Silver économie - Les villes moyennes face au défi du vieillissement de la population

Dans un manifeste présenté lors d'un Rendez-vous de l'intelligence locale le 7 décembre 2017, l'association Villes de France souligne les enjeux de la "silver économie" et du vieillissement de la population pour les villes moyennes.

En 2060, 23,6 millions de personnes en France seront âgées de 60 ans ou plus, soit pratiquement le tiers de la population totale. Afin de ne pas subir cette transition démographique qui "pourrait être le dernier symptôme d’une fracture territoriale aiguë", mais au contraire pour l'anticiper et en faire une opportunité de développement, l'association Villes de France a dédié son dernier Rendez-vous de l'intelligence locale, le 7 décembre, à la "silver économie." A savoir, l'ensemble des activités liées au vieillissement de la population. A cette occasion, elle a publié un manifeste assorti d'une série de propositions. 
La silver économie représente un marché de 92 milliards d'euros avec une perspective de 130 milliards d'euros en 2020. La filière représente un gisement d'emplois : d'après la Dares, elle pourrait être à l'origine de 300.000 emplois à l'horizon 2020. Les secteurs concernés sont nombreux : la santé bien sûr, mais aussi le logement, l'habitat, le numérique, le tourisme…

Un besoin de transversalité

En France, la répartition de la population plus âgée est irrégulière : les seniors sont ainsi moins nombreux dans les régions centrales urbanisées, voire métropolitaines, qui ont une forte dynamique économique. A l'inverse, la "périphérie" est beaucoup plus marquée par le vieillissement. Les villes moyennes sont attrayantes pour les personnes âgées, notamment du fait des services publics dont elles disposent, associés à une gamme étendue de loisirs. Elles restent aussi moins chères et plus accessibles pour cette tranche de la population.
"A l'heure actuelle, la plupart des élus des villes moyennes ont un adjoint dédié à la silver économie, explique à Localtis Caroline Cayeux, présidente de Villes de France, mais il faut aller plus loin. C'est une véritable compétence économique, il faut avoir des passerelles avec l'économie, le logement, l'habitat." Une approche transversale qui est demandée par les acteurs du secteur. "Il faut coordonner l'action publique, a ainsi signalé Sébastien Podevyn, directeur général de France Silver Eco, qui fédère l'ensemble des acteurs de la filière. Au niveau des régions, départements, communes, mais aussi au sein de l'Etat. Nous ne demandons même pas un ministre, mais au moins un délégué interministériel."

Mieux estimer le vieillissement à une échelle départementale et intercommunale

Outre ce fonctionnement transversal à mettre en place, pour Villes de France, la priorité consiste à réunir des données fiables et précises. L'association souhaite ainsi nouer au niveau infrarégional des partenariats avec l'Insee pour localiser, quantifier et mieux estimer l'ampleur des phénomènes de vieillissement à une échelle départementale et intercommunale. Elle souhaite aussi mettre en place des baromètres régionaux présentant les tendances sur les stratégies d'innovation mises en œuvre par les entreprises. Autres propositions : instaurer un guichet unique de renseignements sur les adaptations des logements pour les seniors et les personnes à mobilité réduite et simplifier aussi le cadre réglementaire de l'innovation en santé. "Quand on construit un immeuble, il faut que la totalité soit accessible aux plus âgés ; si on faisait déjà le rez-de-chaussée et le premier étage, ce serait suffisant et cela favoriserait la mixité avec des plus jeunes", a ainsi affirmé Caroline Cayeux, en clôture du colloque.

Développer le numérique

Dans son manifeste, l'association encourage aussi le développement de la "médiation numérique" et insiste sur les opportunités que représente le numérique en termes de lien social et de domotique. Villes de France propose aussi d'augmenter les dispositifs d'incitation fiscale pour tous les travaux de mises aux normes d'accessibilité dans les logements privés, de renforcer la fidélisation des seniors dans les réseaux de transports publics, par le développement d'une offre adaptée (comme des solutions de transports à la demande entre les logements collectifs seniors et les points de services et d'équipements des centres-ville), et de favoriser les circuits de déplacements de ces publics entre les différents réseaux de transports à travers le développement d'offres combinées.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle