permis de fluidifier la fréquentation du métro sur cette hyperpointe", souligne Catherine Dameron. Mais dans le contexte particulier du déconfinement, une telle opération n'était pas envisageable étant donné le nombre d'entreprises concernées, d'où l'intérêt de sensibiliser plus largement employeurs et salariés sur les différentes solutions possibles.

Sur la mobilité, c'est également l'approche qui est plébiscitée à la mission Temps de Lyon, et cela bien avant la crise sanitaire. "On conçoit avec les entreprises volontaires du territoire un bouquet multimodal de services – covoiturage, vélo, transports en commun, voiture, télétravail… – pour de meilleurs déplacements domicile-travail, en partant des usages qui ne sont pas les mêmes d'un jour à l'autre", précise Lucie Verchère. Et à l'approche du déconfinement, les entreprises déjà en lien avec la mission Temps se sont montrées particulièrement à l'écoute des préconisations réalisées, plusieurs d'entre elles ayant ainsi travaillé sur le décalage des horaires. La réflexion sur le temps des villes produit donc ses effets dans la durée. "Notre objectif, c'est de comprendre comment les gens vivent pour essayer de faire avancer et évoluer les services", ajoute Lucie Verchère.  

Des politiques temporelles depuis 20 ans en France

Observer, comprendre les usages et les rythmes de vie pour expérimenter de nouvelles approches et tenter de desserrer l'étau du temps, c'est en effet la préoccupation des bureaux des temps des collectivités réunies dans l'association Tempo territorial (1). Sous l'impulsion d'Edmond Hervé, ancien maire de Rennes et auteur de deux rapports sur le sujet (voir notre article du 18 juillet 2014), les politiques temporelles ont commencé à se développer à partir des années 2000 en France, après des initiatives apparues dès les années 1970 en Italie. Avec l'arrivée des femmes sur le marché du travail, s'était posée la question de la délicate conciliation des temps de travail, de transport, de garde des enfants ou encore d'accès aux services publics. Edmond Hervé s'est inspiré des expériences italiennes pour défendre localement et nationalement une vision, que résume Catherine Dameron : "Le temps est un révélateur d'inégalités mais aussi un levier pour agir contre ces inégalités".

Ainsi, "à Rennes, les premières actions ont porté sur la question de l'emploi des femmes dans notre collectivité, notamment sur les horaires de travail des agents d'entretien. Et ça s'est élargi petit à petit", raconte Katja Krüger, adjointe aux Temps de la ville et à la petite enfance et présidente du réseau Tempo territorial. "Aujourd'hui, c'est vraiment d'une transversalité quasi absolue", ajoute-t-elle, citant les dossiers sur lesquels la collectivité a été amenée à travailler. Horaires d'ouverture des services publics – piscines et bibliothèques, mais aussi musées, état civil… –, mobilité dans les transports en commun et sur les routes, télétravail ou encore aménagement urbain. Si l'équipe est de petite taille – deux agents, ainsi que l'élue –, "on a maintenant un certain historique et des réflexes temporels sont désormais portés par d'autres services et élus de la collectivité, ce qui nous permet d'avoir une vigilance temporelle un peu permanente", complète Catherine Dameron.

Pour "garantir un droit au temps pour chaque citoyen", les collectivités ont un rôle à jouer

Dans une tribune publiée le 23 mai 2020 dans le journal Libération, 150 personnes, dont de nombreux élus, "appellent les nouveaux élus municipaux et intercommunaux à inscrire la dimension temporelle dans l’ensemble des politiques publiques locales". En sortie de crise sanitaire, un "nouvel élan" peut être selon eux donné aux politiques temporelles "en les adossant à deux concepts étroitement complémentaires : le droit au temps et la transition sociale et écologique juste".

Alors que tous les repères spatio-temporels ont été brouillés pendant le confinement, avec des expériences très diverses étroitement liées au type de logement, à l'emploi occupé et à la configuration familiale, les Français ont eu l'occasion de questionner leur mode de vie, le temps qu'ils consacraient au travail, à la mobilité et à leurs proches ou encore la possibilité ou non de disposer dans leur environnement immédiat de services de proximité, comme l'illustre une enquête du Forum vies mobiles publiée le 13 mai.

"Les collectivités locales ont un rôle essentiel à jouer pour garantir un droit au temps pour chaque citoyen, améliorer l’accessibilité des services et lutter contre les inégalités temporelles", peut-on lire dans la tribune. Et dans le cadre de la transition écologique, une meilleure prise en compte des rythmes de vie et des besoins des citoyens en la matière peut aider à "repenser la localisation de nos activités (production, travail, consommation…) dans un périmètre de distance-temps sur le modèle de la 'ville du quart d’heure'", en s'appuyant notamment sur "la polyvalence des usages [pour] limiter le recours à de nouvelles infrastructures dispendieuses en ressources naturelles et financières".

Vers des villes plus "compactes" et des campagnes plus actives ?

Ainsi, la prise en compte du temps dans l'aménagement du territoire et les investissements pourrait être amenée à se renforcer. "Aujourd'hui, on revient à des formules de villes compactes, où l'on rapproche les fonctions, avec de la mixité sociale", analyse le chercheur Guy Baudelle dans un article publié le 18 juin dans le quotidien Le Télégramme. Des collectivités urbaines comme la métropole de Rennes s'efforcent de rendre accessibles à pied des espaces et des services : un parc à moins de cinq minutes à pied de chaque habitation, des équipements, des transports à cinq, dix ou quinze minutes. Accompagnés par Territoires conseils (Banque des Territoires) et Tempo territorial, des petites villes et des agglomérations rurales ont également commencé à s'approprier ces questions temporelles. Avec à la fois des questions très concrètes (mobilité en dehors de la voiture et desserte des services, des marchés, animation des centres-bourgs au moment des pauses méridiennes…) et des réflexions de plus long terme sur l'avenir de ces territoires, l'arrivée d'habitants désireux de changer de cadre de vie, l'implantation de nouvelles activités, de tiers-lieux, etc.

"Le temps est une ressource, et cette porte d'entrée peut permettre un grand nombre d'économies financières. A Rennes, en travaillant sur l'hyperpointe du métro, nous avons économisé de l'énergie et évité de devoir rajouter des rames", met enfin en avant Katja Krüger. Un argument supplémentaire pour les collectivités, alors que la crise sanitaire aura inévitablement un impact fort sur les finances publiques. Ainsi, pour Lucie Verchère, il est désormais temps : "il faut que les élus passent à l'acte".

(1) Collectivités ayant adhéré à l'association Tempo territorial : villes de Brive-la-Gaillarde, Paris, Saint-Denis, Dijon, communauté urbaine de Poitiers, métropoles de Rennes, Lille, Strasbourg, Lyon, Montpellier, région Hauts-de-France ; d'autres organisations, telles que l'Association des maires ruraux de France ou le laboratoire de recherche Atemis, sont également adhérents. Autres collectivités ayant engagé des démarches temporelles : départements des Pyrénées-Atlantiques et de la Gironde, villes de Bordeaux, Gradignan, Niort, Caen, Rouen, Pantin, Chambéry, Avignon, Marseille.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page