Environnement - Les territoires au coeur du congrès national de France Nature Environnement

Le 32e Congrès national de France Nature Environnement (FNE) qui s'est tenu le 28 mars à Strasbourg sur le thème "Quels territoires pour demain ?" a été l'occasion pour la fédération, qui rassemble près de 3.000 associations de protection de la nature et de l'environnement, de présenter aux acteurs des territoires sa nouvelle plateforme fédérale. Le fonctionnement et les orientations prises par FNE, qui s'appuie sur une organisation pyramidale, mettent désormais nettement en avant l'ancrage local qui lui permet de mener des actions de fond au niveau national. "La valeur ajoutée démocratique de ce type de gouvernance et le travail que celle-ci permet d'effectuer en prise sur les territoires ont été favorablement reconnus dans son allocution d'ouverture par la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Moriset", rapporte Sébastien Genest, président de FNE. "Elle nous a rassurés plus globalement sur le critère de représentativité des associations dans les grands débats en cours ou à venir. Celles-ci ont désormais une place rudement acquise qu'il s'agit toujours de défendre dans un contexte d'urgence écologique", ajoute-t-il.

Lors d'un débat consacré aux dynamiques territoriales, plusieurs participants à la table ronde finale du Grenelle de l'environnement, tels que Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ou Didier Jouve, vice-président de la région Rhône-Alpes et président de la commission développement durable à l'Association des régions de France (ARF), ont souligné la responsabilité des élus territoriaux en matière de protection de l'environnement et d'aménagement de "territoires plus robustes et autonomes", selon l'expression de FNE.

Des outils permettant de refonder l'aménagement dans une perspective de développement durable ont aussi été présentés. Patrick Viveret, magistrat à la Cour des Comptes et président de l'Observatoire de la décision publique, a par exemple insisté sur l'importance, pour les autorités locales, de se réapproprier des projets monétaires complémentaires porteurs de valeurs sociales, solidaires et responsables. Son intervention a plus précisément porté sur le projet Sol qu'il a lui-même impulsé. Actuellement expérimenté par cinq régions pilotes (Ile-de-France, Bretagne, Nord-Pas-de-Calais, Rhône-Alpes, Alsace), la carte et la monnaie Sol intègrent un système d'échanges de biens et de services qui se veulent en cohérence avec les valeurs propres au développement durable et comportent un levier pouvant être directement actionné par les collectivités en faveur de l'action sociale.

"Au final, la présence de nombreux élus et ministres a été un signe très positif pour l'avenir du dialogue entre associations et territoires", estime-t-on à FNE, qui a profité de ce Congrès pour fêter son 40e anniversaire. La fédération se veut toutefois vigilante. "Même s'il a rappelé l'intérêt du projet de triplement des surfaces de cultures bio et l'impératif pour le secteur agricole d'économiser de l'énergie, le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Michel Barnier, nous a quelque peu inquiétés en ne faisant aucunement mention lors de son intervention aux agro-carburants ni surtout aux OGM, alors même que le projet de loi passe le 1er avril devant l'Assemblée nationale."

 

Morgan Boëdec / Victoires Editions

 

Partenariat avec la Caisse des Dépôt "pour un engagement durable au service des territoires"

 

A l'occasion du Congrès de Strasbourg, Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts, et Sébastien Genest, président de France Nature Environnement ont signé une convention de partenariat "pour un engagement durable au service des territoires". Cet accord repose sur un plan d'actions de cinq ans (2008-2012) autour des thèmes des villes durables, des outils économiques de lutte contre le changement climatique et en faveur de la biodiversité, ainsi que du développement durable des territoires. "La Caisse des Dépôts et France Nature Environnement participent d'une dynamique novatrice, en écho à la place qu'occupent désormais certaines grandes ONG environnementales à la suite du Grenelle de l'environnement", a souligné le directeur général de la Caisse des Dépôts. L'établissement public a fait du développement durable l'une des quatre priorités de son plan stratégique et créé en février dernier le premier opérateur financier consacré à la biodiversité. Pour Sébastien Genest, "ce partenariat s'appuie sur des intérêts convergents évidents pour apporter dans la durée un soutien aux actions de France Nature Environnement en phase avec les orientations de la Caisse des Dépôts. Cela va naturellement dans le sens de l'Histoire et du développement durable".

A.L.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle